Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum Caserne du Bourbonnais-Auvergne
Point de rassemblement de la Compagnie d'Ordonnance du Bourbonnais-Auvergne
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le terrain d'entraînement
Aller à la page: <  1, 2, 38, 9, 1020, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Entrée de la Caserne -> Remparts et porte d'entrée -> Archives Entrée de la caserne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Timothée






MessagePosté le: 29/08/2009 15:45:01    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revue du message précédent :

Qwe se promennait partout, pour visité. Il fini par arrivé au parcours du combattant et vit un homme courire devant lui. Il le suivit du regard et le voyant tomber, Il commença à marcher dans la direction opposé.


Le petit nouveau va se faire massacré s'il y va!

Il continua à marcher en espérant que personne ne l'ai vue.
Revenir en haut
sofio
Duc
Duc

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2006
Messages: 10 192
Village: Montpensier
Localisation IRL: Montpensier

MessagePosté le: 29/08/2009 15:55:12    Sujet du message: re Répondre en citant

il lui sembla entendre du bruit venant du puit, bizarre peut etre le vent qui s'y engougre, elle regarda le parcours et réfléchit..........
Revenir en haut
sofio
Duc
Duc

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2006
Messages: 10 192
Village: Montpensier
Localisation IRL: Montpensier

MessagePosté le: 29/08/2009 16:19:23    Sujet du message: re Répondre en citant



il y avait bien une chose qu'il fallait qu'elle fasse, force est de constater qu'elle avait quand même tout fait pour retarder l'échéance, tournant et retournant sans cesse sur ces pas, indécise pour bien des choses,le cœur entre deux étaux, la colère en puissance, et toujours cette saleté de manie de regarder en arrière, ce parcourt serait la fin, mais aussi le début, son premier souvenir en ces lieux un soir, il y a bien longtemps,un homme lui avait demandé de passer, elle l'avait suivit, depuis ce jour elle n'avait vécu que pour la COBA, avait connu bien des aventures, vu disparaître bien des gens,et avait eu le bonheur d'en voir arriver d'autres.

Se trouver devant ce parcourt, ce jour, quelle belle ironie,un parcourt quand on est sur sa fin, puis si il y avait que elle, mais l'autre la elle est ou? c'est pourtant toujours en ces moments la qu'elle l'entend, bizarre se serait t'elle enfin tue.

Fernand est la, il broute jetant un œil,sur qu'il me hait, il est bien comme les autres, j'ai tout fait pour, quelle jouissance de le voir devenir chaque jour plus fort et plus haineux, ainsi il ne craindra plus jamais la main de l'homme, il sera doux et aimant quand il aura besoin de sa pitance, il sera fort et dément quand il aura la panse remplie.....ainsi va la vie.

Elle se place sur le début du parcours, vider sa tête, inonder son esprit de rage,le corps est que outils, le reste suivra

Partir en courant, la chariote se rapproche, monter dessus est que jeu d'enfants, faire de grands mouvements afin que rien ne raccroche, penser avant de lâcher une main a l'équilibre, rien de doit tomber,ca bouge ca bascule, mais ca tiens, elle redescend de la chariote d'un saut, aucun bruit derrière, tout est en place, courir jusqu'à la poulie, vite vite.......


t'assure tes arrières, ou tu assures ton devant?

Elle va pour stopper net!!a l'entendre mais son corps est libre lui, il avance, elle répondra pas pas encore,vas t'en c'est pas le moment,elle grimpe sur la poulie, avance, ses bras font la balance, un pied devant l'autre, pas de coups brusques, pas de précipitations.la poulie arrive sur sa fin, encore quelques pieds,mis l'un sur l'autre, et elle peut enfin sauter......

Un regard derrière linoa avance, un regard devant et elle tombe face a face avec Fernand, il est la le beau il la fixe, elle s'immobilise, le mur , l'atteindre se sera déjà être en hauteur et aussi être sure que Fernand l'embrochera pas.


Bouge pas saloperie, si un des deux doit embrocher l'autre parie pas trop.

hé oui...ma belle ton embrocheur n'est pas celui que tu crois, il ne ressemble pas a cette bête il a pris d'autres traîts

ta gueule !!toi me causes plus dans ma tête,je ne veut plus t'entendre !!!

Une course effrénée jusqu'au mur, un élan au dernier moment, elle sent des prises sous ses doigts, ses ongles ses chairs , tout son être s'accroche a cette paroi, elle s'y colle comme elle aurait tant aimé se coller a lui, il n'est pas la, elle n'aura qu'un mur de pierre.Elle grimpe péniblement, sent le rebord en haut , monte ses jambes son fessier, et appercoit l'autre coté, le temps de sauter il lui semble avoir vu quelque chose au fond du puits, surement une bête crevée, ca va commencer a puer la charogne dans quelques jours.

Elle atterrit au sol, la course est longue jusqu'à l'arbre, Fernand s'approche a grande vitesse, il n'a jamais courru aussi vite, il lui semble qu'il sourit de loin.


Cours la cruche,je veut pas que tu crèves par une bête, tu crèveras par l'homme qui fut ta perte

Vas tu la fermer bon sang!!tu me cures de tes menaces sans cesse, c'est pas le moment!.....


Elle ouvre les yeux, Fernand est a quelques mètres, alors elle court, elle fonce, ses tempes sont saillantes, le sang monte a la tête, puis elle sent un grand choc derrière, elle entend ses pas, elle sent son souffle, elle sent une douleur la transpercer, un cri, tout tourne autour, il la tiens, elle est libre dans sa tête elle vole........

Au sol, elle protège sa tête des cornes, il s'acharne, et reviens encore a la charge, elle l'entend il rit?



Relève toi la minable


fous moi la paix, laisse moi crever, il sait pas ce qu'il fait lui au moins.......

ses mains cherchent de quoi se protéger, elle glisse c'est mouillé au sol, mais ce n'est pas de l'eau, mais bien une mare de sang, sa vue se brouille, elle dort......
Revenir en haut
niico94
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 29/08/2009 16:38:33    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Nico continuait de dormir ou bien de mourir, on ne sait pas. En tout cas il était anorexique. Personne ne venait pourtant. Soudain une bouffée d'air vint d'en haut. Cette bourrasque fut comme une résurrection pour le Brigadier. Une volonté qu'il n'aurait jamais imaginé renaquis en lui. Il se redressa et entama sa montée malgré son bras droit très amoché. Chaque pierre passé était d'une douleur intenable.

Quelques minutes plus tard, Nico était tout près de la sortie. 2 à 3 mètres seulement séparait le Brigadier de la terre ferme. La force lui manquait. Son cerveau ne marchait plus. Des nausées lui donnait envie de vomir toutes les 5 secondes. Il tourna sa tête et regarda en bas. Le vertige l'envahit ainsi que la peur de sombrer une nouvelle fois dans le gouffre.

Plus de 30 secondes s'écoulèrent pendant lesquelles rien ne se passa. Puis tout d'un coup le bras de Nico agit tout seul comme si lui aussi voulait sortir. Ce dernier se saisit d'un caillou a porter de main et le jeta de toutes ses forces en dehors du puits en direction des tribunes. Avec Surprise, Nico se rendit compte que le bruit de choc avec la terre ne se fit pas entendre mais un bruit plus creux et plus doux, mais surtout plus humain. Oui, certainement, le caillou avait dû atterrir sur le crâne d'un des soldats voir un officier ou un noble s'essayant au parcours.

Une envie de rire saisissa Nico en y pensant malgré la situation plus que désastreuse. Il utilisa le reste de force qu'il avait pour arriver au bord du puits laissant dépasser ses mains toutes ensanglantées d'une couleur de gris et rouge mêlé ce qui les rendait extrêmement voyante. Nico ne sentait ses bras. Ils ne répondait plus. Il resta dans cette position jusqu'à que l'on s'aperçoive de sa présence grâce à ses mains.

La lumière du jour qu'il n'avait pas vu depuis un temps qu'il ne saurait compter lui grillait les yeux. Elle l'obligeait à les fermer. Il poussa un souffle et attendit en désespoir.
Revenir en haut
linoa
Noble du BA
Noble du BA

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2007
Messages: 14 765
Village: Polignac
PC: 8

MessagePosté le: 29/08/2009 17:19:15    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Lin avait accompagné sa Sofiloute, pour une fois qu'elle était fin preste et avait du temps pour faire ce parcours, la comparse se préparait, la Tyx irait à la suite.
Pas un mot, Soso se lançait, d'abord la charette, joli spectacle en somme, bel équilibre qu'elle maintenait, Fernand n'était pas loin lui non plus, surveiller la scène, savoir quand il pourrait foncer, il ne fallait rien dire, ne pas déconcentré et puis Sofio lui avait demandé de la laisser faire...
Elle court ensuite, Lin ne la quitte pas des yeux, quelque chose n'allait pas pourtant, quelque chose qu'elle ne saurait définir, l'instinct qui parlait.
Une ombre qui se déplace, elle n'avait rien vu, son esprit tellement concentré sur son amie, Fernand lui faisait face, hésitation à empêcher la bestiole de lui faire du mal, la prochaine étape est le mur, pourvu qu'elle y arrive à temps, mains moites qui se crispent l'une avec l'autre, avançant d'un pas preste à courrir mais Sofio le fait à sa place..
La course qui se poursuit, la sénéchale y met toutes ses forces mais Fernand se rapproche. Soupir de soulagement continues comme ça ma Sofiloute, je suis toujours avec toi.

Une fois de plus, elle court à s'en déchirer la poitrine, Fernand se rapproche plus vite que ses jambes ne peuvent la porter, non! Un autre pas qui se fait, un cri strident qui parvient à ses oreilles, une giclée de sang... La fin?
La beste s'acharne, pourquoi fait il cela?? Finit les pas, à son tour, elle court vers la marre de sang qui se forme rapidement.

Course effrénée à travers le parcours,
dégages Fernand!! Vas t'en!!! Laisses la!!! Elle sortit son épée du fourreau, devrait t'elle le tuer si elle y parvennait? Même les cornes coupées, il était dangereux, position offensive alors que sa Sofiloute se vide de son sang, regard de braise qui transperce les yeux de la Tyx, comprenait il qu'il ne fallait pas lutter? Qu'elle ne venait pas pour lui mais pour elle? Il avait envie de lui foncer dessus, cela se lisait aisément, avances et tu auras la même chose...
Il partait à l'instant, surprise impensable, la colère sortait de ses naseaux pourtant, comprenait il quelque chose à ce qu'il se passait?
Ses pensées se posaient mille et une questions pour revenir au plus important,
Sofio!!
Rengainant son arme, elle s'approcha de la femme qui gisait dans son propre sang, un médecin vite!!! C'était dans ces moments là qu'elle s'en voulait de ne savoir comment soigner ceux qu'elle aimait...
Où étaient ils tous?? Désarmée, une panique, peu de fois ceci lui arrivait, ne pas savoir quoi faire, ne pas bouger son amie, ça elle le savait mais le reste?? Ah oui, boucher la plaie serait pas mal en attendant. La Tyx enlevait son équipement, bon dieu que c'était long parfois! Un bout de tissus, quelque chose, elle arrivait à sa chemise, seul vêtement qui pouvait être utile, la plaie était trop importante pour qu'un morceau fasse l'affaire, après tout elle s'en fichait, ôta la chemise, se retrouvant ainsi en haillons, le blanc devenant rouge en servant de compresse sur le trou qui s'était installé, elle ne pensait même plus à Fernand qui devait rôder.


Restes avec moi Soso, je t'en prie, un médecin s'il vous plait!! Vite!!

Elle appuyait, la respiration était courte mais elle vivait encore, tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir. Lui faisait elle mal? Elle ne pouvait sans doute pas avoir plus mal...
_________________

Revenir en haut
merenwenn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 29/08/2009 17:35:26    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Merenwenn qui trainer toujours prêt du parcours avec son fût de biere, vu Sofio devant le depart du parcours.

Merenwenn se réinstalla convenablement au cas ou, elle aurait decider de se lancer a son tour.
Vla qu'elle prit le départ, zut personne dans les alentours pour lancer les paris.

Sofio débuta le parcours, meren suivait du regard sa progression, puis prit une chope entre deux obstacles. Elle se débrouille pas trop mal l'ancienne capi. Lorsqu'elle passe le mur, fernand la suivait de près, trop près à son goût. Elle voyait bien que sofio tenter d'ateindre l'arbre mais le taureau la percuta d'un grand coup par derrière.

Merenwenn éclata de rire, qui ne dura peu de temps. Sofio ne se relever pas, et une marre de sang commença a se former sur le sol. Elle vit linoa courir prêt d'elle. Meren posa sa chope et se releva et au pas de course s'approcha d'elles.

elle regarda fernand qui s'eloigné

Elle s'accroupit prêt du corps inerte et regarda linoa


Faut qu'on la transporte à l'hospitale, il y a pas grand monde ici qui pourra nous aider.
Revenir en haut
niico94
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 29/08/2009 17:58:45    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Nico se fit réveiller par une agitation inconnu non-loin. L'aurait-on remarqué et se rapprochait-on du puits? Il ne le savait pas. Puis des cris se firent entendre. Le Brigadier comprit vite que seules ses mains ne pouvaient pas provoquer de telles réaction. Un accident s'était produit non-loin. Après estimation, Nico en déduit que ça c'était produit près du mur qu'il avait franchi quelques jours auparavant. Malheureusement il ne pouvait rien faire, il était impuissant, aveugle de ce qu'il se passais, seules ses oreilles l'informaient des évènements. Lui aussi était mal, il sentait que ses os et ses muscles sur ses bras commençait à lacher. Encore 2 à 3 heures et il ne pourrait plus jamais s'en servir et pire, il tombera dans le gouffre et mourira sans doute.

Ce parcours était une grosse erreur. Il n'aurait jamais dû le faire. Le Brigadier perdit encore une fois connaissance et se laissa mourir, malgré un petit espoir que quelqu'un aperçoive ses main qu'il laissait toujours dépasser pour le faire perdurer.
Revenir en haut
sofio
Duc
Duc

Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2006
Messages: 10 192
Village: Montpensier
Localisation IRL: Montpensier

MessagePosté le: 31/08/2009 12:26:53    Sujet du message: re Répondre en citant

envie du noir envoutant, prend moi, le méandre de ce qui aurait pû être, de ce qui aurait dû être, tout donner jamais lâcher, je suis....je fut, a quoi bon.

Des rêves pleins la tête et beaucoup de folie, jamais aimé, toujours pardonnée, et pourtant, il fut je suis...néant, mais je vois encore, mes yeux s'ouvrent j'appercoit de la lumière et de l'ombre, je vois de l'herbe et des arbres, tout est figé rien ne bouge, je ne sens plus aucune douleur, la vie s'en va, comme ils sont tous partis,sans un bruit, je sens des larmes sous mes yeux qui coulent, toutes ces larmes réunies vont former un océan , peut être que la mort ne sait pas nager.....

Je crève et j'en pleure, j'ai vécu et je n'ai pas pu pleurer, douce ironie, j'ai aimé et je me suis trompé, le malin doit en rire, bouge pas j'arrive.

Dur a trouver un souffle, j'ai un poids sur la poitrine, j'entends que l'on me parle, je serre sous ma main une poignée de terre, je la sent si fraîche, terre de ma vie, terre d'Auvergne, tu seras ma dernière couche.

Je crevé, et j'aurais eu encore tant de choses a dire,douces pensées que de ne pas avoir pu boire un dernier verre en compagnie des miens,une dernière folie , un dernier grand cri..

Un chemin s'ouvre devant moi, il est tortueux et rempli de ronces,et j'entends encore la voix mais cette fois c'est celle de linoa,
Restes avec moi Soso, oui mais toi tu es ou? le chemin lui est bien la réel,personne d'autres m'appellent a quoi bon,je voudrais parler, je ne peut articuler,je parle dans moi, mais je n'entend pas, je voudrais bouger,je ne peut que prendre le chemin, ma main se crispe sur cette poignée de terre, je sent la terre sous mes ongles, je m'y accroche,les larmes tombent et ruissellent le long de mes joues, mourir dans un champ.

Mourir, c'est disparaître, ne plus être présente tant de choses encore a dire a tous,pas d'amour a donner, rien a transmettre, mourir pour avoir mal vécu, tu t'es gouré de chemin bordel.

Juste une larme encore, celle ci glisse jusqu'à la terre, pour la pénétrer et s'y ancrer elle ira nourrir une graine, mauvaise ou bonne, pourvu que la graine ne s'engrène pas.

Mourir c'est sentir ce froid qui me prend,la ou d'autres chaleurs n'ont jamais réussi, Femme de petite vertue une bon fut, quelques amis, autour et de bons récits de guerre salace, c'etait ca sa mort, pas éventré par une bête, couché au sol comme le minable a chialer.


Ferme tes yeux,les larmes n'en sortiront plus, tu es vide, allez prend le chemin, il s'ouvrira a ton passage.


je te suis ma douce,je veut un amant pour la route, il m'a conduit dans la descente je le veut aux enfers, que ripaille et beuveries soient faits a la taverne, je veut des pintes en mon noms,je veut des claquements de godets, je veut que l'on en rie encore des soirées de débauche pour longtemps, déjà t'as échappée au diacre tu devrais t'en réjouir.

Lache moi linoa,tu ne peut plus rien faire, et su tu causes de mes larmes a quelqu'un, je reviendrais te hanter par dela les volcans, si tu causes de mes larmes je pourrais le nier a la bête sans nom.adieu...
Revenir en haut
Naudeas


Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 523
Village: Montbrisson

MessagePosté le: 31/08/2009 14:58:50    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Naud avait assisté à la course de Sofio, mais Fernand l'avait trouvée à son gout et l'avait encornée. Elle courur moins rapide que Linoa, elle avait ses dentelles, Fernand lui était peu enclin à la laisser passer. Elle sortit son arme et le défia.

Bouge mon coco, ma lame tu gouteras, deuxième fois qu'on lui présentait une arme dans les dix minutes passées. Mais il avait passé Linoa, mais la le choix était plus tendu, il l'avait loupé une fois, mais pas deux, ca se voyait dans son regard. Elle le fixa, on lui avait toujours dit de ne pas le faire mais elle en avait cure. Ce qu'on lisait dans ses yeux à elle, était de la rage, de la haine, il baissa la tête et la chargea, un pas de coté et un coup de lame dans une patte, pour sectionner le tendon. Le taureau boite mais se retourne plus furieux que jamais. Elle continue de le fixer, ne jamais baisser le regard fasse à l'ennemi. Il repart dans une charge, elle l'évite de justesse, lui enfonçant sa lame dans le flanc gauche, le taureau hurle, il était épuisé déjà par de nombreuses courses, il se couche, Naud récupère sa lame laissée dans le flanc et lui enfonce une nouvelle foi, le taureau agonise, pas le temps de l'achever. Elle court vers Sofio, son souffle est lent, elle ne veut plus se battre, mais elle se battra, elle a plus le choix, elle lui donnera pas le choix. Elle s'agenouille près de Sofio, prend sa main qui est froide presque sans vie, son souffle est faible à peine perceptible.

Bats toi Douceur, c'est ta plus grande bataille, ouvre les yeux bon sang ! Écoute nous bordel.

Le sang se propageait, elle avait vu Tufsy dans le même état à Fougères, elle avait failli la perdre aussi. Elle eut la même réaction que la bas, des bouts de chemise, elle déchira sa manche, le médecin reviendrait trop tard, sont jamais la quand il faut. Elle pressa la plaie.

Bats toi, t'es une garce, une battante pas un taureau qui va te faire peur bon dieu !

Elle tapait son coeur avec son poing Mais bats toi bon dieu, bats toi, les larmes perlant au coin des yeux, on doit se marier, oublie pas ca, tu pourras crever ensuite mais bon dieu bats toi !!!
_________________
Capitaine
http://www.youtube.com/watch?v=vPfamIVjZGk
Revenir en haut
linoa
Noble du BA
Noble du BA

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2007
Messages: 14 765
Village: Polignac
PC: 8

MessagePosté le: 31/08/2009 15:04:49    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Le sang continue de se verser, le linge n'est plus blanc, seul le rouge persiste tout autour. Meren les rejoind, transporter Soso? Sur quoi? Son corps a été transpercé, ce serait folie!
La colère, la rage, mettre cette fichue beste en morceaux, elle ne mérite que ça.


Meren cours à l'hospital chercher des médecins!! On peut pas la transporter, elle perdrait encore plus de sang!! Cours!!

Court, je t'en supplie... Dernier espoir, il y en a toujours et il y en aura toujours... Restes avec nous Soso... Ne nous abandonnes pas...
Attention reportée à l'agonisante, pourquoi tout à coup personne n'est là!? Ce parcours est pourtant bien utilisé!
La rage l'aveuglant, la pression se fait un peu plus forte sur la poitrine de la sénéchale, se calmer, reprendre conscience de ce qu'il se passe. Des larmes? Regard suppliant qui plonge dans l'autre inerte ou presque... Elle vivait encore, tiens bon ma Sofiloute, ce n'est pas la fin, surtout pas pour toi, on a besoin de toi, ne nous abandonne pas... Ses larmes se mêlèrent aux siennes, pas une habitude non plus.


Sofio tu es une battante!! Pas une lâche!! Bats toi! Reviens à toi! Bats toi Sofio!!

Que faisait les médecins? N'y avait il plus personne dans cette caserne tout à coup?? Etait ce prévu?? Non, ce n'était pas possible, l'on ne peut souhaiter sa mort, pas sa famille, la seule qui lui soit fidèle à la mort... Bien tristes mots...
La fin n'était pas encore arrivée mais que faisait donc les médecins?? Elle n'osait pas la bouger mais que fallait il fair bon sang!
La nappe rouge s'agrandissait de minute en minute, goutte après goutte, l'espoir diminuait...

Du bruit derrière elle, que se passait il? Naud défiait la beste, quelques secondes passèrent avant qu'il ne la charge, duel entre les deux, venges la ma chérie, il ne mérite que ça. Peu de temps s'en fut pour que le taureau finisse agonisant, un deuxième être saignait... La prévost les rejoind, son regard était le même que le sien, rage et colère entremêlées pour un mélange létal. Furie pour lui redonner vie, il fallait que les médecins arrivent...

_________________

Revenir en haut
merenwenn
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 01/09/2009 12:12:15    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Merenwenn n'eu pas le temps de répondre, qu'elle courrait déjà vers l'hospitale... elle espérait trouver le bon chemin, car elle n'avait été qu'une seul fois depuis son intégration
Revenir en haut
Riggins
Volontaire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 7 884
Village: Murat
Localisation IRL: A la guerre ou a murat
PC: 8

MessagePosté le: 01/09/2009 22:04:39    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Tim vit meren courrir dans la caserne, elle avait l'air de revenir du champ d'entrainement.
Il venait de finir sa formation vougier et il avait decider de sa rendre la bas pour voir les derniers candidats.
_________________
Ancien Adjudant des terribles

Revenir en haut
japhet
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 02/09/2009 09:42:06    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Japhet vit qu'une certaine agitation régnait près de l'infirmerie. Il rejoignit Merennwen et Tim pour savoir ce qui se passait. leur air inquiet ne l'incitait pas à la joie
Revenir en haut
Riggins
Volontaire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 7 884
Village: Murat
Localisation IRL: A la guerre ou a murat
PC: 8

MessagePosté le: 02/09/2009 17:17:34    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Tim vit japhet et meren qui courrait vers l'infirmerie rapidement.
Il devait y avoir eu un accident sur le parcours.

Viens jap, allons voir.

Ils arriverent sur le parcours et virent un petit attroupement au milieu du champ.
Ils avancerent vers le lieu en courant.
_________________
Ancien Adjudant des terribles

Revenir en haut
pascale


Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2007
Messages: 6 949
Village: Montbrisson

MessagePosté le: 02/09/2009 18:00:58    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

C est une jeune femme affolée qui l a tiré de son bureau...
Prenant soin d emporter avec elle le nécessaire, Pascale arrive en courant sur le parcours..
Déjà beaucoup de monde autour d un corps à terre...
Un coup d oeil alentour...Le taureau n est guère loin...Elle s approche de l attroupement..


ECARTEZ VOUS!..

Elle s agenouille auprés de Sofio qui semble inconsciente...Remercie Naud d un regard...
Le Sénéchal a perdu beaucoup de sang...
Pascale attrape des linges propres, des ciseaux et un flacon dans le paquetage qu elle a prit avec elle


QUE L ON AILLE CHERCHER UN BRANCARD !! RIGGINS! JAPHET!..OCCCUPEZ VOUS DE CA!!

Tailler dans l uniforme et mettre à jour la blessure encornée ...Désinfecter avec la préparation contenue dans le flacon...
Mettre au dessus un garrot fait avec un linge et un petit bout de bois...Couvrir le tout d un large pansement...
Elle ne peut rien faire de plus pour l instant...
Le sang a cessé de couler...

Il faut la transporter immédiatement à l hopital....

La blonde pose la main sur le front du Sénéchal...Attend anxieusement la venue des brancardiers..
Revenir en haut
Capri De Kolhan
Directeur d'hopital
Directeur d'hopital

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juil 2008
Messages: 2 473
Village: Montbrisson
PC: 7

MessagePosté le: 02/09/2009 23:50:42    Sujet du message: Le terrain d'entraînement Répondre en citant

Capri qui voulu prendre un peu l'air et qui avait entendu parlait du parcours, fameux parcours à ce qu'elle en avait entendu des récits.
Parait même qu'il y avait une gentille bête à corne !!
 
Elle s'approchait donc lorsqu'elle vit un attroupement !!
 
Elle se précipita vers tout ces gens ! un accident c'est sur ! mais elle n'avait rien avec elle, pas de trousse ...tant pis elle prit un pas plus rapide pour se rapprocher du groupe.
 
Elle passa devant une sorte de puits, il lui avait semblait voire deux mains accrochées sur le rebord...elle secoua sa tête et cligna des yeux, ...puis continua et vit Pascale qui était là...ouf tant mieux...elle continua de son pas rapide à se rapprocher du groupe lorsqu'elle hésita un instant tout de même !!
ces deux mains ? ...il lui avait bien semblait avoir vue deux mains accrochées ?!!! et si il y avait un autre blessé ? ...Elle s'arrêta et regardait Pascale s'affairer autour du blessé qu'elle ne reconnaissait pas d'ou elle était, puis regarda le puits...hésita puis se dirigea vers le puits.

 
Elle eut peur de s'approchait, si cela était une farce, elle n'était pas de bon gout certe !!
Elle regarda ces mains, elles étaient sale, avec des plaies infectées, et avait une couleur bleu violacées...c'était des vrais mains !!!!
elle respira un grand coup et se pencha et vit un soldat accroché, sale, exténué, les yeux fermés, visage contre le mur du puits.
 
Hé ho ? ça va ?
 
Elle ne sut comment le prendre, comment l'aider à le monter sur le muret, un œil rapide autour d'elle et elle compris que  personne ne pourrait l'aider ils étaient tous vers l'accident...même si elle criait le temps qu’ils comprennent qu’il y a quelqu’un ici le pauvre garçon serait au fond…
 

Des gémissements se faisait entendre, le pauvre était trop fatigué pour parler, épuisé, depuis combien de temps était ‘il là ?..
 

 

Arff !! Une chose est sur faut que je trouve quelques choses !!
s'adressant au soldat

Courage je suis là !!! je vais vous aider !! tenez bon !!! encore quelques minutes !!
 

 

il fallait a tout prix qu'elle trouve un truc qui l'empêche de tomber au fond du puits.
Elle prit la ceinture qui tenait ses habits et attacha un poignet avec un nœud solide et lia l’autre extrémité à une sorte de tronc d’arbre qui poussait sur le muret.
Au moins s’il lâche il sera accroché par un bras. Ceci lui donnait un peu plus de temps pour trouver quelqu’un pour l’aider.
 

Elle courut vers le groupe et s’écria !!
 

J’ai besoin d’aide ici quelqu’un vite  un homme de ce côté est aussi en danger !!
Croisa  le regard de Pascale et compris qu’elle avait à faire à un cas grave, elle regarda rapidement le corps à plat ventre au sol. Il lui semblait reconnaitre une femme, …le gallon sur son épaule lui dit de suite qui c’était !
 

Oh mon dieu sofio ?
Pascale je ne peux t’aider dans l’immédiat un homme est  en détresse là-bas. Mais je te rejoins en salle de soins dés que possible.
 

Un soldat vint vers moi et me dit je peux venir vous aider !

Comment deux accident en même temps sur ce parcours ? décidement elle était bien contente de ne pas pouvoir le faire, étant encore en convalescence aprés son attaque de loup. Se dit qu'elle fera durer son état pour éviter ce parcours !!


_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 10/12/2016 03:57:49    Sujet du message: Le terrain d'entraînement

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Caserne du Bourbonnais-Auvergne Index du Forum -> Entrée de la Caserne -> Remparts et porte d'entrée -> Archives Entrée de la caserne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 38, 9, 1020, 21, 22  >
Page 9 sur 22

Sauter vers:  


Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.
Marquer tous les forums comme lus
Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite