Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum Caserne du Bourbonnais-Auvergne
Point de rassemblement de la Compagnie d'Ordonnance du Bourbonnais-Auvergne
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Messes à la Chapelle
Aller à la page: 1, 2, 315, 16, 17  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Caserne -> [arC]Archives communes -> Archives Chapelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ivrel.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 14/06/2006 14:15:53    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Si vous le désirez, je célebrerai les messes ici tous les samedis soir pour les soldats et les officiers de l'Ost.



Je vous rappelle que vous êtes ici dans une église, un lieu de prière : pour les bagarres et les éclats de voix cela se passe à la taverne Wink
Revenir en haut
Ivrel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 17/06/2006 22:52:11    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Les cloches se mirent à sonner pour inviter les fidèles à venir assister à la messe dominicale.

Ivrel sortit de la sacristie, elle arriva dans le choeur, elle s'agenouilla devant la croix en se signant, puis tendit les mains devant l'autel en priant. Enfin, elle se tourna vers l'assemblée des fidèles.


Que la paix soit avec vous
Et avec votre esprit


Le calme semble être revenu dans notre duché, calme avant la tempête ? j'espère bien que non ; bien sûr nous allons avoir les élections ducales bientôt et de nouveau les passions vont s'éxacerber, les esprits s'échauffer.......... mais rapellez-vous que le temporel n'est rien, seul compte votre foi en Dieu, discutez avec conviction mais aussi en vous gardant de toute exagération et de toute injure.

Nous allons continuer la lecture du Livre des Vertus
Citation:
Création - Partie IV : Le doute

Le petit groupe décida de s’arrêter un moment. Ils s’installèrent sur une colline verdoyante, où poussaient de superbes fleurs que les abeilles venaient butiner. Une légère brise venait courber l’herbe. Les oiseaux chantaient. Les étoiles venaient éclairer les créatures pendant qu’elles posaient leurs sacs à terre et s’asseyaient en cercle. L’ambiance était maussade, car elles se posaient toutes la même question.

Toutes les espèces qu’elles avaient rencontré était doté d’un talent particulier. Les vaches, créatures qui broutaient placidement l’herbe, avaient une nombreuse famille. Les moutons avaient une laine douce et volumineuse. Les ailes des oiseaux leur servait à parcourir le monde en volant. Les chevaux, nobles et fougueux animaux, galopaient à la vitesse de l’éclair. Les poissons étaient les maîtres des vastes océans. Les cochons étaient puissants et farouches.

Même les végétaux étaient dotés de talents uniques. Les chênes étaient dotés d’une longévité qui n’avait rien à envier à leur taille. Le blé se multipliait à l’envie, couvrant de larges territoires. Le maïs avait ses épis, gorgés de vie. Les fruits avaient un délicieux goût sucré et les légumes des senteurs appétissantes. Et le petit groupe s’interrogeait. Mais pourquoi leur espèce n’avait-elle aucun talent particulier?

Certes, les créatures du petit groupe avaient des mains, mais leur force n’égalait pas celle du cochon. Certes, elles avaient des jambes, mais elles ne les amenaient pas aussi loin que les oiseaux et pas aussi vite que les chevaux. Certes, elles pouvaient procréer, mais pas autant que les vaches ou le blé. Certes, certaines étaient barbues, mais c’était une bien piètre consolation comparé à la volumineuse laine des moutons.

Certes, elles étaient pleines de vie et de santé, mais bien moins que le maïs, les fruits et les légumes. Et elles n’osèrent même pas se comparer à la longévité et à la taille des chênes. Toutes ces créatures, animales comme végétales, avaient de sérieux arguments pour affirmer, tel qu’elles le faisaient, qu’elles étaient les préférées de Dieu. Leurs talents étaient uniques. Alors, le petit groupe essaya de se trouver un talent qui était propre à son espèce.

Son espèce se tenait debout. Mais quel avantage cela lui donnait? “Aucun”, répondirent de concert tous les membres du groupe. Leurs mains leur servaient à construire des outils, mais c’était pour compenser le manque de griffes ou d’autres organes. Ainsi, leur estomac était si faible qu’il leur fallait cuire la viande pour la manger. Et leurs yeux étaient si peu perçants, contrairement aux chats ou aux hiboux, qu’il leur fallait s’éclairer dans le noir. Leur fourrure était si peu épaisse qu’ils devaient s’abriter lorsque la pluie, la neige ou la grêle tombait ou lorsque le vent soufflait trop fort.

Faisant ce sinistre constat, les créatures du petit groupe se mirent à pleurer. Ils étaient persuadés que leur espèce était le moins aimées de Dieu, qu’Il les méprisait, qu’ils étaient la lie de Sa création. Un silence pesant s’était installé, alors que tous se regardaient mutuellement, chacun cherchant dans les regards des autres une réponse à leurs questions. Mais ces regards ne portaient aucune réponse. Ils étaient juste dégoulinant de larmes.

Mais l’un d’eux était resté à l’écart du groupe. Il regardait vers les étoiles. Tous les membres du groupe le négligeaient, le considérant comme un faible d’esprit. Il leur répondait souvent “Heureux les pauvres en esprit...”, mais ne savait que rajouter à cette réplique. Pourtant, de tous, il était le seul à se demander ce que Dieu désirait, au lieu de se plaindre de son sort. Cet homme s’appelait Oane.


Et oui mes enfants, nous humains ne sommes pas les plus forts, ni les plus habiles..... nous avons bien des défauts, mais nous avons cette capacité que nous envient les autres créatures de Dieu ; nous sommes conscient des nos imperfections, nous en rions et nous essayons toujours de nous surpasser pour tendre vers la perfection divine.

Nous allons à présent glorifier le Seigneur en chantant le benedictus qui venit


Et maintenant, communions tous ensemble pour nous rapprocher de cet idéal aristotélicien de l'amitié entre fidèles.



Et après avoir rompu le pain, Ivrel en donna un morceau à chacun des fidèles.

Que la paix du Dieu soit avec vous.
Et avec votre esprit
Louons le seigneur.


Avant de vous laisser pour le repas dominical, je voudrais que vous répétiez après moi le Credo de L'église aristotélicienne :

Citation:
CREDO

Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,
Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine ;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible ;
En la communion des Saints ;
En la rémission des péchés ;
En la Vie Eternelle.

AMEN

Olcovidius en 123



Bon dimanche à tous.
Revenir en haut
chuna
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 18/06/2006 23:50:55    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Chuna avait assisté à la cérémonie d'Ivrel..un vrai délice...cela lui avait terriblement manqué...

Elle s'était assise du côté des stalles et avait prié en choeur...
Revenir en haut
Ivrel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 25/06/2006 08:08:25    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Les cloches se mirent à sonner pour inviter les solbats et leurs officiers à venir assister à la messe dominicale.

Ivrel sortit de la sacristie, elle arriva dans le choeur, elle s'agenouilla devant la croix en se signant, puis tendit les mains devant l'autel en priant. Enfin, elle se tourna vers l'assemblée des fidèles.


Que la paix soit avec vous
Et avec votre esprit


Mes enfants, la campagne pour les élections ducales a bien commencée, je suis très heureuse de son déroulement, pour l'instant c'est un bon débat d'idées et les attaques personnelles sont absentes, c'est très constructif..... il faut que cela continue comme cela.

Nous allons continuer la lecture du Livre des Vertus
Citation:
Création - Partie V : La réunion

Dieu regardait, ému, le petit groupe de créatures qui pleurait. Elles se sentaient abandonnées de Lui, car elles n’étaient pas dotées de talents particuliers. Elles en étaient venues à croire qu’Il les détestait, alors qu’Il aimait chacune de ses création. Elles faisaient partie de Lui et les détester reviendrait à détester une part de Lui. Il avait créé l’univers, le monde et la vie pour pouvoir les aimer, et Il les aimait.

Par à cet amour, Dieu avait doté chaque espèce de créatures composant la vie de talents afin qu’elles trouvent toutes leur place dans Sa création. Mais ce magnifique cadeau restait invisible aux yeux de ce petit groupe membre. Les humains qui le composaient étaient habités par le doute, restant aveugles à Son amour. Leurs larmes étaient sincères mais injustes. Ils ne demandaient qu’à être aimés de Lui, mais ne voyaient pas qu’Il le faisait déjà.

Les autres créatures étaient conscientes de ce cadeau, mais n’en avaient pas compris la raison. Elles s’imaginaient toutes être les seules à être ainsi récompensées. Les unes pensaient que seule la force étaient un cadeau de Dieu. D’autres faisaient la même erreur avec la vitesse, la nombreuse progéniture, la longévité, la laine, la capacité à voler ou encore le territoire qui leur avait été alloué par Lui. Elles s’estimaient donc toutes favorisées de Lui et se croyaient Ses préférées.

Mais cet humain, que les siens appelaient Oane, portait en lui le germe du talent que Dieu avait donné aux siens. Il prenait petit à petit conscience du véritable amour que Dieu portait à Sa création. Il commençait à comprendre que chaque composante de la création était aimée de Dieu, mais ne savait pas encore pourquoi. Il passait son temps à regarder les étoiles, espérant y trouver le Très Haut, mais il ne savait rien de Son omniprésence.

Alors, Dieu décida que le temps était venu de donner sa véritable place dans l’univers à l’espèce dans laquelle se trouvait la seule créature qui comprenait l’amour, seul véritable sens de la vie. Il se dit qu’il fallait éprouver l’amour que Ses créatures avaient pour Lui. Pour ce faire, Il décida de réunir toutes les créatures du monde en un seul endroit et de leur demander ce qu’était la vie. Ce qu’Il ferait d’elles dépendrait de leurs réponses.

Alors, d’une seule pensée de Dieu, toutes les créatures du monde entier furent au courant de la convocation divine. Sans attendre, elles se mirent en route. Il existait une gigantesque plaine verdoyante sur un continent verdoyant. C’était là que le monde entier devait se réunir pour entendre la question divine. C’était là que le sort de l’univers allait se jouer.

Il fallut de nombreuses années pour réunir tant de créatures. Toutes ne survécurent pas à ce long voyage, mais aucune n’avait l’intention de rebrousser chemin. Dieu avait insufflé en elles l’envie irrépressible de venir rejoindre la grande réunion de toute la création. Elles traversèrent les mers, les montagnes, les glaciers, les déserts brûlants et tant d’autres lieux difficiles. Elles continuaient cependant à vivre, à mourir, à se nourrir et à procréer. Mais tout cela en ne cessant jamais d’avancer.

Et enfin vint le jour fatidique où toute la création était réunie.



Nous allons à présent glorifier le Seigneur en chantant le veni sancte spiritus


Et maintenant, communions tous ensemble pour nous rapprocher de cet idéal aristotélicien de l'amitié entre fidèles.



Et après avoir rompu le pain, Ivrel en donna un morceau à chacun des fidèles.

Que la paix du Dieu soit avec vous.
Et avec votre esprit
Louons le seigneur.


Avant de vous laisser pour le repas dominical, je voudrais que vous répétiez après moi le Credo de L'église aristotélicienne :

Citation:
CREDO

Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,
Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'aprés avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine ;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible ;
En la communion des Saints ;
En la rémission des péchés ;
En la Vie Eternelle.

AMEN

Olcovidius en 123



Bon dimanche à tous.
Revenir en haut
oya
[rang]Fantôme
[rang]Fantôme

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2006
Messages: 2 369
Village: Montbrisson

MessagePosté le: 26/06/2006 03:34:49    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Le colonel Oya avait assisté a la messe de ce dimanche.. elle repensait a la lecture.. les dons... l'amour de Dieu, que l'homme ne devait jamais oublier.. et le pourquoi de tout ca.. la question était pertinente..

La messe était finie.. songeuse elle sorti de l'église et se dirigea vers les écuries

_________________
Conseillère militaire; ex Capitaine, connétable, capitaine, connétable.. re-ex-connétable ? (je veux ma canne) , colonel, sénéchal et maintenant ex-superviseur des douanes

Bref une tite vieille
ACTIVE
Revenir en haut
Ivrel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 01/07/2006 23:24:19    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Les cloches se mirent à sonner pour inviter les fidèles à venir assister à la messe.

Ivrel sortit de la sacristie, elle arriva dans le choeur, elle s'agenouilla devant la croix en se signant, puis tendit les mains devant l'autel en priant. Enfin, elle se tourna vers l'assemblée des fidèles.


Que la paix soit avec vous
Et avec votre esprit


Je tiens tout d'abord à féliciter les habitants du Duché en général, la semaine a été très calme, malgrè que nous soyons en pleine élection, il y a eu certes des débats, mais le ton est resté très correct, plus d'injures personnelles : sauf d'un volatile curieux, une sorte d'oiseau parlant, mais bon comme tout le monde le sait le cerveau des oiseaux est tellement petit qu'il disent rarement des choses censées, à part cui cui Very Happy .
Je vous invite donc à participer aussi à la vie matérielle de votre duché en allant vous exprimer lors du vote pour les élections ducales !!!

Nous allons continuer la lecture du Livre des Vertus, c'est un très gros livre, mais si vous voulez passer à la bibliothèque de l'église pour le lire, venez donc par ici

Citation:
Création - Partie VI : La question

Ce fut la plus grande concentration de créatures qui ait jamais eu lieu.

Elles étaient plusieurs milliards à s’être réunies sur la même gigantesque plaine. Elles se côtoyaient sans la moindre animosité. Les loups attendaient auprès des moutons, les chiens auprès des chats, les aigles auprès des mulots et les lions auprès des gazelles. On y voyait même des végétaux. Ainsi, les chênes, sapins, peupliers, oliviers, pommiers, dattiers et autres arbres formaient la plus gigantesque forêt qui soit. Les fleurs, les légumes, les fruits, le blé et le maïs étaient aussi présents. La gigantesque plaine était un véritable sanctuaire pour toute la vie, car elles attendaient toutes patiemment que Dieu viennent à elles pour leur poser la question.

Alors trembla le tonnerre, les nuages s’écartèrent et une douce lumière se fit dans l’espace ainsi dégagé dans le ciel. Parmi les créatures, un grand silence se fit. De la lueur céleste, une voix grave, pénétrante, mais douce et sereine se fit entendre. Alors, la voix dit: “Ecoutez-Moi, vous que J’ai conçu, car Je suis votre Dieu. Sans Moi, vous n'existeriez pas, et à Moi, vous devez fidélité.”

Dieu ajouta: “Nombre d’entre vous se disent Mes préférés, mais jamais Je n’ai jusqu’alors donné de préférence quelque créature que ce soit. Alors, le temps est venus que Je change cela. Le temps est venu que Je fasse un choix parmi Mes créatures. Le temps est venu que Je nomme une espèce parmi vous “Mes enfants”. Pour faire ce choix, Je vais vous poser une unique question.”

Dieu leur demanda donc: “Vous vivez grâce à Moi, car Je suis votre créateur. Vous vous nourrissez, vous vous reproduisez, vous élevez votre progéniture. Mais vous ne savez pas pourquoi vous vivez. Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie?”.

La plupart des créatures ne surent que répondre. Elles se regardaient les unes les autres, espérant trouver chez leurs voisines la réponse à cette bien étrange question. On pouvait observer un poisson rester béat, ne sachant que dire, un cheval frottant le sol de ses sabots, un chêne se courbant, cherchant désespérément la réponse à ses racines, et même une colombe se grattant la tête en signe de réflexion.

Mais l’une d’entre elles s’avança. Elle semblait sûre d’elle et de sa réponse. toutes les autres espèces lui ouvrirent le passage et, bientôt, un espace se dégagea autour d’elle. Elle leva les yeux vers Dieu, mais son regard était plein de suffisance. Elle répondit: “Tu as fait les créatures animées par le besoin de se nourrir. Tu as fait les forts capables de dévorer les faibles. Sans conteste, il s’agit donc d’assurer la domination du fort sur le faible!”.

Elle ajouta: “J’en veux pour preuve que je suis le dernier représentant de mon espèce. Seul le plus fort a survécu parmi les miens! Si Tu me nommes “Ton enfant”, je saurai Te montrer qui, de toutes créatures, doit dominer le monde.”

Elle attendit que Dieu la félicite pour sa réponse, mais en vain. Car Il ne lui répondit pas..


Et vous connaissez vous la réponse à la question de Dieu ? Quel est le sens de la vie ? Réfléchissez-y, et peut-être aurons-nous les réponses dimanche prochain, lorsque je continuerai à vous lire le "Livre des Vertus".
L'un d'entre vous aurait-il une idée.........

Et maintenant, communions tous ensemble pour nous rapprocher de cet idéal aristotélicien de l'amitié entre fidèles.



Et après avoir rompu le pain, Ivrel en donna un morceau à chacun des fidèles.

Que la paix du Dieu soit avec vous.
Et avec votre esprit
Louons le seigneur.


Je tiens aussi à vous informer que Monseigneur Trufaldini viens de partir en retraite spirituelle pour 15 jours, aussi en tant que Chanoine de la Cathédrale, j'assure l'intérim. Nous lui souhaitons une retraite profitable pour sa santé et son moral, n'est-ce pas mes enfants ? J'espère qu'il reviendra plein d'énergie (la correction du "Livre des Vertus" l'a beaucoup fatigué, il a fournit un travail phénoménal).

Avant de vous laisser, je voudrais que vous répétiez après moi le Credo de L'église aristotélicienne :




Bon dimanche à tous.
Revenir en haut
Wulfgar
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 02/07/2006 12:21:56    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Wulfgar avait été présent lors de la messe, il avait prié en choeur et avait "bue" les paroles d'Ivrel.
Il avait profité de l'occasion pour alléger son coeur.


AMEN.
Revenir en haut
Ivrel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 09/07/2006 06:34:50    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Les cloches se mirent à sonner pour inviter les soldats à venir assister à la messe dominicale.

Ivrel sortit de la sacristie, elle arriva dans le choeur, elle s'agenouilla devant la croix en se signant, puis tendit les mains devant l'autel en priant. Enfin, elle se tourna vers l'assemblée des fidèles.

Que la paix soit avec vous
Et avec votre esprit


Je voulais souhaiter bonne chance au nouveau conseil ducal et à son duc Messire Silec, puisse Dieu les guider. Je vous demanderai aussi de prier pour le succès du nouvel évèque de Normandie Pouyss pour la lourde tâche qui sera la sienne dans la lutte contre l'hétérodoxie.

Nous allons essayé cette semaine de trouver la réponse à la question posée par Dieu dans le Livre des Vertus :
Citation:
Création - Partie VII : L’amour

Dieu ne répondit pas à la créature qui avait fait l’apologie de la domination du fort par le faible.

Il se tourna vers un groupe de créatures. C’était justement celui qui faisait partie de l’espèce humaine et qui avait parcouru le monde. Dieu savait que ce groupe se croyait rejeté par Lui. Ces humains pensaient être privés de tout talent. Ils estimaient être mis à l’écart de la création du fait de leur prétendue infériorité. Mais, parmi eux, l’humain qui portait le nom d’Oane détenait, sans en être sûr, la réponse à la question posée par le Très Haut.

Car Oane doutait. Il regardait souvent les étoiles, espérant voir Dieu. Il aimait le Très Haut d’un amour sincère, mais ne savait pas si cela était le véritable sens de la vie. Il voulait bien donner sa réponse, mais il était considéré comme faible d’esprit par son groupe et personne ne voulait le laisser parler. Mais Dieu était omnipotent. Il avait écouté le groupe d’humains se plaindre. Mais surtout, Il avait perçu l’amour et le doute dans le coeur d’Oane.

Alors, depuis le ciel, un rayon de lumière se fit et vint nimber Oane. Toutes les créatures furent ébahies, admirant la douce lumière qui auréolait l’humain. Elles s’écartèrent alors, le laissant seule face à Dieu. Il contempla son corps enluminé d’un regard plein de curiosité. Puis il se tourna vers les membres de son groupe. Pour la première fois de sa vie, il put voir dans leur regard non pas du mépris mais du respect.

Et Dieu lui demanda: “Et toi, l’humain, n’as-tu rien à Me répondre? J’ai ici convoqué toute Ma création pour trouver celui qui donnera la juste réponse à Ma question. Tu es venu et tu n’as pas répondu. Alors, maintenant, Je te somme de le faire!”. Alors, Oane, terrifié par le ton sévère de son créateur, leva les yeux vers Lui et, d’un ton hésitant, dit: “Mais, ô Très Haut, je ne sais si ma réponse est juste...”. Et Dieu lui ordonna: “Parle et je te le dirai!”.

Alors, Oane répondit: “Tu as certes fait Tes créatures se nourrissant les unes des autres. Il leur faut chasser et tuer pour se nourrir. De même, il leur faut se battre pour défendre sa vie. Mais il n’y a pas de fort ni de faible. Personne ne rabaisse ni ne piétine les autres. Nous sommes tous unis dans la vie et nous sommes tous Tes humbles serviteurs. Car Tu es notre créateur."

"C’est pour cela que Tu as donné des talents plus beaux les uns que les autres à toutes Tes créatures. Chacune d’elles a sa place dans Ta création. Son talent permet à chacune d’elles de la trouver. De ce fait, il n’y a pas de créature préférée de Toi, ô Très Haut. Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a créé alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste."

"Nous sommes certes enchaînés à la matière, certes soumis à ses lois, mais notre but est de tendre vers Toi, l’Esprit Éternel et Parfait. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour.” Alors Dieu dit: “Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer tes semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes.


Ainsi était la réponse à la question posée par Dieu et seul l'être humain avait pu l'appréhender.
Pourquoi était ce ce peuple? Parce qu'il avait voyager dans le monde? Parce qu'il avait reçus la capacité de connaître les choses? Ou peut être parce que celui ci pensait être rejeté de Dieu et pensait devoir de débrouiller seul?
Il nous faut, vous faut, réfléchir à cette question.
La capacité essentiel de l'homme est de pouvoir Aimer mais est elle la seule...
Peut être que c'est cela qui nous permet de comprendre l'Amour que l'on nous porte, nous pouvons Aimer nous aussi.
Nous le voyons dans chaque gestes de la vie quotidienne: du verre offert dans nos tavernes à un inconnu. Tout cela est de l'Amour, ce don de Dieu à notre espèce.
Nous avons parfois tendance à oublier ce précepte d'Amour mais, pour remercier le seigneur de cette grâce, nous n'en avons pas le droit.

Et maintenant, communions tous ensemble pour nous rapprocher de cet idéal aristotélicien de l'amitié entre fidèles.



Et après avoir rompu le pain, Ivrel en donna un morceau à chacun des fidèles.

Que la paix du Dieu soit avec vous.
Et avec votre esprit
Louons le seigneur.


Avant de vous laisser pour le repas dominical, je voudrais que vous répétiez après moi le Credo de L'église aristotélicienne :




Bon dimanche à tous.
Revenir en haut
oya
[rang]Fantôme
[rang]Fantôme

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2006
Messages: 2 369
Village: Montbrisson

MessagePosté le: 09/07/2006 14:52:31    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Oya étais assise tout au fond de l'église.. un moment de recueillement que ces belles messes que l'aumoniere leur offrait.

Si tous pouvait appliquer ces preceptes d'amour dont parlait Ivrel... et surtout comprendre que personne n'est plus fort.. ni plus faible.. que tous ont des talents et une place sur cette terre... une raison d'y être.. que le moindre petit être vivant servait... cette terre ne serait-elle pas plus belle? La vie ne serait-elle pas plus simple?

Mais l'homme est mal fait.. borné.. et ne veut rien comprendre..

La messe terminée.. Oya se releva et retourna dans ses bureaux..
_________________
Conseillère militaire; ex Capitaine, connétable, capitaine, connétable.. re-ex-connétable ? (je veux ma canne) , colonel, sénéchal et maintenant ex-superviseur des douanes

Bref une tite vieille
ACTIVE
Revenir en haut
Ivrel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 16/07/2006 09:04:41    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Les cloches se mirent à sonner pour inviter les fidèles à venir assister à la messe dominicale.

Ivrel sortit de la sacristie, elle arriva dans le choeur, elle s'agenouilla devant la croix en se signant, puis tendit les mains devant l'autel en priant. Enfin, elle se tourna vers l'assemblée des fidèles.


Que la paix soit avec vous
Et avec votre esprit


En ces jours chauds de l'été, la fatigue s'impose à nous, mais mes enfants, ne vous laissez pas aller à l'acédie. Il nous faut plus que jamais travailler courageusement dans nos champs de blé et de maïs, car le duché a besoin de nous, paysans, il compte sur nous pour l'aider à nourrir les bêtes qui seront vendues à nos éleveurs.
Aussi mes enfants, je vous encourage à produire blé et maïs à des prix raisonnables pour le bien de notre beau duché.

Et cette semaine nous terminons le 1er chapitre du tome 1.
Citation:
Création - Partie VIII : La décision

Toutes les autres créatures furent surprises de cette décision de Dieu de faire des humains Ses enfants. Elles ne comprenaient pas ce qu’était l’amour et ne pouvaient concevoir que le Très Haut y accorde tant d’importance. Toutes se mirent à chuchoter, espérant que l’une d’elles explique aux autres ce choix divin.

Mais Dieu tourna Sa voix en direction des créatures qui n’avaient pu Lui donner de réponse. Il leur dit: “Vous qui n’avez pas su me répondre, vous qui vous prétendiez Mes créatures préférées. Vos esprits ne seront plus des choses supérieures. Elles ne tendront plus vers Moi. Comme vous serez dorénavant soumis à l’humain, de part votre nature strictement matérielle, je vous prive du langage. Vous bêlerez, meuglerez, grognerez, siffloterez, miaulerez ou aboierez jusqu’à la fin des temps!”.

Puis, Dieu tourna Sa voix en direction de la créature qui avait affirmé la domination du fort sur le faible. Il lui dit: “Puisque tu es si sûre de ton choix, je te laisse l’occasion de le prouver. Tu conservera ton esprit, mais ton corps sera fait d’ombre. Ainsi, tu vivra, seul, côtoyant les humains, jusqu’à ce que Je te délivre de ta peine. Ainsi, personne ne te verra et personne ne te nommera, car J’ai Moi-même décidé de ne pas le faire.”

Dieu tourna ensuite Sa voix en direction d’Oane et lui dit: “J’ai fait de ton espèce Mes enfants. Je fais maintenant de vos esprits des âmes. Elles se différencient des esprits des autres espèces en ce qu’elles resteront dorénavant les seules à être de nature supérieure, à tendre vers Ma divine perfection. Ainsi, je divise le temps en sept parties, appelées “jours”, afin qu’à chaque septième jour, toi et les tiens vous vous réunissiez pour honorer votre père: Moi.”

“Mais il faudra encore que, chaque jour, toi et les tiens fassiez perdurer votre espèce. A l’exception de celle que Je n’ai pas nommée, J’ai fais de toutes les créatures vos soumises. Ainsi, vous vous en nourrirez, sans qu’elles ne se nourrissent de vous. Ce pouvoir dont vous disposez de vous nourrir des autres espèces, Je le nomme “travail”. Mais, afin que vous n’oubliiez jamais que ce pouvoir est un don de Moi, vous récompensant ainsi de ta bonne réponse, Oane, le travail sera laborieux, difficile, usant et fatigant. Mais ne te plaints pas de la souffrance que cela te cause, car, en vérité, c’est un bien beau cadeau que Je te fais.”

“Afin que vous remplaciez par de nouvelles générations celles dont la vie se termine, je vous fais un cadeau bien plus beau encore. Cet amour que J’attend de vous, Je vous permet aussi de l’éprouver également envers vous, en couple. La tendresse et le désir mutuels seront les composantes de ce pur sentiment. La procréation en sera le but. Mais seul l’amour que J’aurai béni pourra permettre l’acte de chair, afin que votre espèce perdure dans Mon amour.”

Alors, Dieu créa deux astres au-dessus du monde. L’un, rayonnant de lumière, fut appelé “soleil”. L’autre, luisant froidement, fut nommé “lune”. Dieu expliqua à Oane: “Que votre fidélité soit celle des enfants envers leurs parents ou je serais aussi sévère que les parents envers leurs enfants. Car, lorsque chacun de vous mourra, Je le jugerai, en fonction de la vie qu’il a mené. Le soleil inondera chaque jour le monde de sa lumière, par preuve d’amour pour Ma création. Ceux, parmi les tiens, que j’y enverrai, vivrons une éternité de bonheur. Mais entre chaque jour, la lune prendra la relève. Et ceux qui, parmi les tiens, y seront jetés n’y connaîtront plus que la tourmente.”


Oane a permis que nous humains soyons élevés au dessus des autres espèces crées par Dieu, car il avait compris que l'Amour est le don majeur de Dieu ; mais pour autant Dieu sait aussi être juge, et c'est un juge implacable, car il est omniscient et omnipotent, il sait tout et vois tout. Mais c'est aussi la pérogative de Dieu, celle d'être notre juge à l'heure de notre mort.

Et maintenant, communions tous ensemble pour nous rapprocher de cet idéal aristotélicien de l'amitié entre fidèles, de cet amour entre les hommes.



Et après avoir rompu le pain, Ivrel en donna un morceau à chacun des fidèles.

Que la paix du Dieu soit avec vous.
Et avec votre esprit
Louons le seigneur.


Je voulais aussi vous demander une minute de silence en l'honneur de Dame Jariane, épouse bien aimée de notre Duc, Messire Silec empoisonnée par un inconnu ............................................................

Avant de vous laisser pour le repas dominical, je voudrais que vous répétiez après moi le Credo de L'église aristotélicienne :



Bon dimanche à tous.
Revenir en haut
Pythagore
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 16/07/2006 13:15:12    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Le Lieutenant Pythagore entra dans la chapelle et vint s'agenouiller au premier rang qui était encore libre.
Il joignit ses deux mains, écouta la messe de l'abbesse Ivrel et pria en silence.

La messe terminée, il repartit en discutant avec Ivrel dans leur Garnison.
Revenir en haut
Ivrel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 23/07/2006 13:03:13    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Les cloches se mirent à sonner pour inviter les fidèles à venir assister à la messe dominicale.

Ivrel sortit de la sacristie, elle arriva dans le choeur, s'agenouilla devant la croix en se signant, puis tendit les mains devant l'autel en priant. Enfin, elle se tourna vers l'assemblée des fidèles.


Que la paix soit avec vous
Et avec votre esprit


Je tiens tout d'abord à vous informer de ma retraite spirituelle prochaine à la Chartreuse de Port Saint Marie, dans mes Combrailles natales, et ce jusque aux environs du 15 Août.

Ivrel se dirigea alors vers le lutrin et referma le Livre des Vertus.

Par ces temps chauds, je ne vous lirai point le Livre sacré, je sens que vous avez un peu tendance à somnoler Wink . Je vous rapellerai simplement qu'il ne faut pas oublier pour autant d'aller travailler dans vos champs, le Duché, par l'intermédiaire de son bailli a toujours besoin de blé et de maïs pour nourrir les jeunes animaux qui seront vendus aux éleveurs.

Je voudrai que nous ayons une pensée pour Dame Jariane, femme de notre Duc, puisse-t-elle aller siéger près de Dieu, dans le soleil divin.
Adressons aussi nos prières à Dieu pour que notre évêque, Monseigneur Trufaldini, se rétablisse et revienne rapidement nous guider dans notre foi.

Et maintenant, communions tous ensemble pour nous rapprocher de cet idéal aristotélicien de l'amitié entre fidèles, de cet amour entre les hommes.



Et après avoir rompu le pain, Ivrel en donna un morceau à chacun des fidèles.

Que la paix du Dieu soit avec vous.
Et avec votre esprit
Louons Dieu et ses prophètes Aristote et Christos


Dame Tchii, soldat à la garnison d'Aurillac, a disparu depuis vendredi, tous ses amis sont inquiets et la cherche, ouvrez bien l'oeil mes enfants et si vous la voyez prévenez rapidement Thibantik qui la cherche partout. J'espère que l'homme qui s'est subreptissement introduit dans la caserne n'est pas responsable de sa disparition.

Avant de vous laisser pour le repas dominical, je voudrais que vous répétiez après moi le Credo de L'église aristotélicienne :



Bon dimanche à tous.
Revenir en haut
Arkinis
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 23/07/2006 13:06:28    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Arkinis prie pour l'évêque Trufaldini et pour que rien ne soit arrivé au Soldat Tchii.
Revenir en haut
Ivrel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 13/08/2006 00:39:17    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Ivrel reviens enfin dans cette belle chapelle, après plusieurs semaines d'absence, car elle était partie en retraite spirituelle à l'abbaye de Port Sainte Marie, dans les Combrailles proches.

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*


Les cloches se mirent à sonner pour inviter les fidèles à venir assister à la messe dominicale.

Ivrel sortit de la sacristie, arriva dans le choeur, s'agenouilla devant la croix en se signant, puis tendit les mains devant l'autel en priant. Enfin, elle se tourna vers l'assemblée des fidèles.


Que la paix soit avec vous
Et avec votre esprit


Je suis rentrée de ma retraite spirituelle il y a 8 jours et quel ne fut pas ma douleur que de constater encore et toujours que notre beau Duché est la proie de profiteurs et que ceux-ci mettent en lumière les dissensions entre les habitants, au lieu de leur permettre de mettre en pratique cette amitié aristotélicienne qui est aussi un lien puissant contre l'adversité.
Je vous adjure mes enfants de vous unir pour conjurer la méchanceté, c'est à ce prix que nous retrouverons la paix de l'âme.

Ivrel se dirigea alors vers le lutrin.

Je vais vous lire un passage du Livre des Vertus
Citation:


La fin des temps V: Les questions - extrait

Mais nombre de questions n’avaient pas encore trouvé de réponse. Je demandai à Dieu si Il voulait bien éclairer ma lanterne et, dans Sa grande miséricorde, Il accepta.

Je Lui demandai: “Quand serons-nous jugés? Quelles seront les peines et les récompenses que nous aurons?” Il me répondit: “J’ai décidé, lorsque J’ai fait des humains Mes enfants, de leur faire le plus beau des cadeaux: J’ai fait de tous vos esprits des âmes, vous permettant de gagner le Paradis si vous suivez les enseignements d’Aristote et de Christos, mais vous punissant des Enfers si vous vous détournez du chemin qu’ils ont tracé. Vous êtes en cour de jugement tout au long de votre vie. Chaque pensée, chaque parole et chaque action influent sur Ma décision finale. Lorsque chacun de vous meurt, Je décide de votre destination éternelle. Selon que vous avez été vertueux ou pécheur, vous rejoignez les rangs des élus ou des damnés.”...


Avancez dans votre vie avec le coeur pur mes enfants, soyez honnètes et droits, et à l'heure de votre mort, vous vous élèverez dans le soleil pour vivre au côté de Dieu pour l'éternité.

Et maintenant, communions tous ensemble pour nous rapprocher de cet idéal aristotélicien de l'amitié entre fidèles, de cet amour entre les hommes.



Et après avoir rompu le pain, Ivrel en donna un morceau à chacun des fidèles.

Que la paix du Dieu soit avec vous.
Et avec votre esprit
Louons Dieu et ses prophètes Aristote et Christos


Avant de réciter le Credo, adressons en notre coeur une prière à Dieu pour que notre bien aimé évêque Monseigneur Trufaldini se rétablisse vite.



Bon dimanche à tous.
Revenir en haut
azdrine
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 14/08/2006 10:18:22    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Depuis qu'il avait intégré à l'Ost, Azdrine avait beaucoup entendu parler des messes de l'abesse Ivrel. Il avait l'occasion d'y assister en ce dimanche pour la première fois, ce qu'il fit sans hésitation. Son coeur et son esprit fut soulagé de voir et d'entendre des paroles reconfortantes. Les récents problèmes étaient dans toutes les discussions. Mais cette messe retira a Azdrine le poids du tracas. Il ressortit de la chapelle serein, revigoré.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 21:04:23    Sujet du message: Messes à la Chapelle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Caserne -> [arC]Archives communes -> Archives Chapelle Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 315, 16, 17  >
Page 1 sur 17

Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.
Marquer tous les forums comme lus
Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite