Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum Caserne du Bourbonnais-Auvergne
Point de rassemblement de la Compagnie d'Ordonnance du Bourbonnais-Auvergne
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Messes à la Chapelle
Aller à la page: <  1, 2, 39, 10, 1115, 16, 17  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Caserne -> [arC]Archives communes -> Archives Chapelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
marijack






MessagePosté le: 13/01/2008 22:43:15    Sujet du message: en retard Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revue du message précédent :

marijack arriva bien aprés le sermon du dimanche.il avait été retardé en chemin.Un voyageur égaré lui ayant demander son chemin,l'invita à partagé son morceau de pain et son outre de vin avec lui.marijack et l'inconu communiérent ensemble.Même loin de la maison de notre seigneur Marijack etait en paix .Que l'amour de votre prochain soit source de plénitude. Exclamation Razz
Revenir en haut
Apolonie
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 17/01/2008 02:01:51    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Apolonie était arrivée avant même l'aumonière. Elle s'était assise discrètement dans un coin, reccueillie. Hier soir avait eu lieu LA bataille. Elle le savait. C'était cette nuit. Quelle en serait la fin ? Son frère et des amis d'un coté, des amis et des camarades d'armes de l'autre.

Toutes ses prières seront aujourd'hui tournées vers le combat de Vendome, vers les blessés et les morts, priant également pour que son frère n'en fasse pas partie.

Monicaa entre et débute la messe. S'ensuit le sermon. Apo écoute, patiemment, tranquillement. N'est pas contre toutes les geurres, mais forcément elle est touchée de près lorsque son sang est sur le terrain. L'homélie concerne aujourd'hui la vérité et les faux semblants. A méditer, pour l'instant, la jeune femme a l'esprit préoccupé par d'autres vérités. Serrant sa médaille de baptême si fort dans sa main qu'elle y verra bientot la marque imprimée dans sa cicatrice encore récente, elle songe à son parrain qu'elle aimerait avoir rpès d'elle, à ses amis, à son frère, à son aimé... à la Touraine.

Elle récite le credo de l'aumonière, le connaissant par coeur pour l'entendre depuis deux mois chaque dimanche. Puis elle attend que le monde sorte de la chapelle pour se diriger à son tour vers la porte. Sourire à Monicaa, remerciements murmurés. Puis s'échappe dans le froid jusqu'à rejoindre sa garnison.
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 20/01/2008 09:13:37    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Aujourd'hui, en ce dimanche 20 janvier 1456, jour de la Saint Sébastien, celui qui approfondit la foi, nous allons poursuivre sur la "Pensée et la Foi" que nous avons entamé dimanche dernier... Je vous invite au voyage au pays des idées " l'Etre Divin est tout puissant" ... Very Happy

Aussitôt dit l'Aumônière appela à la prière ses compagnons d’armes, les militaires présents à la COBA, au moyen de la cloche de la chapelle
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav

Monicaa accueille tous ceux qui sont déjà sur les parvis, par une antienne.

http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/in_da_pacem.mp3:

Monicaa se place devant l’autel, et prend la parole :

-« Nous voici réunis, en ce dimanche 20 janvier 1456, appelons notre coeur à s'ouvrir à Saint Sébastien, dans la foi et à ce que sont les idées de l'Etre Divin tout puissant !
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3

Gloire au Très - Haut
Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. Récitons le Crédo aristotélicien » :



Veuillez prendre place mes amis, soeurs et frères d’armes. »
Monicaa, prend place derrière le pupitre et poursuit son exégèses de se que sont les idées, la Pensée la foi, sur le tamis de l'Etre Divin est Tout Puissant....

Citation:


La Foi… les origines de la Foi… regardez dans votre menu transcendant :
De : « Quelle sottise de dire que l'Etre Divin est tout-puissant. » ;
à : « Vous êtes convaincu que l'Etre Divin est tout-puissant. » ;

De tous temps l’homme a éprouvé le besoin de s’imaginer des Divinités supérieures créatrices de l’univers, pour expliquer les phénomènes qui dépassaient son intellect ou ses facultés cognitives. Ainsi telle divinité avait une action sur le soleil, telle autre régnait sur les mers, telle autre agissait sur la nature et la fécondité, ou bien des Dieux du feu, de la guerre et de la mort. Ces derniers sont bien l’expression de ce que l’homme avait le plus peur, cette idolâtrie et le culte entretenu en hommage à ces divinités n’avait de sens que pour créer l’illusion de protéger les pauvres humains qu’ils étaient. Tout ce dont la raison ne pouvait matériellement expliquer était attribué à l’action « divine ». Les civilisations antiques, en Egypte, en Perse, en Grèce ou sous l’empire Romain, ont toutes repris une mythologie spécifique quant elles n’était pas concaténées, ou de stéréotyper ces divinités entre le bien et le mal, quand elle n’étaient pas hiérarchisées ou filialisées entre elles, afin d’expliquer au mieux les actions temporelles, et d’asservir leur volonté. Ces « divinités », adulées par la masse du peuple, étaient « servies » par des prêtres qui officiaient dans les temples élevés à leur gloire. Des dignitaires et des dirigeants – des rois – venaient « consulter » ces prêtres avant toute action de leur part, pour obtenir l’assentiment de « la divinité », ou pour faire évoluer les chances de réussite dans leurs projets plus ou moins belliqueux ou expansionnistes. Très vite les prêtres furent associés au pouvoir et demeuraient auprès des rois ou autorités qui les entretenaient.
La religion a une action bienveillante, c’est de pacifier les foules, et de rendre meilleur l’individu. Les préceptes du « Dogme » doivent guider l’homme vers une vie vertueuse dans une harmonie collective. Ainsi chaque homme ou femme qui déclare être en accord avec les dogmes les fait siens devant l’assemblée de fidèles. Cependant on observe que lorsque touchée individuellement, sa raison lui fait commettre des actes contraires aux règles imposées par la doctrine morale et religieuse, ce « fidèle » répond qu’il n’était pas lui-même, étant sous l’emprise du malin, ou de l’alcool ! L’homme est versatile, cupide et vaniteux. Une religion quelle qu’elle soit n’est appliquée qu’à titre de confession individuelle ! Mais en tant que décret ou loi temporelle elle ne lie personne ! Les règles pieuses doivent s’appliquer tout d’abord à l’individu qui les fait siennes. Fort de ces vertus l’homme s’élève et rayonne dans son entourage ; solide de ses pensées, il acquiert une force et une ténacité inébranlables. L’espoir en tout ce qu’il fait et entreprend, le rend audacieux et confiant : « c’est la Foi » ! Oui la Foi en lui est communicative, persuasive et source inépuisable sans laquelle aucune innovation n’aurait pu être réalisée, car seule la foi qui exalte les foules donne lieu à des réalisations merveilleuses ou gigantesques, dont les Saints de notre église en sont un exemple…. Exemplarité des vertus durant notre existence, voilà ce qu’il faut toujours garder à l’esprit. Sans la foi et l’abnégation des fidèles ouvriers, le savoir-faire des « concepteurs » de cathédrales, n’aurait pas pu s’accomplir et voir le jour !
L’avenir est une illusion, mais cette illusion, cette idée du futur, peut se réaliser par la foi, la ténacité, le dynamisme et l’ingéniosité des hommes. L’homme a un esprit matérialiste, il a besoin de repères spirituels pour fixer ses espoirs : la religion les lui fournit pour peu qu’il soit sincère avec lui-même. Il faut rompre avec les instincts naturels de l’homme et raisonner intérieurement pour extraire de la somme des connaissances qui nous sont données, ce qu’il y a de subjectif ou d’alambiqué, pour ne retenir que les termes simples et bien compris par tous : La vérité. « Puis-je être contraint de croire à toutes les absurdités ? » Tout doit être analysé et raisonné par notre pensée. La vérité n’a pour limite que le mental de l’individu qui l’intègre. La religion nous guide vers une théorie, cet idéal du mieux-être une fois mis à nu et dépouillé des fioritures ou de fastes historiques, nous permettra d’adopter un comportement raisonné et accepté de tous, qui est souvent appelé : « la Sagesse », et qui concourt à obtenir une autorité involontaire et spontanée de notre entourage.
Otez la foi à un croyant, et il n’y a plus d’homme ! C’est vrai dans la majorité des cas. Le croyant s’est inféodé à un dogme, et bien qu’il n’ai pas, par paresse, extrait les enseignements, il applique les préceptes et les règles de sa religion, sans en comprendre le sens profond, s’en remettant au prêtre qui officie. Ce croyant n’a de croyant que le nom, enlevez lui son nom, il n’y a plus personne ! De même s’il n’y a pas de fondement à la raison, il n’y a plus de but. L’irréel ne peut être imaginé dans nos pensées et nos rêves, que parce que le réel est bien là. Supprimez le réel et il n’y a plus rien ! Je vous ai bien annoncé : « enlevez la foi à un croyant, et dans la majorité des cas il n’y a plus personne » ; car pour certains, le travail, la liberté, le devoir, l’honneur ne sont pas de vains mots, mais des vertus cardinales. Ces hommes et femmes ont fait un effort de recherche personnelle, ils ont su en extraire l’essentiel et se passer du superflu. Ils ont su ôter toute gangue ou enjolivure, pour ne distinguer que l’essentiel, le vertueux, la réalité des choses. A ceux-ci vous ne pourrez leur enlever quoi que ce soit ! L’espoir ne les quitte plus. On ne peut pas réclamer de tous, qu’il se servent du don qu’ils possèdent : l’Enthousiasme.



Maintenant reprenons tous ensemble, comme une vraie communauté le crédo aristotélicien ; voisi une version personnelle que j'affectionne :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

J’admire Saint-François de Gênes,
Homme à la vie d’abord futile qui se métamorphosa
En homme de foi et en apôtre d’une vie sans haine.
L’Amitié et toutes les créatures jusqu’au loup il honora.

J’admire encore notre Frère Girtan,
Homme à la vie dense en rebondissements,
Qui s’épanouit en Frère Franciscain et en pasteur,
Parcourut les livres comme les royaumes en véritable parleur.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

Que la fulgurance d'Aristote nous accompagne !
Que l'extase de Christos nous transcende!
Que le Très-Haut nous garde !

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! [/b]


-« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »
-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! »

[i]L’assistance se fit face, tour à tour, qui pour se donner une poignée de mains, qui pour s’embrasser, dans la joie et la fraternité aristotélicienne. Avant de quitter progressivement la chapelle de la COBA et de vaquer à ses occupations… Monicaa les remerciant tour à tour devant les parvis.

http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav[color=][/color]
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 27/01/2008 09:34:14    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Aujourd'hui, en ce dimanche 27 janvier 1456, jour de la Sainte Angèle, prions pour ceux qui restent dehors et qui se les gèlent ! Embarassed ... Je vous invite au voyage intérieur, dans votre coeur en toute compassion. ... Very Happy

Aussitôt dit l'Aumônière appela à la prière ses compagnons d’armes, les militaires présents à la COBA, au moyen de la cloche de la chapelle
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav

Monicaa accueille tous ceux qui sont déjà sur les parvis, par une antienne.

http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/in_da_pacem.mp3:

Monicaa se place devant l’autel, regarde l'assemblée pour se rendre compte de l'évidence : l'église était de moins en moins remplie à chaque office.... Sad . Mais soit, elle ferait quand même le sermon qu'elle avait préparé et commence l'office :

-« Nous voici réunis, en ce dimanche 27 janvier 1456, appelons notre coeur à s'ouvrir à Sainte Angèle qui a pitié de ceux qui se les gèlent...Cette fois, je vous invite à méditer sur ce que vous faites pour aider les plus pauvres.
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3

Gloire au Très - Haut
Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. Récitons le Crédo aristotélicien » :



Veuillez prendre place mes amis, soeurs et frères d’armes. »
Monicaa, prend place derrière le pupitre, regarde encore la maigre assemblée, puis commence la lecture du livre des vertus...

Citation:


Citation:

Vita de Christos V
Citation:

Alors, comme Jeshua jeûnait depuis des jours, il avait de plus en plus faim. Il sentait son ventre lui faire mal, et monter en lui l’envie d’ouvrir les dernières provisions qui lui restait dans son sac en peau de mouton. La créature sans nom, douée d'un charisme exceptionnel lui disait :

" Ouvre ton sac, Christos, fils de Giosep, car tu as faim. Mange donc cette viande et ce pain qui t’attendent… tu pourra toujours te réserver les sauterelles pour plus tard. "

Christos répondit, sans se mettre en colère : " Va t’en, toi, qui veut me perdre dans la gourmandise. Je n’ouvrirais pas mon sac car le monde appartient à ceux qui savent endurer la faim. "

Le jeûne est une action de méditation, une action qui nous rapproche de Christos. Le jeûne, mes frères, mes soeurs, nous permet de comprendre ce que ressent l'affamé. Oh, je sais que vous travaillez dur pour gagner quelques maigres écus qui vous permettent alors de manger. Mais ce que vous prenez pour une charge est une bénédiction ! Car celui qui n'a rien, ni champs, ni échoppe dépend entièrement des autres. Il convient que les plus nantis donnent aux pauvres au lieu de se plaindre. Et cela le jeûne peut vous le faire comprendre dans votre corps.

Et Christos lui-même fut tenté. Et lui qui menait une vie de méditation et de pauvreté a refusé de céder à la tentation. Il s'est montré plus fort que la créature sans nom.

Aristote, déjà, nous enseignait la juste mesure. La vertu est un juste milieu entre deux vices extrêmes. Et dans le cas présent, ces vices ont pour nom prodigalité et avarice. L'avarice, c'est être jaloux de son avoir de manière maladive. Mais n'est-il pas vain de s'attacher à ce point aux choses matérielles quand le paradis est accessible par une vie pieuse et juste ? La prodigalité, c'est être négligent, et dispendieux. C'est gaspiller et dilapider son patrimoine. Et c'est un vice tout aussi grave, même sous couvert de charité. C'est ce que Sainte Angèle qui se les gèle nous rappelle !

La véritable générosité, c'est de donner selon ce qu'on a, ni plus ni moins. Il n'y a pas de honte à chercher à s'enrichir, pas plus qu'à partager ses biens. Ce qui est honteux, c'est l'excès dans chacune de ces voies.




L'heure est maintenant venue de célébrer la communion.





Maintenant reprenons tous ensemble, comme une vraie communauté le crédo aristotélicien ; voisi une version personnelle que j'affectionne :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

J’admire Saint-François de Gênes,
Homme à la vie d’abord futile qui se métamorphosa
En homme de foi et en apôtre d’une vie sans haine.
L’Amitié et toutes les créatures jusqu’au loup il honora.

J’admire encore notre Frère Girtan,
Homme à la vie dense en rebondissements,
Qui s’épanouit en Frère Franciscain et en pasteur,
Parcourut les livres comme les royaumes en véritable parleur.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

Que la fulgurance d'Aristote nous accompagne !
Que l'extase de Christos nous transcende!
Que le Très-Haut nous garde !

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! [/b]


-« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »
-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! »

L’assistance se fit face, tour à tour, qui pour se donner une poignée de mains, qui pour s’embrasser, dans la joie et la fraternité aristotélicienne. Avant de quitter progressivement la chapelle de la COBA et de vaquer à ses occupations… Monicaa les remerciant tour à tour devant les parvis.
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav[color=][/color]
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Sallaberry
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 27/01/2008 16:01:47    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Le capitaine s'était installé sur un des bancs du fond. En silence il avait écouté Monicaa parler du jeûne.
Il était content d'être venu. Il n'avait jamais pris le temps de réfléchir aux raisons de cet acte, et le prêche lui donnait un nouveau sens.

Il communia et pria avec le reste de l'assemblée avant de quitter la chapelle
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 03/02/2008 10:22:03    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Aujourd'hui, en ce dimanche 3 février 1456, jour de la Saint Blaise, prions pour que tous se sentent à l'aise ! Cool ... Je vous invite à voyager en pensées, un partage de méditation... ... Very Happy

Aussitôt dit l'Aumônière appela à la prière ses compagnons d’armes, les militaires présents à la COBA, au moyen de la cloche de la chapelle
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav

Monicaa se place devant l’autel, regarde l'assemblée pour se rendre compte de l'évidence : l'église était de moins en moins remplie à chaque office.... Sad . Impassible et magnanime, poursuit son office :

-« Nous voici réunis, en ce dimanche 3 février 1456, appelons notre coeur à s'ouvrir à Saint Blaise pour nous sentir à l'aise! Je vous invite à méditer sur vos actions et pourquoi vous les faites.
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3

Gloire au Très - Haut
Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. Récitons le Crédo aristotélicien » :



Veuillez prendre place mes amis, soeurs et frères d’armes. »
Monicaa, prend place derrière le pupitre, regarde encore la piteuse assemblée, puis commence la lecture du livre des vertus avec enthousiasme...


-"Mes frères et mes sœurs d’armes à la COBA, je vous invite aujourd'hui, à écouter un extrait du Livre des Vertus, au chapitre VI : « la Création. » Au moment où le Très-Haut rassembla toutes ses créatures

Citation:

...Ce fut la plus grande concentration de créatures qui ait jamais eu lieu.

Elles étaient plusieurs milliards à s’être réunies sur la même gigantesque plaine. Elles se côtoyaient sans la moindre animosité. Les loups attendaient auprès des moutons, les chiens auprès des chats, les aigles auprès des mulots et les lions auprès des gazelles. On y voyait même des végétaux. Ainsi, les chênes, sapins, peupliers, oliviers, pommiers, dattiers et autres arbres formaient la plus gigantesque forêt qui soit. Les fleurs, les légumes, les fruits, le blé et le maïs étaient aussi présents. La gigantesque plaine était un véritable sanctuaire pour toute la vie, car elles attendaient toutes patiemment que Dieu viennent à elles pour leur poser la question.

Alors gronda le tonnerre, les nuages s’écartèrent et une douce lumière se fit dans l’espace ainsi dégagé dans le ciel. Parmi les créatures, un grand silence se fit. De la lueur céleste, une voix grave, pénétrante, mais douce et sereine se fit entendre. Alors, la voix dit: “Ecoutez-Moi, vous que J’ai conçu, car Je suis votre Dieu. Sans Moi, vous n'existeriez pas, et à Moi, vous devez fidélité.”

Dieu ajouta: “Nombre d’entre vous se disent Mes préférés, mais jamais Je n’ai jusqu’alors donné de préférence à quelque créature que ce soit. Alors, le temps est venu que Je change cela. Le temps est venu que Je fasse un choix parmi Mes créatures. Le temps est venu que Je nomme une espèce parmi vous “Mes enfants”. Pour faire ce choix, Je vais vous poser une unique question.”

Dieu leur demanda donc: “Vous vivez grâce à Moi, car Je suis votre créateur. Vous vous nourrissez, vous vous reproduisez, vous élevez votre progéniture. Mais vous ne savez pas pourquoi vous vivez. Selon vous, quel sens ai-Je donné à la vie?”.

La plupart des créatures ne surent que répondre. Elles se regardaient les unes les autres, espérant trouver chez leurs voisines la réponse à cette bien étrange question. On pouvait observer un poisson rester béat, ne sachant que dire, un cheval frottant le sol de ses sabots, un chêne se courbant, cherchant désespérément la réponse à ses racines, et même une colombe se grattant la tête en signe de réflexion.

Mais l’une d’entre elles s’avança. Elle semblait sûre d’elle et de sa réponse. Toutes les autres espèces lui ouvrirent le passage et, bientôt, un espace se dégagea autour d’elle. Elle leva les yeux vers Dieu, mais son regard était plein de suffisance. Elle répondit: “Tu as fait les créatures animées par le besoin de se nourrir. Tu as fait les forts capables de dévorer les faibles. Sans conteste, il s’agit donc d’assurer la domination du fort sur le faible!”.

Elle ajouta: “J’en veux pour preuve que je suis le dernier représentant de mon espèce. Seul le plus fort a survécu parmi les miens! Si Tu me nommes “Ton enfant”, je saurai Te montrer qui, de toutes créatures, doit dominer le monde.”

Elle attendit que Dieu la félicite pour sa réponse, mais en vain. Car Il ne lui répondit pas.


Mes frères d’armes, mes sœurs de cœur, je vous ai laissé méditer sur une question, celle-là même que Dieu pose aux créatures : « Quel sens Dieu a-t-Il donné à la Vie ? »

Je suis certaine que vous y avez répondu, pour vous-mêmes, en toute franchise.

Est-ce que l'un ou l'une d'entre vous a eu la même réponse que la Créature sans Nom ?
Je souhaite de tout coeur que non !

Quelle vie horrible et de souffrance, cette Bête horrible doit connaître !
Seule, la dernière de sa race, abandonnée de tous, elle veut dominer le monde, dominer la Création !

Et Dieu se détourne d'elle, Il ne répond pas !

C'est ce qu'il se passe lorsqu'on suit la Créature sans Nom, nous nous détournons de Dieu, nous quittons la Vraie Foi, le bon chemin, celui qui nous permet d'être heureux.

La Créature sera châtiée, pour cette réponse, comme nous serons châtiés si nous la suivons !

Mes frères, mes soeurs...si l'un ou l’une d'entre vous se sent proche de cette Créature, qu'il la renie, qu'il l'oublie, qu'il se défasse bien vite des liens qu'il peut avoir avec elle ! Et qu'il demande pardon au Très Haut.

Non, mes frères et mes soeurs, cette réponse n'était pas la bonne et elle ne l'est toujours pas…. elle ne le sera jamais !

Nous poursuivrons cette lecture la semaine prochaine, avec la réponse qu’Oane fait à Dieu…..



L'heure est maintenant venue de célébrer la communion.





Maintenant reprenons tous ensemble, comme une vraie communauté le crédo aristotélicien ; voisi une version personnelle que j'affectionne :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

J’admire Saint-François de Gênes,
Homme à la vie d’abord futile qui se métamorphosa
En homme de foi et en apôtre d’une vie sans haine.
L’Amitié et toutes les créatures jusqu’au loup il honora.

J’admire encore notre Frère Girtan,
Homme à la vie dense en rebondissements,
Qui s’épanouit en Frère Franciscain et en pasteur,
Parcourut les livres comme les royaumes en véritable parleur.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

Que la fulgurance d'Aristote nous accompagne !
Que l'extase de Christos nous transcende!
Que le Très-Haut nous garde !

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! [/b]


-« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »
-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! »

L’assistance se fit face, tour à tour, qui pour se donner une poignée de mains, qui pour s’embrasser, dans la joie et la fraternité aristotélicienne. Avant de quitter progressivement la chapelle de la COBA et de vaquer à ses occupations… Monicaa les remerciant tour à tour devant les parvis.
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav[color=][/color]
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 03/02/2008 10:25:03    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Cool Bon dimanche avec Saint Blaise... et je prie pour que ni la blé, ni la farine, ni le pain ne manquent jamais sur le marché ! Very Happy
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 10/02/2008 09:33:40    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Aujourd'hui, en ce dimanche 10 février 1456, jour du Carême, Je vous invite à voyager en pensées, un partage de méditation... ... Very Happy

Aussitôt dit l'Aumônière appela à la prière ses compagnons d’armes, les militaires présents à la COBA, au moyen de la cloche de la chapelle
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav

Monicaa se place devant l’autel, regarde l'assemblée pour se rendre compte de l'évidence : la petite Chapelle était encore moins remplie à chaque office.... Sad . Impassible et magnanime, elle poursuit …. :

-« Nous voici réunis, en ce dimanche 10 février 1456, jour du Carême Je vous invite à méditer sur vos actions et pourquoi vous les faites.
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3

Gloire au Très - Haut
Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. Récitons le Crédo aristotélicien » :



Veuillez prendre place mes amis, soeurs et frères d’armes. »
Monicaa, prend place derrière le pupitre, regarde les quelques militaires épars, puis reprend la lecture du livre des vertus, là où elle s’était arrêtée dimanche dernier.


-"Mes frères et mes sœurs d’armes à la COBA, je vous invite aujourd'hui, à écouter un extrait du Livre des Vertus, au chapitre VII : « la Création. » Au moment où le Très-Haut posa Sa question à toutes les créatures… : « Quel sens ais-je donné à la vie ? »… Y avez-vous pensé ?

Citation:

Mes frères d’armes, mes sœurs de cœur, je vous ai laissé méditer sur cette question, celle-là même que Dieu pose aux créatures : « Quel sens Dieu a-t-Il donné à la Vie ? »

....."Dieu ne répondit pas à la créature qui avait fait l’apologie de la domination du fort par le faible.

Il se tourna vers un groupe de créatures. C’était justement celui qui faisait partie de l’espèce humaine et qui avait parcouru le monde. Dieu savait que ce groupe se croyait rejetté par Lui. Ces humains pensaient être privés de tout talent. Ils estimaient être mis à l’écart de la création du fait de leur prétendue infériorité. Mais, parmi eux, l’humain qui portait le nom d’Oane détenait, sans en être sûr, la réponse à la question posée par le Très Haut.

Car Oane doutait. Il regardait souvent les étoiles, espérant voir Dieu. Il aimait le Très Haut d’un amour sincère, mais ne savait pas si cela était le véritable sens de la vie. Il voulait bien donner sa réponse, mais il était considéré comme faible d’esprit par son groupe et personne ne voulait le laisser parler. Mais Dieu était omnipotent. Il avait écouté le groupe d’humains se plaindre. Mais surtout, Il avait perçu l’amour et le doute dans le coeur d’Oane.

Alors, depuis le ciel, un rayon de lumière se fit et vint nimber Oane. Toutes les créatures furent ébahies, admirant la douce lumière qui auréolait l’humain. Elles s’écartèrent alors, le laissant seul face à Dieu. Il contempla son corps enluminé d’un regard plein de curiosité. Puis il se tourna vers les membres de son groupe. Pour la première fois de sa vie, il put voir dans leur regard non pas du mépris mais du respect.

Et Dieu lui demanda: “Et toi, l’humain, n’as-tu rien à Me répondre? J’ai ici convoqué toute Ma création pour trouver celui qui donnera la juste réponse à Ma question. Tu es venu et tu n’as pas répondu. Alors, maintenant, Je te somme de le faire!”. Alors, Oane, terrifié par le ton sévère de son créateur, leva les yeux vers Lui et, d’un ton hésitant, dit: “Mais, ô Très Haut, je ne sais si ma réponse est juste...”. Et Dieu lui ordonna: “Parle et je te le dirai!”.

Alors, Oane répondit: “Tu as certes fait Tes créatures se nourrissant les unes des autres. Il leur faut chasser et tuer pour se nourrir. De même, il leur faut se battre pour défendre sa vie. Mais il n’y a pas de fort ni de faible. Personne ne rabaisse ni ne piétine les autres. Nous sommes tous unis dans la vie et nous sommes tous Tes humbles serviteurs. Car Tu es notre créateur.”

“C’est pour cela que Tu as donné des talents plus beaux les uns que les autres à toutes Tes créatures. Chacune d’elles a sa place dans Ta création. Son talent permet à chacune d’elles de la trouver. De ce fait, il n’y a pas de créature préférée de Toi, ô Très Haut. Nous sommes toutes pareillement aimées par Toi et nous nous devons tous t’aimer en retour. Car, sans Toi, nous n’existerions pas. Tu nous a créé alors que rien ne t’y obligeait et nous nous devons de t’aimer pour te remercier de ce geste.”

“Nous sommes certes enchaînées à la matière, certes soumis à ses lois, mais notre but est de tendre vers Toi, l’Esprit Éternel et Parfait. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour.” Alors Dieu dit: “Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer tes semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes.


Mes frères, mes soeurs...Oane, celui qui est mis à l'écart, celui que l'on dit faible d'esprit, c'est lui que Dieu interroge ! Et c'est lui qui répond ce que Dieu désirait entendre !
Il n'y a pas de fort, pas de faible...Nous sommes tous égaux, unis, ensemble dans la même vie ! Le sens de la vie, c'est l'amour.
Et Oane l'a bien compris, lui, le rejetté des siens !
Et Dieu est fier de lui...Et grâce à Oane, nous sommes, nous, aujourd'hui, dans cette église, les enfants bien-aimés de Dieu, le Créateur !
Il nous faut aimer Dieu et nous aimer les uns les autres, mes frères et mes soeurs !
Acceptons de n'être que témoins d'amour.
Laissons les péchés et les tentations, oublions l'envie, la haine, la jalousie...oublions tout ce qui noircit notre âme et devenons enfants de Dieu !
Véritables témoins de l'amour de notre Dieu pour nous, ses enfants.

Aussi, c'est dans un esprit de vraie fraternité que je voudrais vous inviter à venir partager le pain de l'amitié.




Maintenant reprenons tous ensemble, comme une vraie communauté le crédo aristotélicien ; voisi une version personnelle que j'affectionne :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

J’admire Saint-François de Gênes,
Homme à la vie d’abord futile qui se métamorphosa
En homme de foi et en apôtre d’une vie sans haine.
L’Amitié et toutes les créatures jusqu’au loup il honora.

J’admire encore notre Frère Girtan,
Homme à la vie dense en rebondissements,
Qui s’épanouit en Frère Franciscain et en pasteur,
Parcourut les livres comme les royaumes en véritable parleur.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

Que la fulgurance d'Aristote nous accompagne !
Que l'extase de Christos nous transcende!
Que le Très-Haut nous garde !

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! [/b]


-« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »
-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! »

L’assistance se fit face, tour à tour, qui pour se donner une poignée de mains, qui pour s’embrasser, dans la joie et la fraternité aristotélicienne. Avant de quitter progressivement la chapelle de la COBA et de vaquer à ses occupations… Monicaa les remerciant tour à tour devant les parvis.
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav[color=][/color]
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 17/02/2008 12:06:13    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Aujourd'hui, en ce dimanche 17 février 1456, jour de la Saint Alexis, je vous invite à une méditation sur la débauche !.. ... Very Happy

Aussitôt dit l'Aumônière appela à la prière ses compagnons d’armes, les militaires présents à la COBA, au moyen de la cloche de la chapelle
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav

Monicaa se place devant l’autel, regarde l'absence d'assemblée... tant pis elle parlera aux murs et à elle-même !…. Laughing

-« Nous voici réunis, en ce dimanche 17 février 1456, jour de la Saint Alexis, et il nous faut nous rendre à l'évidence : Personne ne vient, vous préférez écouter les paroles de la Créature sans nom... la débauche !
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3

Gloire au Très - Haut
Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. Récitons le Crédo aristotélicien » :



Monicaa, prend place derrière le pupitre, regarde les chaises et les bancs...vides !... puis fait une lecture du LIvre des vertus... sur la débauche...

Voici un court extrait du Livre V, le roi du Péché.
Citation:



Cela dura des semaines et des mois. La débauche des humains n’avait plus de limites. Plus aucun, alors, n’avait la moindre intention de travailler. La violence et le stupre étaient leur pain quotidien. Les greniers furent jetés à bas et tous se battirent pour récupérer le plus possible de denrées. Ils ne voulaient plus que s’abandonner à leur excès pour les choses matérielles.

Tous se méfiaient les uns des autres. Le moindre prétexte était bon pour recommencer leur ode à la violence. Lorsque l’un, poussé par la gourmandise, enviait les nourritures que l’autre possédait et tentait de les lui dérober, l’autre, poussé par l’avarice, répondait par la violence. Plus personne ne se parlait, sinon en se menaçant et en s’insultant.

Les hommes et les femmes ne regardèrent plus vers les étoiles. Le péché avait prit le contrôle de leur vie. Ils avaient oublié jusqu’à l’existence même de Dieu et ne ressentaient plus son amour. Ils n’aimaient plus que les plaisirs malsains du péché. Sans Oane pour la leur rappeler, la vertu fut oubliée et le vice fut élevé sur le piédestal de leur détestable vie.

Mes frères, mes soeurs... Ceci est un passage dur, très dur, même, et si vous faites une introspection sincère, vous constaterez que vous êtes tombés dans le piège de la Créature sans nom.....
Il nous montre à quel point, les hommes et les femmes peuvent tomber dans la débauche !
Une débauche sans pareil, sans limite...si ce n'est la démesure de leur égo à la hauteur de la démesure de leurs futiles ambitions !

Prions !




Maintenant reprenons tous ensemble, comme une vraie communauté le crédo aristotélicien ; voisi une version personnelle que j'affectionne :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

J’admire Saint-François de Gênes,
Homme à la vie d’abord futile qui se métamorphosa
En homme de foi et en apôtre d’une vie sans haine.
L’Amitié et toutes les créatures jusqu’au loup il honora.

J’admire encore notre Frère Girtan,
Homme à la vie dense en rebondissements,
Qui s’épanouit en Frère Franciscain et en pasteur,
Parcourut les livres comme les royaumes en véritable parleur.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

Que la fulgurance d'Aristote nous accompagne !
Que l'extase de Christos nous transcende!
Que le Très-Haut nous garde !

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! [/b]


-« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »
-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! »

L’assistance se fit face, tour à tour, qui pour se donner une poignée de mains, qui pour s’embrasser, dans la joie et la fraternité aristotélicienne. Avant de quitter progressivement la chapelle de la COBA et de vaquer à ses occupations… Monicaa les remerciant tour à tour devant les parvis.
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav[color=][/color]
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Gamling
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 17/02/2008 17:13:51    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Gamling pénétra en silence dans la chapelle et alla s'assoir au premier rang. La place ne manquait pas à vrai dire c'était plutôt les aristotéliciens qui manquais dans l'armée. Aujourd'hui si l'on se faisait baptiser c'était pour se marié ou autre intérêt personnel et non pour rentrer dans la grande famille aristotélicienne. D'habitude Gamling assister à la messe célébrer dans la citadelle des chevaliers francs mais quel ne fut pas sa surprise d'apprendre que la messe était également célébrer dans la chapelle de la caserne. Pour changer et surtout par curiosité il assista ce jour là à la messe de la caserne prononcé par l'aumônière Monicaa. Il reprit le Credo avec le peu de soldats présents.
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 18/02/2008 12:00:04    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Merci à vous Messire Gambling Very Happy ... Faut pas vous en faire, dès les premiers rayons de soleil annonçant le printemps beuacoup préfèrent faire des voyages bucoliques plutôt que de venir assister à l'office ! Laughing
C'est dans l'air du temps.... Wink
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 22/02/2008 21:44:43    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

... et l'Aumônière se mit à méditer sur le devenir des âmes de ses frères et soeurs d'armes.... Il faut prier pour la rédemption de leur âmes. Monicaa prit place sur un prie-dieu, devant l'autel, et réfléchit à voix haute...

Faire oraison, prier, méditer. Qui d’entre nous n’a jamais eu peur de ces mots, comme s’ils ouvraient sur un monde inconnu, différent du nôtre ?
On peut réciter des prières apprises par cœur. Et si ces mots n’étaient parfois que des mots pour moi qui les prononce et qui suis en ce moment fatiguée, distraite ? Ma prière risquerait alors d’être un rempart, un faux semblant de dialogue, un obstacle entre moi et Dieu.
L’oraison, elle, est silencieuse. Exemple déroutant et paradoxal où le dialogue naît du silence. C’est qu’il faut être entièrement disponible pour Dieu, que tout notre être soit tendu vers Lui. Laissons nos bruits et laissons entrer Dieu chez nous. Savons-nous écouter celui qui parle ?
L’oraison peut être alors une école de l’écoute. Serait-elle difficile si, au quotidien, nous étions attentifs à ceux qui nous parlent, si nous savions oublier nos préoccupations pour mieux accueillir ce que dit l’autre ?

_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 24/02/2008 10:08:37    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Aujourd'hui, en ce dimanche 24 février 1456, jour de la Saint Modeste, je vous invite à mettre la parole en gestes !.. ... Very Happy

Aussitôt dit l'Aumônière appela à la prière ses compagnons d’armes, les militaires présents à la COBA, au moyen de la cloche de la chapelle
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav

Monicaa se place devant l’autel, regarde l'absence d'assemblée... Shocked Sad

-« Nous voici réunis, en ce dimanche 24 février 1456, jour de la Saint Modeste, alors soyons humbles et modestes poursuivons notre chemin ici-bas....
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3

Gloire au Très - Haut
Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. Récitons le Crédo aristotélicien » :



Monicaa, prend place derrière le pupitre, et fait un sermon devant des chaises vides... Confused

Voici les dix commandements aristotéliciens :
1. Prie. Chaque matin, car tu as la chance de vivre et bien vivre.
2. Cherche dans les textes anciens, une petite phrase que tu pourras méditer toute la semaine.
3. Chaque fois que tu achètes un objet dont tu n'as pas besoin pour vivre - ou un article de luxe - donne aussi quelque chose aux pauvres. Offre-leur un petit écu. La surabondance demande à être partagée.
4. Fais chaque jour quelque chose de bien pour quelqu'un. Avant qu'il ou elle ne te le demande.
5. Lorsque quelqu'un te tient un propos désagréable, n'imagine pas que tu dois aussitôt lui rendre la pareille. Cela ne rétablit pas l'équilibre. En fait, tu tombes dans l'engrenage. Tais-toi plutôt une minute et la roue s'arrêtera.
6. Parle, communique avec ceux qui habitent le village comme toi, tu en seras gratifié au centuple !.
7. Quitte toujours la table avec une petite faim. N’use pas du péché de gourmandise, fais cela toute l'année.
8. N’oublie jamais que : 'Par-donner' est le superlatif de donner.
9. Tu as déjà si souvent promis d'écrire à quelqu'un par pigeon ou de lui rendre visite. Fais-le finalement.
10. Ne fais pas de stock démesuré, si un article affiche un prix de 30% moins cher qu’à l’habitude, il y a une raison où une bonne intention derrière, alors laisse-le à celui à qui cela est destiné. Ton armoire à vêtements bombe et déborde également de 30 %.


Citation:


Qu'ils se rappellent ces paroles : " Que tous les fidèles, unis à Dieu par l'effet du Sacrement du baptême, gardent en eux leur engagement de toujours conserver la lumière du cierge baptismal, propre à combattre leurs passions, pour se purifier des fautes légères quotidiennes et pour éviter les péchés graves, auxquels est sujette la faiblesse humaine ".

Mes frères, mes soeurs... Cette foi qui ne tend qu'à rester fidèle à la parole d’Aristote, bannissant toute opinion erronée et nuisible, nous vous prions de la garder pure et intacte dans le peuple confié à vos soins et à votre vigilance. Veuillez promouvoir, sans épargner paroles et efforts, l’exemplarité des vertus cardinales, vers lequel en définitive doivent converger toutes les autres formes de piété. Que sous votre impulsion les fidèles connaissent toujours davantage ce que nous a dit Christos, et qu’ils en fassent l'expérience : "Qui veut vivre, il a où vivre et de quoi vivre; qu'il approche, qu'il croie, qu'il s'incorpore, afin d'être vivifié. Qu'il ne renonce jamais à l'union des membres entre eux, qu'il ne soit pas non plus un membre corrompu, digne d'être retranché, ni un membre difforme qui fasse honte; qu'il soit un membre beau, habile, sain; qu'il adhère au corps, qu'il vive pour le Très-Haut; qu'il travaille maintenant sur terre afin de pouvoir ensuite rejoindre le soleil de lumière….
Prions !




Maintenant reprenons tous ensemble, comme une vraie communauté le crédo aristotélicien ; voisi une version personnelle que j'affectionne :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

J’admire Saint-François de Gênes,
Homme à la vie d’abord futile qui se métamorphosa
En homme de foi et en apôtre d’une vie sans haine.
L’Amitié et toutes les créatures jusqu’au loup il honora.

J’admire encore notre Frère Girtan,
Homme à la vie dense en rebondissements,
Qui s’épanouit en Frère Franciscain et en pasteur,
Parcourut les livres comme les royaumes en véritable parleur.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

Que la fulgurance d'Aristote nous accompagne !
Que l'extase de Christos nous transcende!
Que le Très-Haut nous garde !

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! [/b]


-« Heureux les invités au repas du Seigneur ! »
-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! »

L’assistance se fit face, tour à tour, qui pour se donner une poignée de mains, qui pour s’embrasser, dans la joie et la fraternité aristotélicienne. Avant de quitter progressivement la chapelle de la COBA et de vaquer à ses occupations… Monicaa les remerciant tour à tour devant les parvis.
http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav[color=][/color]
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Jaghatai
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 24/02/2008 12:25:13    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Jag vint s'asseoir pour écouter les paroles de Monicaa.Il n'était pas croyant mais s'était dit que finalement rien ne pouvait lui arriver de mal s'il venait écouter la messe et voulait découvrir ce que c'était véritablement et qui sais..avoir la foi en aristote un de ces jours!!
Revenir en haut
annelore
Médecin
Médecin

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2006
Messages: 5 322
Village: Montluçon
Localisation IRL: Alsace
PC: 8

MessagePosté le: 24/02/2008 13:40:53    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Annelore ayant entendu les cloches sonner arriva à la chapelle et prit place;

elle écouta attentivement l'aumonière !

_________________
Médecin-chef de l'hospital de la COBA ;
Sergent
Tribun et conseiller de Montluçon
Intendante de Montluçon ;
Ex-Intendante Générale
Ex Directrice de l'Hospital
Ex Animatrice de Montluçon
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 24/02/2008 18:32:11    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Very Happy L'aumônière, gratifia Jaghatai d'un large sourire d'encouragement, et avec un clin d'oeil tout souriant, remercia annelore de sa participation.

-" Merci mes amis pour ce partage. Revenez autant que vous le pouvez, cela renforce au moins la cohésion !" trinque
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 03/12/2016 10:37:11    Sujet du message: Messes à la Chapelle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Caserne -> [arC]Archives communes -> Archives Chapelle Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 39, 10, 1115, 16, 17  >
Page 10 sur 17

Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.
Marquer tous les forums comme lus
Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite