Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum Caserne du Bourbonnais-Auvergne
Point de rassemblement de la Compagnie d'Ordonnance du Bourbonnais-Auvergne
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Messes à la Chapelle
Aller à la page: <  1, 2, 311, 12, 1315, 16, 17  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Caserne -> [arC]Archives communes -> Archives Chapelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Monicaa



Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857

MessagePosté le: 08/06/2008 09:36:53    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revue du message précédent :

Après les événements du 3 juin dernier, je vais revenir sur le sujet mortifiant qui a touché bon nombre d'entre vous....

Venez vous joindre à moi par à la prière chers compagnons d’armes, les militaires de la COBA, pour l'office dominical de la Saint Médard, sous la chapelle improvisée d'une tente.... entre Blois et Orléans. Mr. Green
-« Aujourd'hui, en ce dimanche 8 juin 1456, en ce jour nous célébrons Saint Médard, à la pluviométrie généreuse... Razz . Je vous invite à vous questionner intérieurement sur ce qui nous est arrivé depuis le 3 juin dernier... venez vous recueillir en cette tente de campagne et célébrer l'amitié. » ...

-« Nous voici réunis, en ce dimanche huitième jour du mois de juin 1456, pour cet office dominical axé sur la générosité de l'Amour de Saint Médard pour la Nature naturante de nos champs, je vous recommande de suivre les enseignements vertueux d'Aristote, pour la paix avec autrui, comme avec nous-mêmes...
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3


Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un sermont sur la cohésion, ciment de notre amitié :

Citation:

Mes chers enfants, pour tout aristotélicien, le but de sa vie terrestre est d'atteindre la perfection divine, cet Amour universel....

En cette matinée de la Saint Médard, si généreuse en pluie, pour agrémenter les récoltes dans nos champs, c’est cette générosité naturelle qu’est l’Amour que je vais développer.
L’amour est un don, une amitié perpétuellement renouvelée, en direction de nos semblables.
La guerre est l’anéantissement de cet Amour, la négation de ce don par la volonté de tout détruire…. Alors réfléchissons…

L’Amour… Ah l’amour …
Pour vous, qu’est ce que l’amour mes fidèles compagnons d'armes ???
Je vais essayer de vous le dire, l’amour c’est la vie, il faut aimer, ses amis, sa femme, ses enfants, son chien, sa vache, son cochon, ses voisins et ses prochains…
Sans l’amour, le monde ne serait que néant. C’est Dieu qui nous donne son amour et qui nous donne le pouvoir d’aimer les autres, alors profitons en !!!
Il ne suffit pas d’aimer ce que l’on mange ou ce que l’on fait, il faut aimer la vie, il faut aimer pour donner la vie… cette amitié entre proches, entre voisins, entre amis…c’est NOUS !

Je peux affirmer sans crainte :
La cohabitation passe par l’amour : c’est la tolérance ;
Le travail passe par l’amour : c’est la bienfaisance ;
Le foyer passe par l’amour, : c’est le don de la vie :
Les animaux et les champs passent par l’amour du travail bien fait, l'honneur de l'accomplissement ;
La foy en Dieu passe par l’amour de tous les humains sans exclusive ;

Et la PAIX passe par l’amour !

Bref, tout dépend de l’amour, sans amour, l’on ne fait rien sauf s’entretuer : c’est la guerre !

Si tout le monde s’aimait, se comprenait dans la tolérance, cette fraternité aristotélicienne…. la guerre serait du passé !

Alors, aimez-vous les uns, les autres et aimez votre prochain ! (après avoir tué tous les bretons ! Twisted Evil ) siffle

Et en conclusion l’on doit retenir cela :

« Faites l’amour et pas la guerre ! »
trinque
.
[/size]



Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance de nos péchés…

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !


-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne ! »
Revenir en haut
Pythagore


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2007
Messages: 15 244
Village: Aurillac
Localisation IRL: Aurillac
PC: 8

MessagePosté le: 08/06/2008 13:16:28    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

J'entre en me tenant l'épaule dans la Chapelle de la Caserne où je ne suis pas venu depuis trop longtemps. Je salue d'un geste de la tête les personnes que je reconnais dans l'assistance et m'assieds. Je me recueille silencieusement en imaginant le prêche que l'Aumônière Monicaa aurait pu faire.

Elle a suivis les Soudards sur le champs de bataille pour les soutenir moralement aussi, j'essaye de me connecter par la pensée avec ceux qui sont là-bas au combat. Peut-être qu'ainsi je pourrais leur transmettre un peu de bonne humeur et ainsi leur remonter le moral.

Mes pensées vont aussi à tous les blessés de l'Hospital et plus particulièrement au Soudard 1C Agriesean que j'ai combattu et dont l'état de santé m'inquiète.

J'adresse toutes mes prières à tous, puis après un long moment de silence où mes pensées vagabondent auprès de mes camarades et de tous ceux qui nous ont quittés depuis quelques mois, je me relève et retourne à l'infirmerie.

_________________
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 22/06/2008 18:24:58    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Avant-hier encore, les envies de guerre, de pouvoir de ces assoiffés de sang que sont ces soldats bretons, nous ont séparés de nos deux amis ! Baya et Naunau73...je vais revenir sur le sujet mortifiant qui a touché encore nos amis, dans nos coeurs.....

Venez vous joindre à moi, par à la prière, chers compagnons d’armes, et militaires de la COBA, pour l'office dominical de la Sainte Germaine sous cette chapelle improvisée qui nous rassemble ici et à Orléans !
-« Aujourd'hui, en ce dimanche 15 juin 1456, en ce jour nous célébrons Sainte Germaine, préceptrice de tous nos pères, venez vous recueillir en cette tente de campagne et célébrer encore l'amitié. » ...

-« Nous voici réunis, en ce dimanche quinzième jour du mois de juin 1456, pour cet office dominical axé sur la générosité du Père, telle que nous l'insuffle Sainte Germaine, la sainte graine, qui nous recommande de suivre les enseignements vertueux d'Aristote, pour la paix avec autrui, comme avec nous-mêmes...
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3


Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un sermont, spécial, sur la cohésion, ciment de notre amitié :

Citation:

Mes chers enfants, chers frères, chères sœurs,

L’église, sur terre, capte et concentre les rayons d’énergie divine tout comme Nicomaque fut, en son temps, le réceptacle de l’infinie sagesse d’Aristote.

Si vous voyez en moi la main complaisante qui vous sermonne puis vous bénit retour de vos turpitudes, chassez cette idée.
En revanche, vous pourrez toujours compter sur moi pour aller vous chercher en taverne le dimanche à l’heure de l’office et vous ramenez ici, dans cette chapelle improvisée, par le fondement de vos braies s’il le faut !

Vous souscrivez tout à fait à l'idée que le chemin de la vie vers l'immortalité est un étroit passage entre deux précipices : c'est le grand message d'Aristote tel qu'il nous est parvenu, d'ailleurs vous l'expérimentez souvent, pataugeant avec allégresse dans la boulasse du tavernier mais... une chopine de trop vous paralyse, tandis que vos champs tombent en friche !

Je me propose, à mains nues et sans filet d'être le guide qui vous indiquera le fil du rasoir de la vertu sans être prêchi-prêcha mais avec la connaissance de l'équilibre que procure, à l'instar de l'école du cirque, des années d'exercices spirituels.

Il ne me semble pas insensé de dire que l'enjeu dépasse ce que vous pouvez imaginez dans vos rêves les plus fous ! Alors sachez que Dieu vous accompagne en filature rapprochée !

Ayons aujourd’hui, une pensée pour ceux qui nous ont quitté, lors des combats contre ces bretons, avides de sang et de pouvoir.
Mes pensées vont à Baya et Naunau73, ainsi qu’à leurs proches, offrons leur notre soutien dans l’espoir de la résurrection, par cette lecture du livre des vertus :
Citation:

« Le baptême permet à la vertu de racheter le péché, permet à l’amour de vaincre l’acédie. Un vertueux qui n’est pas baptisé ne se verra pas effacer ses fautes, car Je n’ai pas béni son entrée dans la communauté de Mes fidèles. Mais ne crois pas que le fait d’être baptisé t’autorise à pécher sans vergogne. Ce sacrement n’est que le moyen de vivre dans la vertu. Mais tous ceux qui n’ont pas été baptisés, qu’ils soient enfants ou adultes, si ils n’ont absolument jamais péché, pourront de même accéder au Paradis. »

Je Lui demandais enfin: « La Fin des Temps aura-t-elle forcément lieu? » Il me répondit: “ « Non, Je déciderai de détruire le monde si les humains s’abandonnent tant dans le péché qu’ils ont fini par donner raison à la créature à laquelle Je n’ai pas donné de nom. Sache que l’avenir du monde ne dépend que de votre vertu. A vous de respecter la parole que j'ai transmise à Aristote et Christos car, si vous vous comportez comme les habitants d’Oanylone, votre vice liera le sort du monde que vous aimez tant. »


Ne craignez point, croyez, et suivez-moi sans crainte et vous serez sauvés !

.
[/size]



Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance de nos péchés…

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !


-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne ! »
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....


Dernière édition par Monicaa le 22/06/2008 18:31:11; édité 1 fois
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 22/06/2008 18:25:13    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Venez vous joindre à moi, par à la prière, chers compagnons d’armes, et militaires de la COBA, pour l'office dominical de la Saint Rodolphe sous cette chapelle improvisée qui nous rassemble ici et à Orléans !
-« Aujourd'hui, en ce dimanche 21 juin 1456, en ce jour nous célébrons Saint Rodolphe, précepteur de Saint-Georges, il va nous aider à vaincre le Dragon bretonnant ! » ...

-« Nous voici réunis, en ce dimanche vingt-et-unième jour du mois de juin 1456, jour du solstice d'été qui nous apporte en cet office dominical axé sur la vengeance de Saint-Rodolphe, qui nous recommande de suivre les enseignements vertueux d'Aristote, pour la paix avec autrui, comme avec nous-mêmes, bénissez le breton avant de lui trancher la tête !
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3


Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un sermont, spécial, pour relever les âmes sous le joug breton ici, à Orléans...

Citation:

«Mes chers enfants, chers frères, chères sœurs,

Eglise où les fronts se rassénènent,
Où se dissolvent les douleurs,
Où toutes les vérités prennent
La forme de toutes nos valeurs !

C'est là que tout oppose par nos différents vocables,
Les bretons de l’enfer armoricain, aux satans !
Cet alléluia vibrant et formidable,
Cet éclat de rire, qui fait sourire les bonnes gens !

Oh ! la vraie église divine !
Au fond de son coeur il fait clair toujours...
Une rose me dit : "Devine....."
Et je lui répondis : "Amour....!"
.
[/size]

Citation:

Rester où nous sommes !
Non! puisque ces hommes,
Orléanais, tes fils, Liberté,
Ne sont pas des lâches,
Ils peuvent relever la tête, leurs âmes,
C'est tout ce que veut ta volonté !

Puisque sous les pas de l’envahisseur tout s'écroule,
Puisque nous sommes cette foule
N'acceptant pas, sous cet infâme pouvoir,
De n’être sous le joug que poussière et sable,
Relevons le front ! Il nous faut être formidables,
Prenons les armes, Liberté ! C'est là notre devoir !

Ta loi n'est pas morte,
Aristote, ta justice est forte,
Nous sommes légion...
Dieu pensif approuve
Tant que dans une âme couve
La plus pure des indignations !

Il est nécessaire
Quand tout est misère,
Opprobe, douleur,
Torpeur, frénésie,
Que fleurisse en paix la poésie
Sur Orléans, cette plaine en pleurs !

J'envoie sur leurs têtes
Mes hymnes tempêtes
Luire et flamboyer,
Et mon âme est haute
Quand l'éclair, mon hôte,
Sort de mon foyer...

Pour frapper les traîtres,
Félons au Roy et faux prêtres,
Vil groupe bigoudin et inhumain,
Debout, faisant mon sermon en chaire
Je montre du doigt, la peste au tonnerre,
Le plus court chemin, pour atteindre ces faquins !


Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.

Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant
à être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant que l’on reçoit,
c’est en oubliant qu’on se retrouve soi-même,
et, c’est en pardonnant que l’on obtient le pardon.
Ne sanctionne pas, mais ramène dans ton troupeau,
Ces Bretons, aveuglés par l’éclat de l’or ou du pourpre,
S’éloignent de ta divine loi de bonté. Mets le manteau
De l’absolution, redonne la lumière à ceux qui sont dans le stupre,
Fais que la vérité éclate aux yeux de tous, stoppe la haine
Mais n’aggrave pas l’aveuglement des bigoudins buveurs de chouchen, il n’en valent pas la peine !

Qu’il en soit ainsi ! »

Ne craignez point, croyez, et suivez-moi sans crainte et vous serez sauvés !

.
[/size]



Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance de nos péchés…

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !


-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne ! »
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 29/06/2008 10:51:24    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Monicaa, ou plutôt le spectre de l'ectoplasme de l'Aumônière, tuée au combat le 2è juin dernier, à Orléans, hantait encore ces lieux, et murmurait comme un souffle mystérieux à tous ses frères d'armes.....:Venez vous joindre à moi, par à la prière, chers compagnons d’armes, et militaires de la COBA, pour l'office dominical de la Sainte Pierre fondatrice...en cette chapelle improvisée qui nous rassemble ici et à Orléans !
-« Aujourd'hui, en ce dimanche 29 juin 1456, en ce jour nous célébrons la Sainte Pierre-Polie, fondatrice ici bas, de la volonté divine du Très-Haut.... je l'implore pour qu'il nous aide enfin à vaincre le Dragon bretonnant, et nous libérez ainsi du joug de ses brigands notoires, alliés aux bretons qui affament le peuple d'Orléans ! » ...

-« Nous voici réunis, en ce dimanche vingt-neuvième jour du mois de juin 1456, jour de la Fondation Sainte Pierre-Polie, qui nous recommande de suivre les enseignements vertueux d'Aristote, pour la paix avec autrui, comme avec nous-mêmes, bénissez le breton avant de lui trancher la tête, en le laissant les tripes à l'air, en ripaille aux corbeaux !
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3


Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un sermont, spécial, venu de l'au-delà, relever les âmes sous le joug breton ici, à Orléans...

Citation:

«Mes chers enfants, chers frères, chères sœurs,

En nous efforçant de comprendre
D’aimer chacun comme un être en fleur,
Que notre but soit de répandre
Nos lois élevant l’âme et le cœur !

En accomplissant cette tâche,
Au fil des jours, au long des ans,
Notre égoïsme se détache
Epanouissant les plus purs élans !


Maintenant que je suis, assise au bord des ondes,
Emue par ce superbe et tranquille horizon,
Examiner en moi les vérités profondes
Et regarder les fleurs qui sont dans le gazon ;
Maintenant, ô mon Dieu, que j’ai ce calme sombre
De pouvoir désormais
Voir de mes yeux la pierre où je sais, que dans l’ombre
Sur moi, elle dort pour jamais ;

Maintenant qu’attendrie par tes divins spectacles,
Plaines, forêts, rochers, vallons, fleuve argenté,
Voyant ma petitesse et voyant vos miracles,
Je reprends ma raison devant l’immensité :
Je viens à vous Seigneur, père auquel il faut croire,
Je vous porte, apaisée,
Les morceaux de ce cœur tout plein de votre gloire
Que vous avez brisé ;

Je viens à vous Seigneur, confessant que vous êtes
Bon, clément, indulgent et doux, ô Dieu vivant!
Je conviens que vous seul savez ce que vous faites,
Et que l’homme n’est rien qu’un jonc qui tremble au vent ;
Je conviens à genoux que vous seul, Père auguste,
Possédez l’infini, le réel et l’absolu ;
Je conviens qu’il est bon, je conviens qu’il est juste
Que mon cœur ait saigné, puisque Dieu l’a voulu !

Puissiez-vous dans votre immense mansuétude,
Tourmenter les âmes et les corps de ces usurpateurs,
Qui affament et saignent ce peuple de quiétude,
L'orléanais, sous le joug breton vous supplie en pleurs,
D'ôter la vie de Tellan, Nilas, Milouse, Armand_de_sombrelame,
Qui n'ont d'autre ambition que de faire couler ici, sang et larmes !

Je ne résiste plus à tout ce qui m’arrive
Par votre volonté.
L’âme de deuils en deuils, l’homme de rive en rive,
Roule à l’Eternité…..
Nous ne voyons jamais qu’un seul côté des choses ;
L’autre plonge en la nuit d’un mystère effrayant.
L’homme subit le joug sans connaître les causes,
Tout ce qu’il voit est court, inutile et fuyant !
Vous faites revenir toujours la solitude
Autour de tous ses pas.
Vous n’avez pas voulu qu’il eût la certitude
Ni la joie ici bas !
Dès qu’il possède un bien, le sort le lui retire.
Rien ne lui fut donné, dans ses rapides jours,
Pour qu’il s’en puisse faire une demeure et dire :
C’est ici ma maison, mon champ et mes amours !

Aujourd’hui, moi qui suis faible comme une mère,
Je me courbe à vos pieds devant vos cieux ouverts.
Je me sens éclairée dans ma douleur amère
Par un meilleur regard jeté sur l’univers…..
Ne vous irritez pas, fronts que le deuil réclame,
Mortels sujets aux pleurs.
Il nous est malaisé de retirer notre âme
De ces bretons sans les mettre en douleurs !

.
[/size]



Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance de nos péchés…

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !


-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne ! »
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 06/07/2008 11:15:39    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

-« Nous voici réunis, en ce dimanche sixième jour du mois de jullius 1456, jour de la Sainte Mariette, qui nous a révèlé le langage hiéroglyphique lapidaire céleste, nous recommandant de suivre les enseignements vertueux d'Aristote, pour la paix avec autrui, comme avec nous-mêmes, bénissez le breton avant de lui trancher la tête, en le laissant les tripes à l'air, en ripaille aux corbeaux !
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3


Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un sermon tout spécialement dédié au peuple d’Orléans, propre à remonter leur moral, redonner espoir et forger leurs âmes au combat pour la liberté de leur ville, de leur Duché légitime. Tout en restant respectueuse des préceptes édictés par Aristote, et le message d’amour délivré par Christos, l’Aumônière de la Coba dépeint la situation du moment en Orléanais avec fougue pour délier les forces de la passion, contre l’étau dressé par les armées bretonnes alliées à des brigands sans vergogne...

Citation:


« Soldats du Bourbonnais Auvergne, mes frères et sœurs d’armes, nous sommes venus ici prêter main forte à la légitimité en place dans l’Orléanais. Soldats du Domaine Royal, habitants d’Orléans, il est temps de se rassembler et faire front !
Oui nous sommes tout un peuple opprimé honteusement par ces monstres de tout poil, qui empestent le chouchen et la crasse à 100 pas ! Ces soldats occupants n'ont aucune vergogne, ils n’ont aucune morale et s'allient à des bandits notoires, pillent violent et affament les habitants d'Orléans loyaux au Roy ! Ces vils faquins bafouent à chaque instant la foy aristotélicienne... les logions de christos tout comme les recommandations du Livre des vertus sont piétinés d'une manière ostentatoire, par ces hommes sans autre loi que celle de voler les caisses du Duché, vidant honteusement les caisses de notre bonne ville d’Orléans, au nez et à la barbe des honnêtes aristotéliciens habitants en Orléanais !
Après cela ils voudraient que nous respections en retour, leurs lois iniques ainsi que l'indépendance du duché qu'ils prétendent représenter ?
Non mille fois non ! Ces personnages veules, sans scrupules, avides de pouvoir et de sang, n’ont aucun respect de la vie humaine ; ils s'allient chaque jour encore plus, à la Bête sans Nom, en exigeant de nous, que l'on suive sans broncher leurs lois ignominieuses !

Non ! Non ! et Non ! Peuple breton, Artésiens excommuniés et bandits de l’Armée Noire, vous n'avez aucune légitimité pour rester ici, pour appliquer une justice ignoble, scandaleuse, et irrespectueuse de la plus élémentaire des lois : LA VIE !

C'est cette vie que l'on va vous ôter vermines scabreuses qui vous vautrez dans le vice, l'acool et le stupre !
Armées « Kalon » et Soldats du Feu » votre Grand Duc, doit avoir honte de vous, pour autant qu'il ait quelque sentiment aristotélicien,… mais encore faudrait-il qu'il ait un coeur dans la poitrine qu'il gonfle impudiquement devant la Bête sans Nom ! Cette indépendance que vous exigez et réclamez.... vous la perdez chaque jour un peu plus, sombres idiots !... Comme votre vie qui se consume au rythme de vos vices et exactions, hors des sentiers vertueux prônés par Aristote !

En vérité je vous le dis, êtres sans nom, prenez tant qu'il est temps, le chemin de retour dans vos puantes tanières, rejoignez vos landes et dansez-y en farfadets que vous êtes...
Craignez le châtiment divin et la main du juste, sinon vos entrailles et votre sang orneront les remparts et les rues d'Orléans en guise d'enluminures.
Vous n'avez aucun droit, et nul respect ne vous est dû... vous cachez dans vos poulaines abjectes vos pieds de bouc puants, et vos braies aux multiples tâches douteuses portent en stigmates, ces signatures irréfutables de vos vices !

J’ai plus de pitié pour vos âmes perdues, que vous n’avez de sentiments aristotéliciens, ou une quelconque culture druidique comme vous aimez à faire croire ! Si cela était le cas, le respect d’autrui et de la vie ici bas, vous serait plus coutumière, que votre présence en taverne avec saoûleries qui en découlent !

Mes enfants, mes frères et sœurs aristotéliciens, chers amis en humanité, je vous demande d’avoir une pensée de compassion pour ces hommes et femmes hors du chemin de la vertu, qui vous font souffrir chaque jour… Demandons au Très-Haut non pas de les occir, mais de faire voir le chemin de la sagesse, le chemin de leurs contrées, qu’ils sortent de notre champ de vision….
A vous bourreaux, puissions-nous vous pardonner un jour, afin de retrouver les voies impénétrables du Très-Haut auprès du Soleil Céleste !
.... "

Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance, car la lourdeur de nos pensées nous écarte un peu chaque jour, de la Lumière de Vérité auprès du Très-Haut.

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !

-« Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne ! »
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 06/07/2008 11:17:30    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Que vos retraites spirituelles vous soient profitables, tout comme elle le sera pour moi... à bientôt. Wink
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 13/07/2008 10:00:55    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

-« Nous voici réunis, en ce dimanche trezième jour du mois de julius 1456, jour de la Saint Henri le pacifiste, au langage clair et apaisant, qui nous recommande de suivre les enseignements vertueux d'Aristote, pour la paix avec autrui, comme avec nous-mêmes, bénissez le breton avant de l'égorger comme un goret !
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3
Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un sermon tout spécialement dédié au peuple d’Orléans, propre à remonter leur moral, redonner espoir et forger leurs âmes au combat pour la liberté de leur ville, de leur Duché légitime. Tout en restant respectueuse des préceptes édictés par Aristote, et le message d’amour délivré par Christos.



« Soldats du Bourbonnais Auvergne, mes frères et sœurs d’armes, nous sommes venus ici prêter main forte à la légitimité en place dans l’Orléanais. Soldats du Domaine Royal, habitants d’Orléans, continuez la lutte pour votre liberté, pour votre dignité... pour retrouver l'honneur et la joie de vivre tranquilles et en paix à Orléans !

Oui nous sommes tout un peuple opprimé honteusement .... Mais ce n'est pas une raison de se comporter bestialement et inhumainement comme ces porcs de bretons ! Bénissez-les, arrosez-les de parfums et d'onguents avant de les égorger car ils puent et leurs pestilences incommoderait le Très-Haut .
Nous avons tous en mémoire la prière universelle " pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi, à ceux qui nous ont offensé.." En fait notre vie d'homme ou de femme, de père ou de mère de famille, est émaillée d'événements, même pénibles, où il nous faut concilier, expliquer et.... pardonner, pour ne pas faire éclater le noyau familial ou le cercle d'amitié auxquels nous sommes profondément attachés. Les ennemis d'aujourd'hui le resteront demain.... hélas !.... pour autant que leur ignominie de bêtise perdure dans leur crânes dépouvus de cervelle !

Il serait absurde de concevoir une vie sociale, vertueuse et digne, sans le pardon. Nous avons autant besoin de l'indulgence des autres pour les fautes que nous commettons par instinct, qu'autrui a besoin de notre pardon. Oui, les actes instinctifs, donc irréfléchis, sont bien souvent à l'origine de querelles ou de brouilles, qu'il convient de réparer et ... de pardonner. L'humilité a une très grande place dans les démarches à accomplir, mais celui qui reçoit comme celui qui donne le pardon, doit faire preuve d'un grand amour fraternel, et d'un incomparable détachement matériel. Chaque fois que vous pardonnez, si votre acte est sincère, vous vous rapprochez un peu de ce principe Divin qui a tout conçu...
"

Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance, car la lourdeur de nos pensées nous écarte un peu chaque jour, de la Lumière de Vérité auprès du Très-Haut.

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !

- Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne ! Vive l'Orléanais, vive le DR... vive notre bon Roy Lévan le troisième !
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 20/07/2008 09:47:08    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

-« Nous voici réunis, en ce dimanche vigntième jour du mois de julius 1456, premier dimanche où nous pouvons célébrer notre Très-Haut, libérés de ces imposteurs, ces voleurs qui occupaient honteusement le château. Nos armées les ont repris, eux qui fuyaient, ils sont pour un temps punis à résidence en orléans, et en ce jour de la Sainte Marina....de breton ils vont mariner dans pas longtemps dans nos géôles... Nous égorgerons les gorets et ferons un barbecue après"...

Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3
Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un sermon tout spécialement dédié au peuple d’Orléans, courageux et altruiste, qui s'affaire déjà à la reconstruction de notre beau duché dévasté par les malfrats de triste renom...
Citation:

Mes chers enfants, mes amis je n'ai, en cette matinée, du 20 juillet 1456, jour de la Sainte Marina, que de l’espoir à vous transmettre. Espoir de renouveau, espoir de reprendre une vie normale et digne, après ces semaines de dévastation qui nous ont été imposées par l’immonde bête sans nom, incarnée ici par les bretons, les bourrins, les Krakov…. Des brigands sans nom ! Un vent de folie aveugle certains, et aiguise l'appétit d'autres, au détriment de la majorité des paroissiens, comme de vous soldats altruistes du Bourbonnais Auvergne ! J’espère que l’on pourra tirer les leçons de tout ce gâchis, et punir sévèrement ces hommes et ces femmes qui n’en sont pas à leur premier coup de cette nature. Les guérande et Pit51, ces faux bretons ont déjà sévit à Vendôme avec le bandit Manticoras, pillant la mairie pendant les festivités de la fin d’année 1454…. J’ai de triste mémoire conservé un sentiment de dégoût pour ces actes pervers et injustes subis par la population honnête de touraine !

J'ai toujours eu un dialogue engagé avec vous, et je ne vais pas changer. J'espère apporter à chacun un peu de réconfort afin d'apaiser ces sentiments et rancoeur, qui n'ont d'autre explication que la plus basse des ambitions : l’avidité du pouvoir de l’argent. Pour cacher cela ils avancent lâchement l’argument de vouloir défendre « leur indépendance » de leur duché breton…mensonge ! ils cachent au plus profond de leur âme noire de brigand, une envie de nuire à autrui…. Ecoutons les vers du Sage, Girtan, et essayons d'en tirer un enseignement salvateur :

«Mes chers amis, mes frères et mes sœurs,
Vous avez subi, comme moi, le joug des imposteurs,
Ces bourrins que la main du juste frappe et châtie,
Ceux qui pour nous, n’ont eût aucune sympathie !

Il est des mots, qui bien ordonnés marquent
Notre esprit, comme une douce musique, mélodie
Céleste et apaisante, créant en nous ce manque
Dans le cœur, qui fait naître en nous l’apathie !


Brigands, vrais-faux bretons, tas d'hommes de proie,
Vous êtes vils, avides de sang, d’orgueil et de stupre,
Votre présence ici est votre châtiment, hommes sans foi !
La sentence, pour notre joie, sera le feu sentant le soufre

La main du Très-Haut est sur vous, frappant les traîtres,
Les tricheurs, les voleurs, les imposteurs affameurs
Que vous êtes, maudits soient ceux qui vous prêtent
Une quelconque aide ou compassion, à votre rancœur !

En ce jour, plein de joie, jour insigne,
Où les brigands sont punis, ici, à Orléans,
Nos armées alliées, ont comme un Cygne,
Blanc et pur, apporté en nous un nouvel élan...."

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut! Ce sermont est dirigé sur la folie qui frappe les hommes, et leurs ambitions corrompues, je ne voudrais pas que ces sentiments immondes inondent votre vie !............................

Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance, car la lourdeur de nos pensées nous écarte un peu chaque jour, de la Lumière de Vérité auprès du Très-Haut.

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !

- Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne ! Vive l'Orléanais, vive le DR... vive notre bon Roy Lévan le troisième !
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 27/07/2008 09:18:42    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

-« Nous voici réunis, en ce dimanche vignt-septième jour du mois de julius 1456, où certains d’entre nous sont revenus au pays pour célébrer le Très-Haut. Ici nous voici libérés de ces imposteurs, ces voleurs qui ont fait verser le sang d’innocents, et qui s’en vont la tête haute, sous la protection d’une trêve indigne pour le DR !

Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3
Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un des derniers sermon à Orléans… où je me sens bien seule pour soigner mes blessures… encore 15 jours…
Nous n’avons pas toujours le nécessaire sur le marché, la pagaille bretonne est toujours là, en ce qui concerne les invalides bretons et artésiens…ils laissent des marchandises hors de prix sur le marché, et veillent à rafler le peu de légumes qui s’y vend. Quand la maréchaussée sévira-t-elle pour faire cesser ces nuisances ? L’arrogance de ces personnages sans foi, m’est plus qu’insupportable, car elle est renforcée par une légitimité sous le couvert d’une trêve qui nous est imposée, comme une seconde blessure..
Citation:

Mes chers enfants, mes amis je n'ai à l’esprit, en cette matinée, de la Sainte Nathalie, que l’espérance du retour en nostre terre, notre bonne Auvergne. Certains déjà foulent les terres Bourbonnaises, d’autres guerroient encore, à l’instar de Caddarik fier de son épée qui a occi un bordelais… Espoir de renouveau, espoir de reprendre une vie normale et digne, après ces semaines de souffrance et de privation.!

J'ai toujours eu un dialogue engagé avec vous, et je ne vais pas changer. J'espère apporter à chacun un peu de réconfort afin d'apaiser ses sentiments d'injustice et de rancoeur, qui n'ont d'autre source que l’accord de cette trêve inique et injuste. Les armées bretonnes on pillé, on volé les larmes et la sueur d’honnêtes sujets de Sa Majesté Lévan… Devons nous, en plus de donner notre sang, versé en ces terres occupées, devoir subir les ricanements et les sarcasmes de ces brigands ?


Mes chers amis, mes frères et mes sœurs,
Vous avez subi, comme moi, le joug des imposteurs,
Ces brigands qu'une trêve signée, libère de leurs infamies,
Tous ceux qui pour nous, n’ont eût aucune sympathie !

Il est des mots, qui bien ordonnés marquent
Le cœur et l’esprit, comme les notes d’une musique,
Qui se voulant apaisante, n’est pas moins agnostique,
Verse des larmes amères, source de toute notre apathie !

J’ai ici bas toute l’énergie et toute ma foi,
Pour vous combattre, et jusqu’au dernier,
Vous expierai pour l’angoisse et l’effroi,
Que vous avez semé dans nos sentiers !

Jusque dans vos landes putrides et noires,
Je vous poursuivrai, pour extraire du berceau,
Vos enfants! Vos maisons drapées d’étoffes noires,
Porteront le signe des larmes purificatrices comme l’eau!

Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance, car la lourdeur de nos pensées nous écarte un peu chaque jour, de la Lumière de Vérité auprès du Très-Haut. Mais aucun acte ignoble perpétré par la bête sans nom ne peut reter impuni !

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !

[b]- Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne !

_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 10/08/2008 09:00:56    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

-« Nous voici réunis, en ce dimanche dixième jour du mois d'Augustus 1456, jour de la Sainte Laurence de Piété. Avant de partir de cette ville d'Orléans, je tenanis à éveiller les sentiments cardinaux de piété qui sont Aumone et pardon.
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3
Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour un sermon tout spécialement dédié aux soldats de BA_Raka et de la Coba, avant que chacun ne reprenne la routine de leurs occupations domestiques....

« Soldats du Bourbonnais Auvergne, mes frères et sœurs d’armes, Avant de nous quitter chacun pour sa demeure, je tenais à vous remercier pour tous ces moments de partage, et de fraternité que nous avons vécu, dans la joie comme dans la tristesse.

Je vous dédie particulièrement ce sermont, et ayons une pensée pour Dame Baya d'Azayes, tombée au champ d'honneur, pour la Paix du royaume et la foi d'aristote.
Faire oraison, prier, méditer. Qui d’entre nous n’a jamais eu peur de ces mots, comme s’ils ouvraient sur un monde inconnu, différent du nôtre ?
On peut réciter des prières apprises par cœur. Et si ces mots n’étaient parfois que des mots pour moi qui les prononce et qui suis en ce moment fatiguée, distraite ? Ma prière risquerait alors d’être un rempart, un faux semblant de dialogue, un obstacle entre moi et Dieu.
L’oraison, elle, est silencieuse. Exemple déroutant et paradoxal où le dialogue naît du silence. C’est qu’il faut être entièrement disponible pour Dieu, que tout notre être soit tendu vers Lui. Laissons nos bruits et laissons entrer Dieu chez nous. Savons-nous écouter celui qui parle ?
L’oraison peut être alors une école de l’écoute. Serait-elle difficile si, au quotidien, nous étions attentifs à ceux qui nous parlent, si nous savions oublier nos préoccupations pour mieux accueillir ce que dit l’autre ?

Cette foi qui ne tend qu'à rester fidèle à la parole d’Aristote, bannissant toute opinion erronée et nuisible, nous vous prions de la garder pure et intacte dans le peuple confié à vos soins et à votre vigilance. Veuillez promouvoir, sans épargner paroles et efforts, l’exemplarité des vertus cardinales, vers lequel en définitive doivent converger toutes les autres formes de piété. Que sous votre impulsion les fidèles connaissent toujours davantage ce que nous a dit Christos, et qu’ils en fassent l'expérience : "Qui veut vivre, il a où vivre et de quoi vivre; qu'il approche, qu'il croie, qu'il s'incorpore, afin d'être vivifié. Qu'il ne renonce jamais à l'union des membres entre eux, qu'il ne soit pas non plus un membre corrompu, digne d'être retranché, ni un membre difforme qui fasse honte; qu'il soit un membre beau, habile, sain; qu'il adhère au corps, qu'il vive pour le Très-Haut; qu'il travaille maintenant sur terre afin de pouvoir ensuite rejoindre le soleil de lumière….
Qu'ils se rappellent ces paroles : " Que tous les fidèles, unis à Dieu par l'effet du Sacrement du baptême, gardent en eux leur engagement de toujours conserver la lumière du cierge baptismal, propre à combattre leurs passions, pour se purifier des fautes légères quotidiennes et pour éviter les péchés graves, auxquels est sujette la faiblesse humaine ".
Par suite le culte eucharistique porte avec force les âmes à développer l'amour " de société ", en vertu duquel nous préférons le bien commun au bien particulier, faisons nôtre la cause de la communauté, et étendons la charité au monde entier, sachant que partout il v a des membres de notre communauté aristotélicienne.
Nous percevons de la joie à voir votre foi envers l'Eucharistie - elle coïncide avec la nôtre -, à entendre les prières liturgiques par lesquelles vous célébrez un si grand mystère, à admirer votre culte eucharistique et à écouter les prêches de nos théologiens qui exposent et défendent la doctrine aristotélicienne, ce Sacrement si vénérable.
« …Cher Père, nous avons déjà évoqué plusieurs aspects de votre vie sacerdotale. Mais il y a une question que je voudrais aborder dès maintenant, c’est la question de la joie. Vous êtes porteur de joie. Même lorsque vous venez visiter les malades, il y a une sorte de stimulation, une sorte d’espoir qui se fait jour. Pour autant les malades n’en mourront peut-être pas moins ! Non ! Mais une joie étrange, inexplicable s’empare d’eux. Je l’ai vu maintes et maintes fois. Travaillant dans un hôpital, j’ai vu le visage des patients s’éclairer. Il y avait dans leurs yeux une expression d’attente qu’on n’y avait jamais vu auparavant, pas même à l’arrivée d’un mari, d’une femme, d’une mère, d’un frère ou d’une sœur. C’était un sentiment d’attente qui était comme un cri : « Ah, voilà le Père ! Je peux mettre mon âme entre ses mains, et je peux me reposer sur lui ». Vous voyez, la joie que vous apportez est multiple et si seulement vous aviez du temps à nous consacrer, vous réaliseriez comme c’est beau. Si seulement vous aviez le temps de regarder les visages transformés par votre arrivée, vous vous surprendriez à louer le Seigneur de toute votre âme. Oui, vous êtes porteur de joie. Quand bien même vous pourriez ne pas apporter de bonnes nouvelles – de bonne nouvelles dans l’ordre « naturel » -, peu importe, semble-t-il, car vous apportez des joies surnaturelles… »
• À la joie de l'aumône, il faut toujours associer d'autres pratiques traditionnelles : le jeûne, la prière, le sacrement de réconciliation. À ce sujet, lSa Sainteté le Pape Eugène V, nous rapelle, que parmi les fruits spirituels de l'aumône, il y a le pardon des péchés. « Le Très-Haut nous offre, à nous pécheurs, la possibilité d'être pardonnés. Le fait de partager ce que nous possédons avec les pauvres, nous dispose à recevoir un tel don, ce partage de la joie de recevoir, étant égal à cette joie de donner ! »

1. Prie. Chaque matin, car tu as la chance de vivre et bien vivre.
2. Cherche dans les textes anciens, une petite phrase que tu pourras méditer toute la semaine.
3. Chaque fois que tu achètes un objet dont tu n'as pas besoin pour vivre - ou un article de luxe - donne aussi quelque chose aux pauvres. Offre-leur un petit écu. La surabondance demande à être partagée.
4. Fais chaque jour quelque chose de bien pour quelqu'un. Avant qu'il ou elle ne te le demande.
5. Lorsque quelqu'un te tient un propos désagréable, n'imagine pas que tu dois aussitôt lui rendre la pareille. Cela ne rétablit pas l'équilibre. En fait, tu tombes dans l'engrenage. Tais-toi plutôt une minute et la roue s'arrêtera.
6. Parle, communique avec ceux qui habitent le village comme toi, tu en seras gratifié au centuple !.
7. Quitte toujours la table avec une petite faim. N’use pas du péché de gourmandise, fais cela toute l'année.
8. N’oublie jamais que : 'Par-donner' est le superlatif de donner.
9. Tu as déjà si souvent promis d'écrire à quelqu'un par pigeon ou de lui rendre visite. Fais-le finalement.
10. Ne fais pas de stock démesuré, si un article affiche un prix de 30% moins cher qu’à l’habitude, il y a une raison où une bonne intention derrière, alors laisse-le à celui à qui cela est destiné. Ton armoire à vêtements bombe et déborde également de 30 %.


Ceci n'est pas un adieu.... mais un simple "Au - revoir"!

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !

- Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne ! Vive l'Orléanais, vive le DR... vive notre bon Roy Lévan le troisième !
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....


Dernière édition par Monicaa le 24/08/2008 08:59:54; édité 1 fois
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 24/08/2008 08:58:11    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Nous voici réunis, en ce dimanche vingt-quatreième jour du mois d'augustus 1456, jour de la Saint Barthélémy... jour de piété pour les atrocités que les humains commettent par mégarde et par non respect des règles édictées par Aristote. Nous allons faire un examen de notre coeur et faire amende honorable par le pardon."
Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3
Monicaa, prend place derrière le pupitre, pour le sermon du Pardon...

« Soldats du Bourbonnais Auvergne, mes frères et sœurs d’armes. Nous avons tous en mémoire la prière universelle " pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi, à ceux qui nous ont offensé.." En fait notre vie d'homme ou de femme, de père ou de mère de famille, est émaillée d'événements, même pénibles, où il nous faut concilier, expliquer et.... pardonner, pour ne pas faire éclater le noyau familial ou le cercle d'amitié auxquels nous sommes profondément attachés.

Il serait absurde de concevoir une vie sociale, vertueuse et digne, sans le pardon. Nous avons autant besoin de l'indulgence des autres pour les fautes que nous commettons par instinct, qu'autrui a besoin de notre pardon. Oui, les actes instinctifs, donc irréfléchis, sont bien souvent à l'origine de querelles ou de brouilles, qu'il convient de réparer et ... de pardonner. L'humilité a une très grande place dans les démarches à accomplir, mais celui qui reçoit comme celui qui donne le pardon, doit faire preuve d'un grand amour fraternel, et d'un incomparable détachement matériel. Chaque fois que vous pardonnez, si votre acte est sincère, vous vous rapprochez un peu de ce principe Divin qui a tout conçu .


Monicaa s'avance dans le péristyle, ainsi au même niveau de l'assemblée poursuit....

-" J'offre à chacun et chacune d'entre vous cette coupe et ce pain ! je leur rends grâce car c'est ce qui maintient l'équilibre de l'univers… Par ce sacrifice, j'implore votre pardon, pour que cessent les brouilles et querelles et les chamailleries, pour qu'enfin Seigneur vous montriez la voie de la lumière et de la vérité, d'être à vos côtés !
Après les élections ducales, que vos coeurs entrent en harmonie pour le bien de tous... et la paix dans les esprits, nous reprendrons le labeur et relevons l'économie du Duché, exangue par ces mois de guerre... Je communie symboliquement avec vous, par l'esprit, et dans le pardon, car celui qui donne le pardon est aussi sanctifié que ce lui qui le reçoit...dans le merci final ou tout s'unit... on ne sait plus distinguer celui qui donne de celui qui reçoit.... c'est cela la communion de la fraternité, la seule chose dont le partage grandit et nous approche de la divinité !

Allez en paix maintenant réconciliés, je vous enjoins de regarder la lumière de divinité, car c'est là que vous trouverez l'Amour d'Aristote, c'est cela qu'il nous a enseigné ! reprenons ensemble :




1. Prie. Chaque matin, car tu as la chance de vivre et bien vivre.
2. Cherche dans les textes anciens, une petite phrase que tu pourras méditer toute la semaine.
3. Chaque fois que tu achètes un objet dont tu n'as pas besoin pour vivre - ou un article de luxe - donne aussi quelque chose aux pauvres. Offre-leur un petit écu. La surabondance demande à être partagée.
4. Fais chaque jour quelque chose de bien pour quelqu'un. Avant qu'il ou elle ne te le demande.
5. Lorsque quelqu'un te tient un propos désagréable, n'imagine pas que tu dois aussitôt lui rendre la pareille. Cela ne rétablit pas l'équilibre. En fait, tu tombes dans l'engrenage. Tais-toi plutôt une minute et la roue s'arrêtera.
6. Parle, communique avec ceux qui habitent le village comme toi, tu en seras gratifié au centuple !.
7. Quitte toujours la table avec une petite faim. N’use pas du péché de gourmandise, fais cela toute l'année.
8. N’oublie jamais que : 'Par-donner' est le superlatif de donner.
9. Tu as déjà si souvent promis d'écrire à quelqu'un par pigeon ou de lui rendre visite. Fais-le finalement.
10. Ne fais pas de stock démesuré, si un article affiche un prix de 30% moins cher qu’à l’habitude, il y a une raison où une bonne intention derrière, alors laisse-le à celui à qui cela est destiné. Ton armoire à vêtements bombe et déborde également de 30 %.


Bientôt nous aurons à consacrer cette chapelle, et ainsi votre Aumônière pourra baptiser et faire tout autre sacrement aristotélicien en ce lieu...


Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !

Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de partage des soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne !

_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
linoa
Noble du BA
Noble du BA

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2007
Messages: 14 765
Village: Polignac
PC: 8

MessagePosté le: 24/08/2008 15:29:23    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Linoa entra dans la chapelle de la CBA, bien longtemps qu'elle n'y avait mit les pieds, la cloche avait retenti, pleins de souvenirs revinrent à la surface et elle était arrivée devant les grandes portes du bastiments.

Elle entra et s'assit sur un des bans, peu de monde encore, elle écouta la messe et récité le crédo à voix basse


Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......


Une fois ceci fait et la cérémonie terminée elle sortit
_________________

Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 31/08/2008 11:24:32    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

-« Nous voici réunis, en ce dimanche trente-et-unième jour du mois de d'augustus 1456, Jour de la Saint Aristote ... jour de la consécration de cette chapelle, et de ma nomination dans la paroisse de Thiers. L'aumônière avait donc revêtu sa cape de cérémonie


Chantons : http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/al_non_vos_relinquam.mp3
Monicaa, prend place derrière le pupitre, son premier sermon dans la Chapelle consacrée par Son Eminence Ivrel, mais aussi premier office où Monicaa est effectivement Abbesse...à Thiers ! Vêtue de sa cape d'officiante, l'Aumônière s'approcha du lutrin pour le sermon du jour :


Citation:

Mes chers enfants, mes amis je n'ai à l’esprit, en cette matinée, de la Saint Aristote, que de me rémorer mes engagements envers vous, en prônant l'amour philantropique, cette fraternité que l'humanité se doit de cultiver...

Il est des mots, qui bien ordonnés marquent
Le cœur et l’esprit, comme les notes d’une musique,
Qui se voulant apaisante, n’est pas moins agnostique !

J’ai ici bas toute l’énergie et toute ma foi,
Pour vous aider à combattre, jusqu’au dernier
De vos démons expirera, vous libérant de l’effroi,
Pour que vous soyez libres d'aller dans les sentiers !


Soyez humbles et vous serez récompensés par la joie ; restez accessibles et vous recevrez l'Amour ; soyez attentionnés à ceux qui vous entourent et vous recevrez leur amitié ! Pensons à ceux qui ont souffert ou qui souffrent encore dans leur chairs, des blessures bretonnes... Demandons à Aristote d’alléger nos cœurs de ce fardeau de la souffrance, car la lourdeur de nos pensées nous écarte un peu chaque jour, de la Lumière de Vérité auprès du Très-Haut. Mais aucun acte ignoble perpétré par la bête sans nom ne peut rester impuni !

Reprenons tous ensemble le Crédo :

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut......

Puisse la Fraternelle sagesse infinie d’Aristote vous illuminer dans la gloire du Très-Haut, je vous demande de rester unis par l'esprit, solidaires dans vos actions, raffermis dans vos idées, pour le bien de la COBA, comme pour notre Duché du Bourbonnais Auvergne ! Pour Ba_Raka !

[b]- Allez dans la paix d’Aristote, donnez-vous chacun un signe de paix et d’amitié, au nom de la fraternité aristotélicienne ! Ce sont les deux seuls fruits de notre foi de soldats ! Vive le Bourbonnais - Auvergne !

_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Pythagore


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2007
Messages: 15 244
Village: Aurillac
Localisation IRL: Aurillac
PC: 8

MessagePosté le: 31/08/2008 12:12:09    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

J'entre dans la chapelle de la Caserne en me signant. Je m'avance jusqu'au premier rang qui est encore vide. Je m'agenouille, puis tout en me recueillant en pensant aux (trop) nombreux Soudards qui ont perdus la vie récemment, j'écoute le Sermon de l'Aumônier Monicaa. Puis, je reprends le Crédo.

Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut...


Suivent quelques instants de prière que j'adresse aux personnes qui me sont chères, mes Filleuls entre autre.
La Messe finie, je me relève, je me signe devant la Croix et je vais saluer l'Aumônier.


Très beau Sermon, merci encore..
_________________
Revenir en haut
kaitlyne


Hors ligne

Inscrit le: 13 Mai 2008
Messages: 615
Village: Thiers
Localisation IRL: garnison COBA de thiers

MessagePosté le: 31/08/2008 14:18:15    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

kaitlyne revenant de Clermont d'ou elle a escortée l'aumonier e nouvelle abbesse de Thiers, vient a la chapellle a l'office et se recueillir.
elle entre dans la chapelle, se signe, s'installe prés du sergent chef Pythagore et s'agenouille pour prier.

elle reprends le credo :


Je crois au Trés-Haut, omniscient et tout puissant,
Créateur du Tout et des petits riens, du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis, et des jours languissants,
Juge de notre âme à l'heure de notre mise sous terre.

Et en Aristote, son premier prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos, son second prophète,
Beau parleur, né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver et monter très haut.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut...


quand l'office fut fini alla saluer sa nouvelle abbesse :

bonjour abbesse Monicaa, soyez la bienvenue a Thiers, je suis fiere de vous avoir servi d'escorte jusqu'ici, ce fut un honneur pour moi de le faire........

kait s'incline devant Monicaa
_________________

infirmiere-soldat premiere classe
nouvelle instructrice de la classe 6 à l'acadèmie militaire
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 03:57:01    Sujet du message: Messes à la Chapelle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Caserne -> [arC]Archives communes -> Archives Chapelle Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 311, 12, 1315, 16, 17  >
Page 12 sur 17

Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.
Marquer tous les forums comme lus
Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite