Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum Caserne du Bourbonnais-Auvergne
Point de rassemblement de la Compagnie d'Ordonnance du Bourbonnais-Auvergne
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Messes à la Chapelle
Aller à la page: <  1, 2, 314, 15, 16, 17  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Caserne -> [arC]Archives communes -> Archives Chapelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Somara



Inscrit le: 19 Fév 2008
Messages: 300

MessagePosté le: 26/10/2008 17:20:25    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revue du message précédent :

Somara était déjà à la chapelle quand Monica débuta la cérémonie, comme d'habitude celle-ci fut riche en messages... Monica , était une femme impliquée dans sa communauté et tellement disponible.. Pour les citoyens.. elle donnait de son temps.. À tous ceux le lui demandant.

Soma avait préparer un petit panier rempli de pain frais et de fromage, et le lui offrirais après la messe.. , elle savait qu elle en ferais bon usage.

La messe terminée elle approcha d’Abbesse et le sourire aux lèvres lui dit «


Bonjour a vous, encore une fois merci d'être la.. Monica.
Merveilleuse cérémonie encore! .

Je vous ai préparer un petit panier rempli de petite douceur.. pour vous remercier de votre disponibilité et gentillesse
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 28/10/2008 19:04:17    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Monicaa fit un signe à Linoa pour la remercier de sa présence
-"Nous allons nous revoir bientôt je présume ?" dit l'Aumônière avec un petit sourire entendu...

Monicaa les joues bien empourprées, remercia chaleureusement Somara.

-" Merci pour ces petites douceurs Somara, toujours si attentrionnée... Embrassez Julius pour moi... Alors comment se porte cette grossesse ? Le Mariage a été fructueux !" Very Happy
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 29/10/2008 19:11:17    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce Mercredi vingt-neuvième jour d'octobre 1456, Monicaa accueille les militaires de la Coba dans la Chapelle Saint Nicolaïde.
[img:19f03d31e3]http://[url=http://img237.imageshack.us/img237/2477/bienvenue1nmal4.gif%5Dhttp://img237.imageshack.us/img237/2477/bienvenue1nmal4.gif%5B/url:19f03d31e3%5D[/img:19f03d31e3][/url]
Chers amis, soyez les bienvenus en notre Chapelle, cette maison du très-Haut qui nous permet de partager son message d'amour. J'espère que vos jours passés vous ont été agréables et profitables, dans l'élévation de votre foy. Mais certains se détournent du message divin, en laissant en friche leur bien le plus précieux…. Leur Esprit, siège de l’âme immortelle …s’adonnant ainsi à l'acédie !

Prenez place, fermez les yeux et priez, prions pour obtenir le pardon divin.


Citation:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


Elle-même demande pardon pour les fautes commises, même par omision. Le silence règne, Monicaa relève la tête et poursuit son office avec un sourire bienveillant et reconnaissant….l’Esprit délivré de toute tentation de la bête qui n’a pas de nom.

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’abbesse chantonne le credo avec cœur.

Aujourd'hui, en ce mercredi 29 octobre, J'aimerais avec votre permission, de vous entretenir sur un sujet libre, qui nous touche au quotidien... : « L'acédie »"...
[url:19f03d31e3=http://imageshack.us]



J’aimerai vous entretenir aujourd’hui d’un bien que nombre d’entre nous laisse en friche….et tombe dans le piège de l’acédie.

Observons de quelle manière, vous autres paysans soignez vos légumes, votre maïs, votre blé, avec quelle minutie vous suivez l’engraissement de vos porcs, comment vous caressez la laine de vos moutons. Tout comme nous soldats prenons soins de nos armes, agissons de manière à nous entraîner pour mieux les utiliser en cas de besoin.
Et vous artisans, qu’il est touchant de voir comme vous rabotez avec douceur le fil du bois, quel soin vous portez à tremper la lame de hache, combien vous mesurez les patrons pour ne point gâcher la laine et les peaux de vos mantels, comment vous découpez finement vos pièces de boucherie… "rien que des biens matériels"
Et toute cette merveilleuse industrie, comment croyez-vous donc qu’elle prospère, quel est le siège de l’étincelle qui la met en œuvre ? Vous savez bien au fond qu’elle se trouve dans votre esprit, alors je vous pose cette question :

Que faîtes vous donc pour cultiver ce précieux et divin outil, quelle précaution mettez-vous à son épanouissement ? Mais surtout à quelle fin le destinez-vous ?
Sachez, comme nous l’a enseigné Aristote que le propre de l’homme est l’activité de l’âme, en accord complet ou partiel avec la raison, chez l’homme accompli, tout se fait selon le Bien, la Vérité et le Beau, chacun de ses actes s’exécutant à la perfection selon la vertu qui lui est propre.
A ces conditions, le bien propre à l’homme est l’activité de l’âme en conformité avec la vertu : « Vertu si difficile à acquérir, le plus beau gibier qu’un homme puisse convoiter, et c’est un sort envié dans la Grèce antique que de mourir pour toi Vertu, c’est souffrir sans relâche les plus grands maux, tant tu mets dans les esprits un fruit immortel supérieur à l’or, aux parents et au doux sommeil. »

Sachez mes amis, sœurs et frères, prendre soin de votre esprit, votre bien le plus précieux, seul moyen de communication avec le divin !
Amen
Que Dieu caresse tous les jours votre esprit !




L'Aumônière fait courte pause afin que l’assemblée puisse faire réflexion du texte et de ses paroles.

Un lien solide d’amitié se fait avec nos semblables, alors venez, partageons le pain et le vin en amitié Aristotélicienne, pour le Vrai, le Beau… avec votre esprit !


(i]… du bon vin[/i]

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
aussi pure que vous l’avez reçue !


Allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vraie force contre l'adversité.
Puis accompagnant les militaires jusque sur les parvis, Monicaa affiche un panonceau sur la porte de la Chapelle....
Citation:

Je vous invite à venir en gargote, à la Cathédrale de Clermont :
- Dimanche prochain, le 1er novembre, jour du souvenir, votre abbesse sera de service pour officier l'office dominical en la Cathédrale de Clermont.

Sans vous je ne suis rien, alors venez me soutenir, car avec votre amitié je ne défaillerai jamais.

_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 02/11/2008 09:22:48    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce dimanche deuxième jour de novembre 1456, l’Aumônière Monicaa accueille les militaires dans la Chapelle Saint-Nicolaïde de la Coba.





Chers amis, soyez les bienvenus en votre chapelle. J'espère que vos jours passés ont été agréables et profitables, aujourd'hui nous allons célébrer un office pour le souvenir de nos amis et frères d'armes.!

Prenez place, fermez les yeux et priez, prions pour leur mémoire, que leurs actes émérites ne soient pas effacés par le temps..


Citation:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


Elle-même demande pardon pour les fautes commises, par omission, son menton baissé, le regard à terre, yeux fermés. Le silence règne, puis, après une méditation intérieure de 2 minutes, l'Aumônière relève la tête et poursuit dans un sourire bienveillant.

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’abbesse chantonne le credo avec cœur.

Aujourd'hui, en ce dimanche 2 novembre, j'ai l'honneur de célébrer trois messes... Une ici avec vous "en mâtines"... une à Thiers à zénith, et une à la Cathédrale pour les vêpres. En effet, ce jour du souvenir doit retentir dans nos esprits... mais il est aussi un jour insigne d'accueil de notre Souverain le Roy Lévan le troisième et sa royales suite, qui vont séjourner une semaine en Bourbonnais - Auvergne. J'ai choisi pour vous un texte libre... sur "les idées"... et "la Métaphysique" en particulier, pour nous aider à élever notre foy en ce monde merveilleux de la vie....


Oui bon... je vais vous parler de la "Métaphysique aujourd'hui, car elle permet de mieux établir la compréhension des choses, et des idées qui se présentent à nous.
Alors qui parmi vous, mes chers fidèles peut me dire ce que le terme « Métaphysique » lui inspire ?
Eh bien personne ne se manifeste ? Allons, allons, pas de timidité excessive !!!!
Je me remémore certains commentaires entendus en d’autres temps et en d’autres lieux, généralement autour de choppes de bières : « ouais, le physique je vois bien, mais je le mets où moi l’physique » «L’physique ? L’physique ? Est-ce que j’ai une tête de physique moi ?». Commentaires généralement suivis par une succession de rires gras… Bon ! Passons…

Monicaa soupira voyant que de toute l’assemblée, seuls, Kaitlyne, Lidie, et Cortina semblaient avoir une idée sur la question…..

Bon, je vois que tout le monde ne faisait pas la sieste durant ma dernière pastorale… Alors pour les autres, on reprend les bases, avec aujourd’hui la mésaventure des disciples de notre prophète. Je vous en raconte une bonne :

-« Un jour d’été qu’Aristote et trois de ses disciples se promenaient en barque sur un lac paisible et poissonneux, le Maître demanda à ses élèves de lui expliquer ce qu’était la barque. Ben… oui une barque, pas une coquille de noix !
Tous restèrent silencieux un long moment…. Puis soudain, l’un deux, après avoir réfléchi, dit : « la barque est un assemblage de planches de bois et de clous de fer, Maître…héhéhéhéhé.. gné ? ».
Aristote hocha la tête, mais nul sourire ne vint éclairer son visage.
Le second renchérit : « La barque est la reflet de la volonté de l’homme de dompter les eaux, d’être maître de la nature…heu heu heu… ? ».
De nouveau, Aristote hocha la tête, mais ne dit mot.
Enfin, le dernier disciple se redressa de sa léthargie, et prit la parole : « La barque est un outil : un outil pour le voyageur qui désire ni se mouiller ni se fatiguer à nager ; un outil pour le pêcheur qui peut ainsi attraper plus de poissons … n’est-il pas ?».

Aristote leur répondit un peu agacé : « Vous avez tous trois raison et tous les trois tort ; la barque n’est qu’une barque, un point c’est tout ! Mais chacun y voit une fin différente selon son imagination!
Souvenez-vous que la Métaphysique ne s’intéresse qu’au fait que la barque est, et non pas à ce qu’elle peut être ! ».
Penauds, les disciples ramèrent de plus belle pour atteindre la rive et, une fois le pied à terre , percèrent le fond de la barque pour être sûrs de ne jamais plus y remonter.

Et voilà, souvenez-vous donc que la Métaphysique est la science de ce qui est en tant qu’il est : de l’étant en tant qu étant.....
Et n’allez pas percer toutes les barques que vous verrez chez nos charpentiers non plus.... ça ne vous empêchera pas de ramer à nouveau au prochain prêche !

Hein ? Meuh non je ne vous ai pas dit d’aller percer l’étang.... non ! les barques non plus... ! …Misère... je ferais mieux d’aller boire une chope en taverne !




L'Aumônière fait courte pause afin que l’assemblée puisse méditer sur ce texte et ses paroles.

Un lien solide d’amitié se fait avec nos semblables, alors venez, partageons le pain et le vin en amitié Aristotélicienne …


(i]… du bon vin[/i]

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
aussi pure que vous l’avez reçue !


Allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vrai force contre l'adversité.

Puis accompagnant les militaires jusque sur les parvis, Monicaa affiche un panonceau sur la porte de la Chapelle Saint Nicolaïde....
Citation:

Je vous invite à venir en gargote, à la Cathédrale de Clermont :
- ce midi, bien sûr à partir de 12 h 00, je célèbrerait l'office dominical en la Cathédrale de Clermont, (sur la gargotte), pour accueillir le Roy et sa suite en Bourbonnais Auvergne...
- le 7 ou le 8 novembre il y aura un office exceptionnel pour accueillir à Thiers le Roy et sa Cour, en notre bonne ville de Thiers...
- Dimanche prochain, le 9 novembre, je célèbrerait une Messe en actions de Grâces "Te Deum" en l'honneur de la Famille Royale, et pour montrer à notre souverain la liesse du peuple Auvergnat de le recevoir en ses terres...
Sans vous je ne suis rien, alors venez me soutenir, car avec votre amitié je ne défaillerai jamais.
[/quote]
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 09/11/2008 15:59:50    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

....Grand'Messe en la Cathédrale de Clermont, recopiée ici...

En ce dimanche neuvième jour de novembre 1456, à midi, Monicaa accueille les fidèles en l’immense Cathédrale de Clermont.
[img:8f8064d24f]http://[url:8f8064d24f=http://img237.imageshack.us/img237/2477/bienvenue1nmal4.gif%5Dhttp://img237.imageshack.us/img237/2477/bienvenue1nmal4.gif%5B/url%5D%5B/img:8f8064d24f]


Votre Grâce, Damoiselles et Damoiseaux, Messires, Mes Seigneurs, Chers Fidèles amis, nous accueillons, en ce jour insigne, notre Souverain, Sa Majesté Lévan le troisième, Roy de France, accompagné de la Famille Royale et de la suite de sa Maison Royale.... Souhaitons leur la bienvenue avec respect et déférences dues à leurs rangs respectifs, ici en notre Cathédrale, cette maison du Très-Haut qui nous permet de partager son message d'amour, révélé par Aristote et Christos bien heureux prophètes.

Prenez place vos Majestés, dans ces fauteuils des premiers rangs, dans l'ordre de l'étiquette royale, et prions avec ferveur pour garder notre Foy.


Citation:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous tous aussi, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’abbesse chantonne le credo avec cœur. Puis s’approchant du lutrin, l’Abbesse s’adresse à l’assistance pour la première lecture.

Aujourd'hui, en ce jour insigne où nous acclamons la parole du Très-Haut, en présence de notre Souverain et sa suite, j'aimerais avec votre permission, vous entretenir sur un sujet, qui touche au quotidien notre Foy... : « Qu’est-ce que l’Âme ? »" écoutons les paroles éclairées d’Aristote sur ce thème…...



Aristote en ces temps, logeait à Athènes et avait installé son quartier général à l’Académie de la bière, une auberge située dans la Plakathon, en plein cœur du quartier égyptien (ç’était le cantonnement réservé aux étudiants, aux fêtards et noctambules qu’on surnommait les gypsies)
C’est lors d’une de ces nuits spécialement agitée qu’il fît une découverte qui secoua tout le milieu intellectuel de la citée durant une bonne semaine.
Au milieu des clameurs habituelles dans la chaude moiteur de la taverne, rompant les « c’est à boire, à boire …qu’il nous faut,* hips* » proférés par un Paulodaure fin pété, son compère Mimilas monté sur une table interpella l’assemblée

Mimilas : «éclaires-nous donc, Maître, sur ce qu’est notre âme… » **hips**

Alors le sage Aristote s’adressa à ses compagnons en ces termes

Aristote : « Mes amis, il y a deux sortes d’âmes.
Tout être vivant possède une âme que je nommerais anima en ce qu’elle est la puissance qui l’anime, mise en œuvre dans la formation de l’être vers sa forme achevée. Etant le principe d’organisation du corps vivant l’anima est inséparable de celui-ci. »

Mimilas : « on pourrait donc nommé anima, le schéma de fonctionnement de la fourmi rouge ouvrière, par exemple, mais quelle serait l’autre sorte d’âme ?»

Aristote : « en effet (et je te rappelle que la fourmi ouvrière rouge est dite prolétaire), à contrario, l’animus, l’âme pensante, possède un statut privilégié et il semble bien que ce soit là un genre d'âme tout différent, et que seul il puisse être séparé du corps, comme l'éternel du corruptible.»

Mimilas : «alors, étant éternel, l’animus serait donc conçu à la ressemblance de Dieu ? »

Aristote : « exactement, c’est l’anima qui fait que Paulodaure, rentré de son champ de maïs, au lieu de prendre à droite vers son logis, Bobona et les gosses, choisit à gauche vers la taverne pour se torcher à la boulasse avec les potes, puis peu à peu rongé par l’embonpoint, le remords et la cirrhose, donne à Paulodaure cet aspect adipeux, congestionné au seuil de la vieillesse.
Par contre ç’est l’animus de Paulodaure qui arrivera pur et intact (car ayant peu servi) aux portes du Paradis dans l’attente de son introduction …et là, devant cette chose informe qui possédait son accomplissement en puissance, mais qui, laissée en friche est à classer sur la même étagère que le bulbe de la mouette rieuse, qu’adviendra-il ?"

Alors un grand silence se fît, qui contamina le dernier étage de l’Académie (là ou les chambrées d’ordinaire, vibraient) interrompant tous les coïts puis l’air devint électrique.
l’animus de chacun eût droit à sa minute de réflexion, songeant à son salut.
Mimilas se gratta la tête puis il dit consterné :
-"je crains bien que le saint videur ne lui refuse l'entrée !"




L'Abbesse fait courte pause afin que l’assemblée puisse faire réflexion du texte et de ses paroles. Puis s’adresse à l’Assemblée….
– « Voilà ce que l’on peut penser dès lors que l’on fréquente plus les tavernes que les prêches de nos théologiens et de nos clercs de l’Eglise Aristotélicienne….. »

Monicaa revient vers l'Autel et procède à la célébration du partage fraternel tout à fait aristotélicien.


Un lien solide d’amitié se fait avec nos semblables, dans le même respect mutuel, alors venez, partageons le pain et le vin en amitié Aristotélicienne, pour le Vrai, le Beau… avec votre esprit !


(i]… du bon vin[/i]

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, Vostre Majesté, Notre Roy, en qui nous avons confiance, et allégeance, nous respecterons notre engagement de toujours garder pure et intacte, la lumière baptismale ...
aussi pure que nous l’avons reçue ! [url=http://imageshack.us]
[/url:8f8064d24f]

Allez en paix régnez en Sagesse, l'Amour de votre peuple vous est acquis ! Gloire à Nostre Roy ! Vive le Bourbonnais - Auvergne !
Monicaa remercie ainsi le Roy Lévan le troisième, attendant que chacun reprenne son rang, selon ses qualités en respect de l'étiquette, pour suivre en haie d'honneur le Souverain jusqu'aux marches de son carrosse, flanqué de palefreniers et de laquais, devant les parvis de la Cathédrale.

--------------------copie de la Grand'messe ayant eu lieu en la Cathédrale de Clermont.
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 16/11/2008 10:37:47    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce seizième jour de novembre 1456, pour les mâtines, Monicaa accueille les militaires de la Coba, en la Chapelle de la Caserne...

[url:5c483a8156=http://imageshack.us]




Chers amis, soyez les bienvenus en notre Chapelle Saint-Nicolaïde de la Coba, cette maison du très-Haut qui nous permet de partager son message d'amour. Aujourd'hui, pour la Sainte Marguerite, je vais vous proposer un texte sur "l'hérésie" .... rien de méchant,..."Mémé Marguerite.... si tu m'entends" .... seulement pour bien admettre que nul ne peut se targuer de posséder à lui seul la "Vérité" ! Embarassed

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’aumônière chantonne le credo avec cœur. Puis Monicaa se place devant le lutrin, avant de reprendre la parole...




On m’a demandé, il y a peu, s’il était obligatoire d’être baptisé pour aller au paradis, à ça je demande s’il est obligatoire d’avoir une barque pour aller à la pêche.... La réponse est, bien entendu, non.... mais tout le monde conviendra que ça aide.....
On m’a demandé si une fois baptisé, notre place au paradis était garantie, à ça je réponds que notre Créateur nous jugera selon la vie que nous avons menée et qu’il ne suffit pas d’avoir une barque pour avoir une pêche miraculeuse.
On m’a demandé si le fait de se confesser nous garantissait une place au paradis, a ça je réponds qu’il ne suffit pas de vouloir pêcher pour attraper du poisson. La confession c’est déjà la volonté d’avancer, mais encore faut-il avoir le courage de reconnaître réellement ses fautes, et la volonté de se corriger.
Il ne sert à rien de tricher avec son confesseur, car on triche avec soi même.... et donc avec le Très Haut.
On m’a demandé si un païen, ou un infidèle, pouvait aller au paradis... ou s’il était condamné aux enfers lunaires. A cela je réponds que s’il a été trompé, s’il n’a pas trouvé la lumière, mais a toujours vécu selon ce que Notre Créateur attend de nous il sera jugé comme les autres, et si Dieu le veut, il pourra rejoindre les justes dans Sa lumière éternelle.
Ceci dit, il est plus facile d’arriver à bon port si on connaît les pièges à éviter et si on a croisé de bons guides.
Les hérétiques sont là pour vous dévier de la route, pour vous conduire dans l’ombre d’une forêt sans sentier, mais si vous suivez votre cœur et que vous entendez la voie de la vraie foy vous pourrez toujours revenir sur la grande route qui conduit au paradis.

Je terminerais en disant que celui qui ne vit que dans l’espoir de recevoir les clés du paradis se trompe, car c’est qu’il veut aimer le Très Haut en espérant ce cadeau en retour et non l’aimer sans condition comme Il le demande.
Notre Créateur, récompense avant tout, l’amitié désintéressée et l’amour parfait.

Citation:

Oane a dit un jour lors de la création de notre première cité « c’est par l’amour et la complémentarité que vous pourrez créer, car notre Créateur nous veut tous unis dans la vie comme d’humbles serviteurs de la création ». C’est tellement vrai que c’est parce que nous avons oublié cette règle que le Tout Puissant nous a punis, chacun voulant devenir le maître et faire de son frère devant dieu un serviteur. L’amour du savoir a poussé l’humain à créer l’écriture pour conserver ce savoir, mais l’écriture sans amour n’est que suite de mots tristes et sans âme. C’est donc l’amour de l’écriture qui fait qu’un écrit prend tout son sens et l’amour de la lecture qui fera que ce texte ne sera pas perdu. Tout ce qui est fait pour durer doit être fait dans l’amour et l’amitié. Si le maçon travaille sans amitié ou sans amour véritable pour son client, la maison qu’il construit s’écroulera aux premiers vents.

Réfléchissons à cette citation de Mhour, en priant quelques instants

L'Aumônière fait une très courte pause afin que l’assemblée ne puisse pas plonger en léthargie cataleptique après ces paroles... Célèbrant illico le partage de l'amitié...

Un lien solide d’amitié se fait avec nos semblables, alors venez, partageons le pain et le vin en amitié Aristotélicienne, pour le Vrai, le Beau… avec votre esprit !


(i]… du bon vin[/i]

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
aussi pure que vous l’avez reçue ! [url=http://imageshack.us]
[/url:5c483a8156]

Allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vraie force contre l'adversité. Il suffit de vouloir pour pouvoir faire ce que l'on doit faire... ne laissez pas la Coba s'enliser dans une profonde léthargie...
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 23/11/2008 10:10:32    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce vingt-troisième jour de novembre 1456, pour les mâtines, Monicaa accueille les militaires de la Coba, en la Chapelle de la Caserne...

[url:5faf631f5b=http://imageshack.us]




Chers amis, soyez les bienvenus en notre Chapelle Saint-Nicolaïde de la Coba, cette maison du très-Haut qui nous permet de partager son message d'amour. Aujourd'hui, jour où nous fêtons Christos, le mirroir de la divinité, je vais vous parler de l'image que vous renvoie le mirroir....nul ne peut se targuer de posséder à lui seul la "Vérité" ! Embarassed

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’aumônière chantonne le credo avec cœur. Puis Monicaa se place devant le lutrin, avant de reprendre la parole...




« L’homme dans son miroir se fait des grands, saluts ;
Le miroir les lui rend, mais son âme est obscure
Il rit, et sait le fond de l’homme, étant du mercure ;
Il n’est pas d’orgueilleux qui n’ait honte secrètement ;
Il n’est pas de prude qui n’ait en rêve quelque amant ;

Ah ! si l’on levait les yeux pour voir un peu plus que son buste,
Par quelque soupirail si vous regardiez dans l’esprit d’un juste,
Comme il vous fermerait, en rageant, son volet brusquement !
Votre âme aime le jour, mais privilégie la nuit, son seul élément ;

En public vous cherchez la louange et l’estime,
Mais vous n’hésitez pas dans votre for intime,
A bâillonner et même à tuer « le témoin »,
Le scrupule caché qui tremble dans un coin ;

Votre probité plie et promptement expire ;
Le meilleur parmi vous est si proche du pire ….
Evêque, on veut sa dîme, et bailli, ses épices ;
L’argent, le lit, la table,…autant de précipices ;

Le vin est un écueil, mais la femme un récif,
La conscience, dictait à Salomon pensif
Détourne les yeux, n’écoute pas cette vieille canaille. !
L’expérience austère, tentatrice est la trouvaille
Qu’on ramasse en sortant du vice ; on se flétrit,
On se forme, et chacun des sept péchés écrit
Une lettre du mot composite : SAGESSE !

L’homme fait reculer l’heure sur le cadran,
Ou quitte la liberté pour reprendre un tyran,
Flatte un Dieu, tue un loup, rampe et se met à rire,
Triste genre humain ! Voudrait-on pas que j’admire
Tout ce que dans toi-même, homme, tu dénigrais,
Ton faux goût, ton faux jour, tes faux pas, ton progrès
Est pourvu d’un appareil à reculer, tes songes,
Tes sens ayant leur borne ainsi que des éponges,
Et tes opinons, tombant, se relevant,
Murmurant, parodie imbécile du vent ! »


Réfléchissons à ce que nous voyons dans nôtre âme... à tout ce que nous faisons par instinct, ne vaudrait-il pas mieux essayer d'apporter un peu de fraternité à tout ceux qui nus entourent ? méditons sur ces quelques vers un instant....

L'Aumônière fait une très courte pause afin que chacun dans l’assemblée, puisse par introspection, se regarder dans le mirroir de son âme....Puis Monicaa célèbre illico le partage de l'amitié...

Un lien solide d’amitié se fait avec nos semblables, alors venez, partageons le pain et le vin en amitié Aristotélicienne, pour le Vrai, le Beau… avec votre esprit !


(i]… du bon vin[/i]

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
aussi pure que vous l’avez reçue ! [url=http://imageshack.us]
[/url:5faf631f5b]

Allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vraie force contre l'adversité. Il suffit de vouloir pour pouvoir faire ce que l'on doit faire... ne laissez pas l'acédie envahir les garnisons, ni la Coba s'enliser dans une profonde léthargie... Réagissez ! agissons !
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 30/11/2008 09:30:37    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce dimanche dernier jour de novembre 1456, l’Aumônière Monicaa accueille les militaires dans la Chapelle Saint-Nicolaïde de la Coba.





Chers amis, soyez les bienvenus en votre chapelle. J'espère que vos jours passés ont été agréables et profitables, aujourd'hui nous allons célébrer un office pour le souvenir de nos amis et frères d'armes, ceux qui sont partis s'engager sur le front sud en Périgord...

Prenez place, fermez les yeux et priez, prions pour leur mémoire, que leurs actes émérites ne soient pas effacés par le temps..


Citation:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


Elle-même demande pardon pour les fautes commises, par omission, son menton baissé, le regard à terre, yeux fermés. Le silence règne, puis, après une méditation intérieure de 2 minutes, l'Aumônière relève la tête et poursuit dans un sourire bienveillant.

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’abbesse chantonne le credo avec cœur.

Aujourd'hui, en ce dimanche 30 novembre, j'ai l'honneur de célébrer, à la demande de notre Capitaine Jariane, et sur conseil de notre Duc Tixlu, une messe en actions de grâces pour souligner l'effort et l'abnégation de chaque soldat de la COBA, engagé sur le front du Sud, en périgord. Mes enfants, mes frères et mes soeurs, frères d'armes de la COBA, habitants du Bourbonnais-Auvergne, aujourd'hui en ce dimanche particulier, nous allons honorer nos soldats partis en Périgord, défendre nos intérêts, nos libertés….
En ma qualité d'Aumônière de la COBA, je tiens à apporter mon soutien moral aux familles de nos valeureux soldats. Pour documenter cette office d’actions de grâces, je vais essayer de vous expliquer ce qu'est la métaphysique aristotélicienne : la culture simultanée de deux champs symboliques qui sont notre vie !



La vie est une épreuve où il nous faut cultiver deux Champs. Un premier purement temporel, pour les subsistances physiques, et le second, plus spirituel, aborde la structure du développement de l’esprit par les expériences.
Conserver le premier champ stérile, nous fera mourir de faim, et nous rendra sourds aux souffrances et aux appels de nos semblables ! Ne restons pas dans l’erreur, labourons et donnons nous la peine de faire évoluer le champ des subsistances, pour pouvoir nous ouvrir une fois rassasiés, à l’étude de notre environnement, et apporter toute l’aide nécessaire à notre entourage. Nous éloignerons de notre esprit toute idée d’égoïsme ou de vanité, pour peu que l’on prenne la peine de considérer qu’un ami nous est utile pour avancer, et qu'un ennemi nous renforce encore plus, dans nos convictions spirituelles. Ainsi si vous cultivez activement votre champ de subsistances, vous accaparez des richesses ! Gardez vous de l’avarice ! Donnez à vos amis, donnez à ceux qui en ont besoin !
De même, si votre champ spirituel vous prend trop d’occupation, et d’énergie, votre ego va gonfler, la vanité cédera peu à peu la place au fanatisme… ainsi naissent les tyran, ces égarés du chemin vertueux !
Cette culture spéciale du corps et de l’esprit relève de la relation avec vos proches et avec le Très-Haut. Il nous faut conjuguer sans cesse au quotidien, ces deux champs d’actions pour que notre comportement soit plus juste, plus équitable, plus humain !
Aucune force, aucune pression ne peut vous enlever votre identité, votre « Etre »!
Un ventre rassasié ne crie point famine, et nous rend généreux, ainsi qu’un esprit vertueux, peut par son exemplarité, donner à réfléchir et à méditer, pour l’amélioration du quotidien de vos contemporains ! Gardez-vous des faux - prophètes, méfiez-vous des promesses, elles n’engagent que ceux qui les écoutent !
Ayez votre Cœur à l’écoute du temps qui passe, de ce que votre corps réclame pour être en phase avec l’esprit qui le meut !
Une action est toujours une grâce si elle est mûrie et attentionnée pour ne pas heurter votre entourage, cherchez à comprendre les douleurs avant de les panser ! Rien ne sert de poser un pansement sur une plaie de l’esprit ! Une attention douce, et dirigée avec l’amour aristotélicien qu’il convient est une action de grâce qui vous sera gratifiante, tout autant qu’elle le sera pour celui ou celle qui recevra cela de vous ! Voilà vos deux champs vous attendent, à vous de leur apporter soins et attention, pour faire prospérer cette communauté que l’on dit humaine, mais qui se doit aussi d’être spirituelle !
Ceci ouvre la voie vers l’action conjuguée de la « famille », de la fratrie, de la communion des corps et des esprits, pour faire avancer un projet, une communauté identitaire : Votre garnison, notre Armée : « la COBA », le Bourbonnais - Auvergne, votre patrie, notre royaume...... n'oublions jamais ceux qui se sont battus pour ce plaisir si cher de la vie : « la Liberté » d’agir et de faire comme il nous plaît ! Regardons tous leurs efforts, leurs sacrifices, avec la compassion du coeur, avec toute la reconnaissance du don gratuit de nos soldats!




L'Aumônière fait courte pause afin que l’assemblée puisse méditer sur ce texte et ses paroles.

-"Par Aristote Prions :
En tant que mère, je viens affirmer ici, en ce jour,
Quel lait pur, que de soins, que de vœux, que d’amour,
Prodigués pour donner la vie, en naissant condamnée,
J’ai fait comme toutes les mères, tenace et obstinée !
Ô l’amour d’une mère ! Amour que nul n’oublie !
Pain merveilleux qu’un dieu partage et multiplie !
Table toujours servie, surveillée au paternel foyer,
Où Chacun en à sa part, et tous l’ont tout entier !
Ainsi, ce qu’en passant j’ai pu dire en tant que femme,
Tout ce qui était en mes pensées, dans le fond de mon âme…
Lorsqu’un soudard, un soldat dans son devoir attaché,
Me cria : -« Finis ton sermon Aumônière, tu vas nous saoûler! »
Lorsque la faim, la fatigue, la peur, les cris de l’ennemi,
Tenaillent nos soldats, nos pensées vont à eux, comme un cri :
-« Fais ton devoir avec courage, défends ce que Dieu t’a donné,
L’amour de ta mère, la douceur du foyer, ce pourquoi tu es né ! »
Soldats du Bourbonnais Auvergne, continuons le combat,
L’ennemi inique mérite que l’on sache partout, que la COBA
Reste une et indivisible, pour ne reculer ni s’effriter à jamais !

Là où, tout n'est qu'ordre et beauté, je reçois, paix, foi, et volupté !"

Un lien solide d’amitié se fait avec nos semblables, alors venez, partageons le pain et le vin en amitié Aristotélicienne …



(i]… du bon vin[/i]

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
aussi pure que vous l’avez reçue !


Allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vrai force contre l'adversité.
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Jariane
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 02/12/2008 21:48:17    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Le capitaine entra dans la petite chapelle de la caserne pour se recueillir et prier pour ses soldats sur le front ce soir.
Elle espérait que demain matin, ils n'aient pas de morts à déplorer.
Bientôt elle devrait les rejoindre espérant qu'il ne soit pas trop tard.

Elle alluma un cierge puis un autre et encore un autre jusqu'au nombre de 20, un pour chaque soldat dans le Périgord

Qu'aristote veille sur eux...

Elle quitta la chapelle aussi discrètement qu'elle était arrivée refermant la porte derrière elle.
Revenir en haut
Capri De Kolhan
Directeur d'hopital
Directeur d'hopital

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2008
Messages: 2 473
Village: Montbrisson
PC: 7

MessagePosté le: 06/12/2008 14:44:05    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Capri avait du temps et n'avait pas vraiment eu le temps de se recueillir aprés la mort de son amie poutou, pour penser à son défunt mari marcus et à sa fille Loannie...
Elle entra dans la chapelle se signa et s'installa devant l'autel.
Elle voulait prier mais rien ne venait dans sa tête, elle voulait penser mais elle n'arrivait pas a avoir quelques chose de cohérent.
Elle finit par se dire...mais pourquoi suis-je là seigneur, je viens prier et je n'y arrive meme pas !! suis-je une brebis égarée pour que vous m'aiyez fait venir ici ?
elle sourit en regardant la statue de jésus, et se dit que non, mais ce sentit soudainement mieux.
Elle resta un moment, alluma un cierge pour Marcus ...a qui elle dit "tu me manques tu sais.." un cierge pour sa fille chérie à qui elle dit " ma petite fille toi aussi tu me manques, aujourd'hui tu aurais 11 ans !! et tu serais ma grande fille!! ". Elle regarda les deux cierge et leur sourit, et dit " Je vous aimes tellement, et mon coeur est tellement vide sans vous..." et alluma un dernier cierge pour son amie poutou disparu ce moi ci, elle dit "bon voyage Poutou, tu n'auras plus de souffrance là ou tu va".
Elle essuya ses larmes,et fixa quelques minutes les 3 flammes, puis sortie.

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 07/12/2008 16:16:04    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce dimanche 7 décembre 1456, l’Aumônière Monicaa fait sonner les cloches et accueille les fidèles dans la Chapelle Saint Nicolaïde de la caserne de la Coba.





Mes amis, soldat frères et soeurs d'armes, soyez les bienvenus en votre Chapelle. Je souhaite que la paix et l’harmonie habitent votre cœur. Aujourd'hui, pour la Saint Ambroise, nous allons célébrer un office en l'honneur de nos soldats, ces militaires de la Compagnie d'Ordonnance du Bourbonnais-Auvergne, qui sont partis s'engager sur le front sud en Périgord… une pensée particulière pour le Sergent-chef Yal et ses soldats….

Prenez place, fermez les yeux et priez, prions pour leur mémoire, que leurs actes émérites ne soient pas effacés par le temps..


Citation:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


Elle-même demande pardon pour les fautes commises, par omission, son menton baissé, le regard à terre, yeux fermés. Le silence règne, puis, après une méditation intérieure de 2 minutes, l'Aumônière relève la tête et poursuit dans un sourire bienveillant.

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’abbesse chantonne le credo avec cœur.

Mes enfants, mes frères et mes soeurs, frères d'armes de la COBA, aujourd'hui, nous allons honorer nos soldats partis en Périgord, défendre nos intérêts, nos libertés….

Citation:

«Mes chers enfants, chers frères, chères sœurs,

En cette Eglise où les coeurs se rassénènent,
Où se dissolvent les douleurs,
Où toutes les vérités prennent
La forme de toutes nos valeurs !

C'est là que tout oppose par nos différents vocables,
aux bringands de tout horizon en périgord, aux satans !
Cet alléluia vibrant et formidable,
Cet éclat de rire, qui fait sourire les bonnes gens !

Oh ! la vraie église divine !
Au fond de son coeur il fait clair toujours...
Une rose me dit : "Devine....."
Et je lui répondis : "Amour...!"

Rester où nous sommes !
Non! puisque ces hommes,
Périgord, tes fils, Liberté,
Ne sont pas des lâches,
Ils peuvent relever la tête, leurs âmes,
C'est tout ce que veut ta volonté !




Monicaa fait courte pause afin que l’assemblée puisse méditer sur ce texte et ses paroles, avant de reprendre le cours de la cérémonie par le partage de l’amitié :



… du bon vin

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
aussi pure que vous l’avez reçue !


[b]Chers amis soldats Clermontois, Auvergnats et Bourbonnais, allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vrai force contre l'adversité.

_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Somara


Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2008
Messages: 300
Village: Murat

MessagePosté le: 08/12/2008 06:31:10    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Soma avait écouter Monica , elle venais a tout les dimanche depuis le depart de son epoux dans sa famille , venais prier afin qu' il revienne le plus rapidement possible.

Et elle murmura a la suite de Monica :



Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


A la fin de la messe , elle se signa, tout en remerciant Monica chaleureusment
_________________
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 14/12/2008 10:09:33    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce dimanche 14 décembre 1456, l’Aumônière Monicaa fait sonner les cloches et accueille les fidèles dans la Chapelle Saint Nicolaïde de la caserne de la Coba.





Mes amis, soldats, frères et soeurs d'armes, soyez les bienvenus en votre Chapelle. Je souhaite que la paix et l’harmonie habitent votre cœur. Aujourd'hui, nous allons voyager jusqu'aux racines de notre tradition qui nous fait mettre un sapin illuminé dans nos demeures, et célébrer l'arrivée de la nouvelle année, pleine d'espérances.....une pensée particulière pour le Sergent-chef Yal et ses soldats et pour les militaires de la Compagnie d'Ordonnance du Bourbonnais-Auvergne, qui sont partis s'engager sur le front sud en Périgord…

Prenez place, fermez les yeux et priez, prions pour leur mémoire, que leurs actes émérites ne soient pas effacés par le temps..


Citation:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


Elle-même demande pardon pour les fautes commises, par omission, son menton baissé, le regard à terre, yeux fermés. Le silence règne, puis, après une méditation intérieure de 2 minutes, l'Aumônière relève la tête et poursuit dans un sourire bienveillant.

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’abbesse chantonne le credo avec cœur.

Mes enfants, mes frères et mes soeurs, frères d'armes de la COBA, aujourd'hui et les trois dimanches qui viennent, je vais vous conter les péripéties de notre âme à la recherche des racines de nos traditions.... En effet pourquoi faisons nous la fête, alors que les jours raccourcissent ?

Citation:

«Mes chers enfants, chers frères, chères sœurs,

En cette fin d’année, je suis pensive, méditative, comme Aristote, sur le passé et mes actes,

…puisant dans mes actions, la recherche d’amélioration du comportement selon les enseignements du Maître

Ainsi à la croisée de l’année qui finit, et de celle qui s’annonce, j’essaie de tirer parti des enseignements et apporter une réponse ou un apaisement à mon entourage. Depuis des temps anciens, les prêtres, comme les dirigeants, ont cherché l’inspiration en regardant les astres, qu’ils soient diurnes ou nocturnes, le ciel a été de tout temps contemplé…. Comme les Oracles Romains et Grecs. En fait le firmament, qui était ainsi scruté dans le ciel, reçut la dénomination de « Templum » - d’où la racine du « Temple » dans notre langage moderne. Cette croisée des temps, année qui s’achève, et année qui débute a été fixée aux solstices … (deux périodes solsticiales qui étaient fêtées : Hiver pour la fin d’année, et d’Eté pour les récoltes).
Cette année, le solstice d'hiver a lieu le 21 décembre 1456, à 13 h 03 C'est à cette minute que commence aussi l'hiver. Tel le Dieu Romain Janus, a deux visages, l’un regardant le passé, l’autre l’avenir…

Le grain de blé doit, dans l’obscurité de la terre germer pour s’élever vers le soleil. En fait il se doit de mourir de l’état de grain, se décomposer dans la terre nourricière, pour donner naissance à la jeune pousse de blé qui donnera un épi…. Ainsi le nom de
Noël vient du latin Natalis dies. C'est (le jour) natal. Cette fête avait lieu le jour du solstice d'hiver : c'est en effet à partir de cette date que les jours se rallongent : symboliquement, le soleil renaît... Ainsi la couleur verte symbole de transformation, de renouveau, tel le mercure des alchimistes qui lui aussi était symboliquement de couleur verte, vient apporter cette espérance dans la régénération de l’espèce. Le sapin toujours vert a été élevé à ce symbolisme de l’éternelle régénération…Voilà le « pourquoi » d’un sapin vert, et maintenant pourquoi est-il et bien illuminé ?

Noël, c'est à l'origine la fête du soleil : rendons gloire au Soleil qui nous donne chaque jour la lumière et sans lequel nous ne pouvons vivre !
Voici un conte pour expliquer ce symbolisme de la lumière qui décroît… pour mieux renaître…comme purifiée…



Dans la Chapelle de la Vie, celle que les humains habitent d’ordinaire, et où les “Quatre éléments” du Dogme aristotélicien, symbolysés par quatre bougies qui se consumment tout doucement.
Soyez attentifs , prêtez l’oreille et vous les entendrez murmurmurer et geindre, à la faveur de leurs flammes graciles, qui vacillent ou crépitent....
La première dit:
“je suis la Paix,
Personne n’arrive à conserver ma lumière aussi brillante toute l’année durant, .
Je crois que je vais m’éteindre peu à peu...."


Sa flamme devint de plus en plus petite et finit par s’éteindre un peu avant le solstice d’hiver....

La deuxième dit:
”je suis la confiance!
Je suis sensible donc, la plus fragile , je m’éteins rapidement."

Un courant d’air lors de l’ouverture de la porte de la Chapelle se produisit et la flamme de la Confiance, si fragile, s’éteignit....

La troisième dit:
”je suis l’amour!
Je n’ai plus de force. Les hommes me mettent souvent de côté et ne comprennent pas mon importance. Leurs intérêts égocentriques vont en s’amplifiant... Ils m’oublient et ils oublient même d’aimer leurs proches."
… et d’ennui, elle aussi s’éteignit. Doucement....


…Alors dans cette Chapelle tombée dans la pénombre, un enfant arriva comme dans une étable, et vit que trois bougies sur les quatre étaient éteintes.
”Oh, mais pourquoi ne brûlez-vous plus?" s'exclama-t-il....
L’enfant devint très triste et avait peur de sortir de son nid..

La quatrième bougie lui répondit:
”n’aies pas peur, tant que je brûle, l'on pourra toujours rallumer les autres bougies....

Je suis
l’espoir!"


Avec des yeux brillants et enthousiastes, l’enfant, ce nouveau-né, prit la bougie de l’Espoir et ralluma les autres bougies.... La vie renaît ainsi, même dans l’épreuve et l’affliction.... Ainsi donc peut s’expliquer pourquoi un sapin vert est illuminé dans nos demeures, pour célébrer la naissance de la nouvelle année, pleine d’espoir....

Que la flamme de l’espoir soit toujours en nous , ainsi, nous garderons la Paix, la Confiance et l’Amour pour toujours !






Monicaa fait courte pause afin que l’assemblée puisse méditer sur ce texte et ses paroles, avant de reprendre le cours de la cérémonie par le partage de l’amitié :



… du bon vin

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
aussi pure que vous l’avez reçue !


[b]Chers amis soldats Clermontois, Auvergnats et Bourbonnais, allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vrai force contre l'adversité.

_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 21/12/2008 11:31:33    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce Dimanche 21 décembre 1456, jour du solstice d'hiver, Monicaa Aumônière de la Coba, fait sonner les cloches et accueille les militaires de la caserne, dans la Chapelle Saint Nicolaïde.





Mes amis, Mes enfants, Mes frères et soeurs d'armes, Militaires de la Coba, soyez les bienvenus en votre Chapelle. Je souhaite que la paix et l’harmonie habitent votre cœur. Aujourd'hui, nous poursuivrons la recherche de l'origine des célébrations et réjouissances qui sont devenues traditionnelles, en ces fêtes de fin d'année. Je vous invite au voyage intérieur de votre coeur, et nous préparer à l'allégresse du renouveau.
Ayons une pensée d'intention pure pour nos amis soldats partis aider l'Alliance du Centre, et leurs familles esseulées restées au pays.

Citation:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


Elle-même demande pardon pour les fautes commises, par omission, son menton baissé, le regard à terre, yeux fermés. Le silence règne, puis, après une méditation intérieure, l'Abbesse relève la tête et poursuit dans un sourire bienveillant.

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’abbesse chantonne le credo avec cœur.

Mes enfants, la lumière du jour décroît de plus en plus et les ténèbres nous envahissent.... Mais en ce jour solsticial, annonce que demain, la durée diurne reprendra sa croissance redonnant un sens à notre vie... cherchons l'amélioration dans le comportement de nos actes au quotidien.

Citation:

Nous avons commencé à éteindre les lumières et cierges autour de nous depuis mercredi dernier…..Jusqu’à ce que la pénombre nous envahisse, pour mieux appréhender le danger qui nous guette, si nous cessons de regarder dans l’espérance, le cierge de la Foy
placé là devant l’autel, pour nous guider vers la lumière…. Oui je vous le dis, à partir de demain la nuit cessera de croître, et la durée du jour ira en augmentant, et ce, jusqu’à l’apogée solsticiale de l’Eté……
Il y a plus de 2 500 ans, la Chine a déterminé avec le cadran solaire primitif le solstice d'hiver. C'est la première partie qui fut déterminée parmi les 24 périodes de l'année climatique. Elle se situe entre les 22 et 23 décembre.
Lors du jour de solstice d'hiver, la journée est la plus courte et la nuit la plus longue dans l'hémisphère Nord. Après ce jour, les journées deviennent plus longues et l'aspect yang se rehausse, débutant un nouveau cycle. Il est donc considéré en Chine comme un jour favorable.
La célébration du Jour de solstice d'hiver date de la dynastie des Han le solstice d'hiver a été considérée comme la fête d'hiver et une cérémonie de célébration officielle devait être organisée chaque année. Ce jour-là, les fonctionnaires bénéficiaient d'un jour de congé, l'armée restait sur place, la passe frontalière était fermée, les boutiques restaient fermées et les amis se rendaient visite, en offrant mutuellement un cadeau. Sous les dynastie des Tang et des Song, les gens du peuple offraient ce jour-là un sacrifice aux ancêtres et présentaient leurs meilleurs vœux à leurs parents. L'empereur participait, lui, à la cérémonie du culte au Ciel organisée dans la banlieue de la capitale
Noël coïncide presque exactement avec le solstice d'hiver. Ce n'est pas le fruit du hasard, mais plutôt l'origine même de cette fête.
Bien avant d'être associée à la naissance de Christos, Noël a été la fête du dieu romain Mithra. La fête de Yule a aussi longtemps été célébrée en Scandinavie. Nombreux étaient les peuples de l'hémisphère nord à entourer de festivités la plus longue nuit de l'année. Dès le IIIe siècle la religion a pris le pas sur les mythes et traditions anciennes, pour les englober dans sa dogmatique…..Ce sont des traditions anciennes qui ont été habillées de vêtements neufs. Et, encore là, ces mythes retracés étaient assurément précédés par d'autres, créés il y a encore bien plus longtemps !
Il y a des siècles, les hommes habitant les forêts appréhendaient les nuits précédant le solstice, qu'ils liaient à la présence d'esprits. Par-dessus tout, ils craignaient que le soleil et l'été ne reviennent pas. «Déjà, les homos sapiens observaient les cycles, mais sans les comprendre».Par les sacrifices et les rites, ils voulaient aider l'astre solaire et la nature à reprendre des forces. Pas surprenant que la lumière ait un rôle si important dans toutes les festivités du solstice. Les Celtes, notamment, laissaient une bougie ou un lampion à leur fenêtre.
Ils allumaient aussi de grands bûchers dans la nuit.

Les Romains, eux, fêtaient le dieu Mithra, ramené de la Perse et associé au soleil. Ils décoraient leurs maisons de houx, pour se protéger des mauvais esprits, et s'offraient des cadeaux.
Les arbres étaient déjà, il y a bien longtemps, au centre des célébrations du solstice. Les Celtes les ornaient de fruits et de clochettes, leur faisaient des offrandes de pain et de bière. Une façon de remercier les arbres de leur fournir abri, chaleur et nourriture. Et de les encourager à se regarnir de feuilles et de fruits au printemps.

Les façons de célébrer des différents peuples ont évolué au gré des époques. La bûche de Noël en est un bon exemple. Au départ, elle était bel et bien en bois et brûlée dans le foyer. La tradition est restée, mais la bûche est devenue une décoration pour la table et, aujourd'hui, une pâtisserie….

Le personnage qui offre des cadeaux a lui aussi changé de visage. D'Odin en Scandinavie, il est devenu Saint Nicolas aux Pays-Bas. L'évêque mettait des noix dans les souliers des enfants méritants. Quand les émigrants ont quitté l'Europe pour l'Amérique, ils ont amené dans leurs valises le personnage. Il est devenu plus joufflu, a délaissé l'âne pour le renne et connaîtra bien plus tard…. un succès sans précédent sous les traits du « père Noël ».

Au début de cette réflexion, j’allais proposer que le solstice était une réalité alors que le temps des fêtes était une construction de notre imaginaire collectif à partir d’illusions, fussent-elles fort agréables pour certains. Mais je me rends compte que le solstice est tout aussi illusoire, car il n’est que le point de vue de la moitié des habitants de la terre que la lumière inonde le moins alors que pour l’autre moitié, ceux de l’hémisphère la plus exposée (dû à l’inclinaison de l’axe terrestre par rapport au plan de rotation autour du soleil), c’est tout à fait le contraire.

Mais il s’avère bien peu convivial de célébrer les mouvements cosmiques ! Sans doute, tout ce que nous pouvons fêter ensemble, ce sont les spectacles que la Nature offre à notre perception très partielle de ces mouvements, comme les levers et couchers du soleil, ces illusions les plus universellement célébrées ; ce sont encore les spectacles que nous nous donnons par les jeux de la culture, c'est-à-dire de nos imaginations, émotions, créations, croyances et rêves collectifs.


Avec la Foy, l’espoir ne cessera de renaître à nouveau avec le soleil, avec de meilleurs sentiments, des dispositions nouvelles et une volonté de les appliquer, sont toujours de mise, avec l’arrivée d’un nouveau cycle de la vie.... rendons gloire au Soleil qui nous donne chaque jour la lumière et sans lequel nous ne pouvons vivre !



L'Eglise, pour fonctionner a besoin d'aide de ses membres. Alors si vous avez envie de servir le Très-Haut, si vous vous sentez l'âme samaritaine, rejoignez les serviteurs de l'église aristotélicienne...Diacres, Aumôniers.... Pourquoi pas vous ? http://img522.imageshack.us/img522/5455/pubchurch3rn4.jpg

Monicaa fait courte pause afin que l’assemblée puisse méditer sur ses paroles, avant de clôturer la cérémonie par le partage de l’amitié :



… du bon vin

[b] Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
[b] aussi pure que vous l’avez reçue !


[b]Allez en paix et diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vrai force contre l'adversité.

_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
laurentide
Brigadier Res
Brigadier Res

Hors ligne

Inscrit le: 13 Déc 2006
Messages: 12 477
Village: Montbrisson
PC: 8

MessagePosté le: 23/12/2008 02:37:49    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

Attiré par un bruit dans le fin fond de la caserne, une lueur attira mon attention.

Entre dans une pièce ou est installer milles chandelles qui brillait comme une étoile perdu, au centre une dame fessant un discourt.
M`asseyant sur une chaise, j`écoute religieusement les paroles.

Hum que de belle parole, je crois qu`il y en a qui aurait besoins de tell témoignage.
_________________
Revenir en haut
Monicaa


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2007
Messages: 857
Village: Clermont

MessagePosté le: 28/12/2008 11:17:34    Sujet du message: Messes à la Chapelle Répondre en citant

En ce dimanche 28 décembre 1456, en ce jour sacré de la Saint Innocent, jour de la « Famille », Monicaa, Aumônière de la Coba et Vicaire diocésain de Clermont fait sonner les cloches et accueille les militaires dans la Chapelle Saint Nicolaïde de la Caserne de Clermont.. http://perso.wanadoo.fr/taize.community/sound/bells.wav






Mes amis, Mes enfants, Mes frères et soeurs d'armes, soyez les bienvenus en votre Chapelle. Je souhaite que la paix et l’harmonie habitent toujours votre cœur. En ce jour des « innocents », je vous demande de redevenir des enfants, candides, et écouter votre coeur… Je vous invite au voyage intérieur de votre coeur, et nous préparer à l'allégresse du renouveau.
Ayons une pensée d'intention pure pour nos soldats partis aider l'Alliance du Centre, et leurs familles esseulées restées au pays.
http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/in_da_pacem.mp3

Citation:
Je confesse à Dieu Tout-puissant, à tous les Saints, et à vous aussi, mes Amis, parce que j'ai beaucoup péché, en pensées, en paroles, en actions.
Je supplie tous les Saints, et vous, mes Amis, de prier le Créateur pour moi. Que le Très Haut nous accorde le pardon, l'absolution et la rémission de tous nos péchés.


Elle-même demande pardon pour les fautes commises, par omission, son menton baissé, le regard à terre, yeux fermés. Le silence règne, puis, après une méditation intérieure, l'Abbesse relève la tête et poursuit dans un sourire bienveillant.

Ensemble, glorifions le Très-Haut en chantant le credo avec enthousiasme.



A voix haute, mais non portante, l’abbesse chantonne le credo avec cœur.

Mes enfants, La lumière du jour renaît, les jours croissent à nouveau comme l’espoir dans nos cœurs… En ce jour béni, où l’on fête la « Famille », je voulais vous conter en vers, ce que tout cœur vertueux ressent pour sa maman, celle qui « donne la vie » :
Citation:

Il me vient à l’esprit mes souvenirs d’enfance, …
Ma mère avait, comme les femme ont en commun,
Les caresses de ses bras et sa bienveillance,
Qui me font succomber par de timides embruns,

Ce léger brouillard qui me vient aux yeux,
Dès lors qu’une sensation fortuite et pure,
Vous prend, Vous saisit, et nous rend heureux ;
Comme cette douce sensation maternelle qui perdure……


cherchons l'amélioration de nos comportements et de nos actes au quotidien.

Citation:

Ce que je vais conter , est-ce un rêve, une fable ?
Je l’ignore…. C’est écrit par un Saint, par un diable ?
Est-ce un fabliau grec ? Est-ce un conte du vieux hibou ?
C’est tombé de là-haut, du ciel, de je ne sais d’où…
J’ai ramassé ce fait comme un aérolithe,
Cela vient de notre effrayant satellite ?

En ce jour de joie, il était coutume de l’exprimer gaiement
Les jeunes gens se livraient à toutes sortes de facéties…
C’était ainsi qu’ils fêtaient le renouveau à chaque nouvel an ;
Observant au fond des cieux, la profondeur du cœur de l’épiphanie !

Monicaa arrivant devant l’Eglise, vit un groupe de jeunes mendiants
Assis sous le poche de l’édifice de Dieu, il savaient attirer les passants ;
Après avoir donné son aumône au plus jeune,
Pensive, elle s’arrêta pour les voir - Un long jeûne
Avait maigri leurs joues et avait flétri leurs fronts…
Ils s’étaient tous les quatre, à terre, assis en rond,
Puis, s’étant partagé, comme le feraient des anges,
Un morceau de pain noir, ramassé dans nos fanges,
Ils mangeaient ; mais d’un air si morne et si navré
Qu’en les voyant ainsi, toute femme eût pleuré ….
C’est qu’ils étaient perdus sur la terre où nous sommes,
Et tous seuls, quatre enfants, dans la foule des hommes !
Oui sans père ni mère ! Et pas même un grenier.
Pas d’abri. Tous pieds nus ; excepté le dernier
Qui traînait, pauvre amour, son pied qui chancelle,
De vielles chausses trouées, nouées d’une ficelle.
Dans les fossés, la nuit, où ils dorment bien souvent,
Blottis, quand ils ont froid, le matin, en plein vent,
Quand l’arbre frissonnant au cri de l’alouette,
Dresse sur un ciel clair sa noire silhouette !
Leurs mains rouges étaient roses quand Dieu les fit.
Le dimanche, sur les parvis, ils cherchent un vil profit,
Ils errent. Le petit, sous sa pâleur malsaine,
Chante, sans comprendre, une chanson obscène,
Pour faire rire – (hélas lui qui pleure en secret !) –
Quelque immonde vieillard au seuil d’un cabaret,
Si bien que, quelquefois, du bouge qui s’égaie,
Il tombe à leur faim sombre une abjecte monnaie,
Aumône de la bête sans nom qui jette le péché,
Quelques écus hideux sur lesquels le démon a craché !
Pour l’instant, ils mangeaient derrière une broussaille,
Cachés, et plus tremblants que le faon qui tressaille,
Car souvent on les bat, on les chasse toujours !
C’est ainsi qu’innocents condamnés, tous les jours
Ils passent, affamés, devant ma maison et les vôtres,
Et qu’ils vont au hasard, l’aîné menant les autres…..

Alors l’Abbesse qui rêvait, regarda tout là-haut.
Et son oeil ne vit rien que l’éther calme et chaud,
Le soleil bienveillant, l’air plein d’ailes dorées
Des anges innocents, et la sérénité des voûtes azurées,
Couvrait de bonheur, des cris, des rires triomphants
Qui des oiseaux du ciel tombaient sur ces enfants.
Monicaa s’étonnait de ne voir d’autre objet à vos coups,
Que la demande désespérée de ces enfants mystérieux et doux……….


Voilà ce que j’avais à vous conter, en ce jour des innocents, nous regardons toujours avec nos yeux et si peu avec le cœur, qu’en cette période de fêtes il m’a semblé opportun de vous éveiller à la juste valeur des choses, que ce soit l’opulence ou l’insuffisance dans la satisfaction de nos besoins.
Monicaa fait courte pause afin que l’assemblée puisse méditer sur ses paroles, avant de clôturer la cérémonie par le partage de l’amitié :
http://www.sylvanet.com/client/2105/prod/V_2105_680_1089722421.mp3




… du bon vin

Allez dans la paix et l’amitié Aritotélicienne, que le Très-Haut vous garde sous sa bienveillance, et tâchez de respecter votre engagement de toujours garder votre lumière baptismale ...
[b] aussi pure que vous l’avez reçue !


[b]Je vous donne ma paix, donnez-vous chacun un signe de paix…et allez en paix, diffusez la parole de justice autour de vous ! Cela passe aussi par une quête des vertus. Restons solidaires, c'est là notre vrai force contre l'adversité.

Alors chacun se leva et embrassant son voisin, ou lui serrant la main, en signe de paix et de fraternité retrouvées….

http://198.62.75.1/www2/cantgreg/cantus/co_dico_vobis_gaudium.mp3
_________________

Filleule de Modjo et de Nèvenoë....
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 03/12/2016 10:39:21    Sujet du message: Messes à la Chapelle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Caserne -> [arC]Archives communes -> Archives Chapelle Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 314, 15, 16, 17  >
Page 15 sur 17

Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.
Marquer tous les forums comme lus
Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite